La sandale rouge, de Guy Jacquemelle


 

Il y a des romans comme celui-ci, dans lesquels on tombe sans pouvoir lever le nez. Jeanne, une jeune journaliste montée sur Paris pour tenter de se faire une place dans un journal. Dotée d’un esprit vif et curieux de tout, jolie à regarder, son entrain draine facilement à sa suite. Elle se lancera sur des enquêtes délaissées pour que se fasse la vérité, pour la justice en laquelle elle croit dur comme fer.

La fougue propre à son âge la conduira sur des chemins marécageux, dans des bourbes savamment occultées. Jeanne se voit déjà lancée dans le journalisme, ses articles plaisent, la reconnaissance arrive peu à peu. Même l’amour lui sourira avec un conseiller du gouvernement. Pour elle, la vie est belle et renforce son désir de finir son travail, devenu pour Jeanne presque une mission, un sacerdoce…

 Toute religion demande une bonne dose d’aveuglement pour aller toujours de l’avant. Jeanne ne découvrira que trop tard qu’il est des hauteurs inaccessibles aux non initiés, que si elle aura permit une certaine justice, elle est un peu différente pour certain, les vues des uns peuvent différer de celles des autres.

L’olympe se repose sur des bases solides…

 Blog de l’auteur consacré à son roman. ICI

Je note dans ce livre une performance de l’auteur qui joue à la perfection le rôle d’une jeune femme ; ce n’est pas toujours si facile à faire pour un homme… Ce livre est aussi une vue imprenable sur le métier de journaliste, ses difficultés et ses limites ; mais aussi ses joies et ses poussées d’adrénaline.

La sandale rouge est un bouquin qui se lit d’une traite, avec une écriture enlevée, claire et plaisante. Le livre garde au long des pages un rythme journalistique…

Ce livre est sorti aussi chez France Loisirs avec pour titre « Passée sous silence »