Que gagnent les écrivains

cropped-Logo-Goliath

Parmi toutes les visites sur mon site, la question qui ressort le plus souvent est « que gagnent les écrivains« . Peu, que l’on en soit assuré !

Le très bon livre de Bernard Lahire aborde ce sujet à polémique. Un livre très réaliste qui devrait ôter des illusions à bien des aspirants écrivains, qui ne voudraient le devenir que pour des questions d’argent. Il résulte de toutes les recherches que l’on peut faire sur ce sujet, qu’il est très difficile de vivre de sa plume, les heureux élus sont rares, et encore, rien ne prouve que cela durera au long de leur vie. Ecrire est un besoin, une nécessité de passionnés un peu fous qui écrivent leurs rêves ou leurs aspirations, mais c’est tout un travail, long et fastidieux, qui reste très chronophage. Un rêve que chacun aime voir partagé, dont le premier revenu est humain, plus que financier et, la première satisfaction est de l’avoir écrit, de l’avoir conduit jusqu’au bout. Ce qui n’empêche pas l’auteur d’en doter encore et toujours, car même à la fin, au dernier mot, il se demandera s’il ne pouvait finalement pas faire mieux…

Quand on a la chance d’être édité, le premier salaire est le retour du lecteur, le reste n’est que cerise sur le gâteau, un petit plus appréciable, un bonus pour les vacances. Je l’ai déjà expliqué dans mes notes, les chances d’être édité sont très minces, celles d’être plébiscité par le grand public encore plus.

Peu d’écrivains vivent de leur plume, mais quasiment aucun d’entre eux ne renoncerait à sa passion Source France3.Fr

C’est une des leçons du livre que publie le 31 août 2006 Bernard Lahireaux éditions de La Découverte.
 
« La condition littéraire » est le fruit d’une enquête de trois ans auprès de  503 écrivains de la région Rhône-Alpes.

Pendant trois ans, le sociologue Bernard Lahire, professeur à l’Ecole normale supérieure, chercheur au CNRS, a enquêté auprès d’écrivains liés à  la région Rhône-Alpes, où ils sont nés, résident ou sont publiés. Son livre décrit des auteurs confrontés aux  difficultés matérielles, contraints à une « double vie » pour vivre leur passion.

Car le « métier » d’écrivain rapporte peu et souvent  rien du tout. « Acteurs centraux de l’univers littéraire, les écrivains sont pourtant les  maillons économiquement les plus faibles de la chaîne que forment les différents  professionnels du livre », écrit Bernard Lahire.

10% seulement des écrivains en tirent leur moitié de leur revenu
42,5%
des écrivains qui ont répondu à un épais questionnaire n’ont perçu  aucun droit d’auteur dans l’année qui a précédé l’enquête (2003) et ces droits ont représenté moins de 10% des revenus de 28,1% d’entre eux. 10% seulement en ont tiré plus de la moitié de leurs revenus et le mieux  loti est une exception avec plus de 79.000 euros de droits.

Pire encore, « les plus professionnels d’un point de vue littéraire, ceux qui  mettent le plus d’art dans ce qu’ils font » sont ceux qui ont le moins de chances  de vivre des revenus de leurs publications. D’où la nécessité d’un « second métier ». Rien de nouveau, d’ailleurs. Honoré de Balzac  était clerc de notaire et Guy de Maupassant, commis de ministère.

Les auteurs interrogés sont 49,2% à exercer une activité rémunérée, 49,4% en  ont exercé une par le passé et 1,4% seulement n’en ont jamais exercé. Des « seconds métiers » le plus souvent liés à l’enseignement, l’écriture ou la culture (63,8%  sont cadres ou exercent une profession intellectuelle). Mais on compte également  1,2% d’agriculteurs et 1,2% d’ouvriers. A l’opposé, Marc Lambron, normalien et énarque, Prix Fémina 1993, est  maître des requêtes au Conseil d’Etat, et Yves Bichet, 14 titres, dont plusieurs  chez Fayard et Gallimard, artisan maçon.

