A l’ombre des Talibans d’ Ahmed Rashid

 , journaliste Afgano-pakistannais.

Un livre passionnant où l’on apprend que les Talibans (nom donné aux étudiants islamiques « Talib« , au pluriel Taliban) ne sont finalement qu’une des conséquences de la guerre froide et des enjeux pétroliers de cette zone stratégique. La politique internationale des pays forts a piloté leur arrivée au pouvoir. Les frontières définies par les états, ne respectant pas les différences ethniques, n’ont pas arrangé le problème, elles ont aggravées le phénomène de rejet entre les populations. D’autre part, Ahmed Rashid place le doigt là où cela fait mal, l’éducation dans les madrasas (écoles coraniques). Traditionnellement, l’islam s’apprend en même temps que la littérature, les sciences, la philosophie, l’astronomie et l’étude des civilisations. Ne serait-ce que parce que l’Islam est un tout en lui même. Les grands érudits musulmans sont de grands humanistes, qui savent interpréter des textes vieux de mille cinq cent ans, faire la part des choses et en tirer le meilleur. D’une religion juste et humaine qui prône la tolérance et le partage, les talibans ont fait par l’ignorance de l’inculture, une arme de guerre sans but. Ils rasent tout, mais ne proposent rien ; Allah, béni soit son nom, y pourvoira ..! Ce même prophète demande quand même un effort des uns et des autres pour aller de l’avant, avec justice et détachement de soi. Dans le Coran, cette devise est déclinée sous toutes ses formes. Les talibans ne l’aurait-ils pas lu ? Ahmed Rashid, note aussi le fait surprenant que les enseignants de ces madrasas ne maîtrisent pas toujours bien la lecture, qu’en est-il alors de leurs élèves ? Il y a fort à penser que le cours sont fait à partir de morceaux tronqués et retravaillés du Coran, interprétés à la sauce extrémiste et allant à rebours des visées coraniques. Démontant avec précision l’histoire récente de l’Afghanistan on comprend mieux, à la lecture de ce roman-dossier, comment les américains ont été amenés à intervenir contre une force qu’ils avaient indirectement mis en place dans leur soif de pétrole et leur combat contre la Russie communiste. Les talibans ne seraient finalement qu’un instrument de la stratégie indirecte des américains contre l’URSS, instrument qui, libéré de la menace soviétique s’est retourné contre une autre menace, le monde occidental et sa dépravation ! Un livre à lire pour bien comprendre les mécanismes, les enjeux et les manipulations qui ont amené à l’opération Enduring Freedom.

 

J’en parle d’autant mieux, que j’ai lu le Coran et les écritures ; chrétien mais élevé avec un musulman, je n’avais pas compris le même message. Ce livre m’a permit de mieux comprendre cette idéologie aveugle et destructrice qui nuit à l’Islam, (tout comme l’ETA nuit aux Basques, la destruction des institutions n’est pas l’apanage des talibans) et j’ai un profond respect pour cette religion.

 

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Biographie, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.