L’ombre de ton chat, d’Emeline Bravo

Bannière

 Image cliquable pour commander

L’ombre de ton chat, d’Emeline Bravo

Nulle présence n’est aussi forte que celle de celui qui n’est plus, nulle absence n’est aussi lourde qu’un souvenir.

 

L’ombre de ton chat, clin d’œil au sieur Brel dans « Ne me quitte pas » reflète pleinement ce sentiment de vide ressenti lors du départ d’un être cher, vide qui se comble au long des jours par le souvenir jamais si vivant que l’ombre d’une présence. C’est un parfum, une image ou un son de voix qui imprègnent le quotidien, l’atmosphère entier d’un logement ; c’est un bruit de porte que l’on se persuade d’avoir entendu, qu’on a senti venir.

 

 

Le vide c’est aussi ce fardeau que chacun voudrait, malgré lui, voir peser sur les épaules d’un autre, d’un plus vieux,  d’un pour qui ce ne serait là que logique inéluctable de la vie ; de quelqu’un pour qui l’amour n’a plus d’âge ni de corps, pour qui aimer rime avec s’allonger à jamais, pour toujours…

 

 

Le vide est ce cri qui sourd en celui qui reste, l’amputant de son cœur et aliénant son âme jusqu’à ce qu’un jour peut-être les symboles s’estompent en un fin brouillard, en images en demie teinte, gravures un peu jaunies d’un tiroir abandonné au temps, peut-être…

 

 

Le vide est l’expression pleine d’un amour infini qui ne peut mourir, parce qu’évidence de toujours se nourrit de lui-même pour fondre deux êtres en un. L’amour que l’on attend sans oser l’espérer est capable d’apporter un sentiment incomparable et de faire souffrir mille morts.

 

 

Oui, aimer est une souffrance, mais dieu qu’il est bon de souffrir autant !

 

 

Avec des mots très justes et un ton plein de vie, Emeline Bravo réussi le tour de force de parler de la douleur du départ, sans tomber dans le pathos qui eût alourdi ce récit poignant.

 

 

Source Editions Filaplomb ; Règlement sécurisé Paypal, livraison rapide en 48 heures

 

L’AUTEUR : Emeline Bravo écrit et chante à Paris. Elle voudrait chanter comme elle respire et écrire comme elle chante. En attendant, elle travaille….

Elle a un blog sympa où il fait bon passer de temps en temps : http://www.delasexualitedesaraignees.blogspot.com/

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Livres, Recueils de nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.