Le secret du treizième apôtre, de Michel Benoît

 A partir d’une histoire vraie,
Un
roman documenté autour de l’histoire véridique d’une secte dont le prophète fut crucifié. Transmise depuis deux mille ans par la voie d’un papyrus, caché dans la grotte de Qumran, elle a échappé à l’incendie d’Alexandrie et aux archéologues de

la mer Morte, mais était bien connue des Templiers.

Résumé

Après la mort suspecte de son ami le père Andréï dans le train qui le ramenait du Vatican, le père Nil, un bénédictin qui enseigne l’Evangile de Jean aux novices de l’abbaye Saint-Martin près d’Orléans, décide de reprendre l’enquête. Andréï détenait en effet les preuves de l’existence d’un treizième apôtre et d’une épître dangereuse pour l’Eglise qui affirme que Jésus n’était qu’un prophète inspiré – et non le fils de Dieu. Le père Nil découvre alors une version inédite des débuts du Christianisme : la communauté des Nazoréens, écartée par Pierre et Paul de l’église officielle, qui aurait perduré jusqu’au VIIe siècle et serait à l’origine de l’Islam. Tandis qu’il poursuit ses recherches, les proches du Pape, factions rivales, sociétés secrètes (dont la Congrégation de la foi et

la société Saint Pie

V), s’activent à récupérer par tous les moyens la conclusion de l’enquête. Du Mossad au Fatah, tous ont les meilleurs raisons de garder très secret l’existence de ce 13ème apôtre… (Livre EVE)

A partir d’une histoire vraie et connue de toujours des milieux plus ou moins éclairés, l’auteur nous emmène dans les secrets de l’histoire du Christianisme et celui méconnu des moines chercheurs. Lui-même ancien frère connait bien l’affaire et, la raconte avec brio. Les sombres dessous du Vatican, que nul n’ignore, sont dépeints avec justesse, Dan Brown n’a pas tant inventé que cela dans son Da vinci Code ! Le Vatican est un état comme les autres, il n’a rien à leur envier, tout autant à cacher… Les personnages principaux sont animés d’une grande spiritualité, et à la recherche de la vérité qui leur vaudra leur perte. Si l’un en décèdera, l’autre en sortira avec une foi nouvelle et d’autres certitudes. Si la religion, la quête de dieu a plus tué que le goût du pouvoir, notamment entre religion, elles savent faire cause commune lorsque la raison le demande. La vérité des uns n’est pas forcément celle des autres, notamment la vérité épiscopale puisqu’infaillible de fait…

 






<” roman »>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.