Je n’aurai pas le temps, d’Hubert Reeves

 

En me promenant sur les infos littéraires du net, j’ai vu qu’hubert Reeves sortait un nouveau livre, un regard sur ce qu’a été son travail, sa vie et ses recherches.

Je ne peux oublier cet homme simple, d’un abord facile qui déjeunait près de moi à la cantine. Nous étions sur le même centre de recherche durant quelques années.

Jamais il ne se prenait pour un grand homme. Je garde de lui l’image d’un homme qui venait presque timidement dans le grand hall pour déjeuner, avec sa veste en toile à la sauce « écolo d’avant garde ».

Le célèbre astrophysicien Hubert Reeves, qui vient de publier ses mémoires, nous rappelle que l’humanité est « une espèce menacée d’extinction« . Rencontre avec un Terrien profondément humaniste, taraudé par l’état alarmant de notre planète.

Comme dans la chanson de Michel Fugain, l’astrophysicien Hubert Reeves se voit contraint d’affirmer: Je n’aurai pas le temps. Cette phrase à peine teintée de regrets résume le recueil de ses mémoires.

Comme il ne l’avait jamais fait encore, il se livre, raconte son enfance au Québec, les nombreux voyages imposés par sa carrière scientifique, ses engagements écologiques, sa philosophie de la vie sur Terre. Hubert Reeves n’écarte aucune question et, poussé par une curiosité qui lui assure encore une grande vitalité, il regarde notre planète et les humains qui l’habitent.

Soulagé, Hubert Reeves a remis à son éditeur le manuscrit de ses mémoires. Pendant 12 ans, comme il en avait fait la promesse, il a rassemblé les souvenirs dans l’espoir d’intéresser les jeunes à la vie scientifique.

 «C’est du moins ce qu’on m’a demandé au départ.» Entre ses mains, il tient ce qu’il voit aussi comme des archives, un témoignage sur les avancées scientifiques des dernières décennies. Source Canoë

Je n’aurai pas le temps, d’Hubert Reeves, Éd. du Seuil, 2008, 340 p.

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.