Comment doit-on faire ou recevoir une critique ?

cropped-Logo-Goliath

Je vois parfois des auteurs qui acceptent mal une critique qui ne leur semble pas favorable, voir cassante. Ecrire c’est aussi prendre le risque de s’exposer aux critiques de tous genres, se confronter à d’autres opinions et d’autres façons de voir. Personnellement, je reste convaincu que ce qui serait le plus regrettable, serait le manque de critique, l’indifférence, la platitude totale.

 

Il est satisfaisant pour celui qui écrit de savoir qu’il a fait réagir, même si ce n’est pas dans le sens qu’il voulait ou qu’il aurait aimé. Encore faut-il que cette critique soit formulée, étayée de points précis et dûment commentés. En gros, on n’aime pas parce que…! La critique sans fondement n’en est pas une, c’est au mieux une marque de jalousie, au pire une petite mesquinerie. Une critique explicitée permet sa compréhension, de lancer un débat d’idées, de s’améliorer.

 

 

Maintenant, doit-on répondre à ces basses attaques ? Je pencherai pour l’indifférence. Celui qui voulait faire mal, ne serait que trop satisfait de soulever l’indignation.

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Se faire éditer !..., avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Comment doit-on faire ou recevoir une critique ?

  1. Jessica dit :

    Tu m’as ajoutée comme amie tout à l’heure donc je viens faire un p’tit tour par ici ^^
    Alors, mon avis quant aux critiques …
    Je pense que toute critique est constructive. Dès lors qu’elle est fondée et non pas simple produit d’une jalousie ou d’une envie quelconque.
    Ne pas savoir accepter une critique c’est croire qu’on sait tout. Mais personne ne sait tout.
    Perso j’accepte toutes les critiques. De ma famille, de mes amis. La seule critique que je n’ai pas accepté c’est lorsqu’une personne m’a laissé sur mon blog un commentaire des plus désagréables en me disant que mon poème en question était archi nul … mais sans m’expliquer pourquoi. Ok, je ne vois même pas l’intérêt alors … Avec ok, critique ok, mais avec justification. Pour faire « mieux » la prochaine fois.
    De toute façon, un auteur peut-il se passer de critique ? Je ne pense pas ! Un écrivain, à ce que je sache, écrit pour lui – d’abord – mais avant tout pour un public ! Or si le public ne donne pas son avis … autant ne pas lui faire partager nos écrits !
    @ Jessica. Yes ! nous somme d’accord, la seule critique qui vaille doit être expliquée. CQFD !

  2. E dit :

    Bonjour jérôme.
    Je le prends pour moi…
    Oui l’indifférence est une force, ne pas répondre, savoir ne pas se justifier.
    Mais parfois ça fait trop de mal et on sent agressée… Nous ne sommes pas tous semblables face à ce qui nous semble juste « méchant ». Je suis la première à défendre les autres lorsque je vois le non fondement.
    Cela m’a souvent apporté des soucis mais c’est ma nature.
    Peut-on aller contre ça?
    La violence des mots, l’injustice sont des armes. j’ai beaucoup de mal à concevoir qu’on accepte juste en faisant semblant de ne pas être touchée.
    Il m’a fallu 3 jours pour prendre le recul, me tourner en auto-dérision et au final je suis encore insultée.
    La critique: oui.
    Les insultes, mensonges et les attaques sur la personne ou son travail: non.
    Belle journée.
    @ Elisabeth, je comprends bien ta réaction face à cette « soit disant critique ». Elle n’en est pas une, elle ne visait qu’à faire du mal. Une mauvaise blague d’un sale gosse. Il est préférable d’ignorer ce genre de trublion, il ne mérite pas l’attention que tu lui portes et ta révolte l’amuse… L’important est que tu sois consciente que la majorité pense du bien de toi. Qu’importe les petits, ils le resteront. Et le môme ferait mieux de lire ses cours que de se prendre pour ce qu’il est assurément pas…

Les commentaires sont fermés.