A partir de là, le temps dégagé pour écrire est la principale préoccupation  de l’écrivain. Ceux du matin se lèvent à 04H ou 05H, ceux du soir y passent une  partie de la nuit. En France, écrivain reste un métier d’homme (62,8% des auteurs interrogés),  alors que l’on compte une majorité de femmes parmi les lecteurs, et les auteurs  sont « avant tout issus des classes supérieures et moyennes ».

Dans ce « jeu littéraire », Bernard Lahire distingue trois grandes figures.  Ceux qui pratiquent la littérature comme un loisir. Ceux qui sont « pris au jeu »,  dont ils font « le moteur premier de leur existence » tout en conservant une  activité rémunérée. Ceux, enfin, qui peuvent « gagner leur vie » en jouant,  « joueurs professionnels dans le sens économique du terme ».

Souvent décriés, les prix littéraires restent un élément essentiel. « Seuls,  peut-être, les grands prix littéraires contribuent à stabiliser, au moins durant  quelques années, la situation économique de l’écrivain en lui assurant un  lectorat suffisamment étendu », résume Bernard Lahire.

« La condition littéraire » de Bernard Lahire, éditions de La Découverte – 619 pages

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Se faire éditer !..., avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Que gagnent les écrivains

  1. AlfredBolide dit :

    Il serait interessant de demander à un généalogiste de remonter l’ascendance de Mrs Marc LEVY et Bernard PIVOT… De grandes surprises au demeurant, et quelques points communs ! comme quoi les relations, surtout lorsqu’elles sont familiales, facilient beaucoup les choses…
    On peut positiver et se dire :  » Si certains et certaines y trouvent leur compte, pourquoi pas… C’est plutôt positif que des gens lisent »
    Mais un Marc Lévy c’est l’UNIFORMISATION d’un système… quoiqu’on en dise, et une personne qui aime un peu les mots ne peut que s’en désoler !!! l’uniformisation d’un système qui priviligiera ce modèle économique : auteur présentable et barbe de 3 jours, lecture rapide et bons sentiments, gros tirage… efforts concentrés (pub) sur un petit nombre pour un profit immédiat.
    mais promenez vous bon sang dans les rayons des supermarchés, nos nouvelles librairies du XXI ième siècle…Un Marc LEVY c’est un tsunami marketing qui voit tous les deux étés les 38 tonnes délivraient leur pallettes de bouquins estampillés « dernier marc levy » sur les étales…
    Marc lévy n’a pas une once de talent et ne doit son succès qu’à une seule et unique chose : le téléscopage ingénieux des relations, de l’image, du marketing et de la volonté d’une maison d’édition de lancer et d’imposer un auteur comme une marque de lessive! Jalousie ? peut être… mais réalisme aussi.
    Il aurait connu le processus d’écremage de n’importe quel primo-écrivain, je me demande si il aurait eu droit à sa lettre de refus.
    ET c’est de çà qu’on devrait se réjouir ! et quoiqu’on en dise, insidieusement, c’est par le bas qu’on nivelle avec ces nouvelles references littéraires… ajouté à cela la fainiantise intellectuelle qui grandit dans nos sociétés du « tout tout-de-suite » et de la digestion rapide et c’est sur  » ET si c’était vrai  » qu’on interrogera les générations futures au bac de français.
    Moi çà me désole

  2. utes dit :

    Post très intéressant. Il y a des évidences qui sont bonnes à rappeler qqfois :-). Tu as lu le livre? Il a l’air intéressant
    @Cassiopée, Lu en entier non, mais parcouru seulement. Ce livre n’apprend rien de bien nouveau sur les revenus des écrivains, rien que des évidences que ceux qui publient ne connaissent que trop bien. Je le mentionne à cause de la recherche régulière que font les internautes sur ce sujet. Quand je regarde d’où viennent les visite de mon site, je vois leurs requêtes qui s’affichent, et c’est ce qu’ils recherchent le plus ! Pourtant, je ne pense pas que cela décourage qui que se soit, ni cela, ni le faible taux de réussite lors de l’envoi des manuscrits. Cela aussi, j’en ai parlé dans une de mes notes.
    Goliath n’est pas encore prêt de se rendre, il faut d’abord livrer bataille!

Les commentaires sont fermés.