Il a jamais tué personne, mon papa de Jean-Louis Fournier

Un régal de petit livre poche à moins de trois euros ! Cent quarante-cinq pages de poésie pour décrire avec un humour un peu salé, l’affection pour un père. Un père qui a le cœur sur la main, qui aime les autres au point d’avoir quelques difficultés parfois à retrouver le chemin de chez lui. Un père qui aime sa famille, ses enfants, mais qui ne sait pas très bien comment le monter. Un père plein de maladresses et d’idées saugrenue, jusqu’à peser sur les autres, mais dont l’absence crée un vide intolérable. Un père dont le seul péché est d’aimer ses amis avec qui il partage une partie de son temps, au bistrot.

 L’écriture aigre douce de Jean-Louis fournier est toujours un plaisir pour le lecteur. Il a un rare talent pour excuser l’insoutenable, pour poétiser l’envie de hurler et rendre presque joli à voir une croûte d’enfer. Un livre à lire absolument, mais on rigole très jaune…

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Biographie, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.