Rue saint Ambroise, un éditeur intéressant

Bannière   Image cliquable

 

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une petite maison tout à fait intéressante : La rue saint Ambroise

 

Je suis tombé sur leur stand au salon du livre d’Ozoir la ferrière, samedi dernier. Leur nom me disait bien quelque chose, j’ai vu leur site Internet récemment ; sans me souvenir pour quelle raison. L’explication est venue d’Isabelle Renaud dont j’ai parlé du livre « Arts ménagers » la semaine dernière, publiée chez Quadrature  , elle fait partie du comité de lecture de la maison Rue saint Ambroise !

 

C’était une bonne raison de plus de me pencher sur cet éditeur là ; la femme qui n’a pas que la plume de jolie me livrait là un nouveau talent !

 

Pas tout à fait un éditeur, ni une vraie revue, mais une véritable chance pour nombre d’auteurs. Une ligne éditoriale relativement large, un comité de lecture qui fait un travail certain et efficace permettent d’aboutir à la publication de textes courts, de nouvelles.

 

Leur initiative est à souligner car il y a peu de maison capable de ce genre de travail, de faire preuve d’une telle ouverture d’esprit ; ils ne cherchent pas à promouvoir les auteurs connus, les peoples et autres ex gloires sur le déclin. La revue ouvre ses portes aux auteurs qui sont bons, qui ont un style, un regard particulier…

 

De plus, les petits livres, les recueils de nouvelles sont d’une bonne qualité et au coût très abordable de 10 euros seulement. Ce genre d’édition est un tremplin pour des auteurs qui peuvent ainsi se doter de quelques références littéraires.

 

Acheter ce genre de livre est un plaisir de lecteur, mais aussi le moyen de faire vivre ces petites structures, leur laisser une chance de continuer le remarquable travail qu’ils font.

 

Il ont un site très bien fait où ils expliquent bien la façon dont ils travaillent, je ne peux que vous encourager à aller y faire un tour.

 

Pour info, j’ai repris leur page de présentation :

 

Source Rue saint Ambroise : http://ruesaintambroise.weebly.com/

 

Chacun veut prendre la parole, soit, mais qui lit, qui écoute, qui répond ? Pas grand monde. Cela demande trop de temps, trop d’attention, trop d’amour. Amour de la littérature, attention aux auteurs, temps pour lire. La raison d’être de Rue Saint Ambroise tient en ces trois mots.


Depuis dix ans, nous lisons attentivement chacun des textes que nous recevons. C’est notre vocation. Lire les textes, en débattre, répondre aux auteurs. Livrer aux lecteurs des textes qu’aucun esprit de système ne rassemble, qu’aucun appareil critique n’habille, qu’aucun parti pris formel ne relie. La curiosité est notre règle, la disponibilité notre devoir, la conviction que chaque texte est unique notre seule ligne éditoriale. L’acte de lire et celui d’écrire se rejoignent au moins sur un point. Ils sont moins la mise en œuvre d’un savoir que l’objet d’une quête, la poursuite d’une expérience, l’occasion d’une rencontre.
La revue Rue Saint Ambroise est plus qu’un support, il en existe déjà tant, ce qu’elle propose est plus rare et en un sens plus humain, un espace où la littérature se réfléchit, se discute, se vit.

 

Fondée en février 1999 par Bernardo Toro et Olivier Szulzynger, Rue Saint Ambroise est une revue trimestrielle consacrée exclusivement à la nouvelle contemporaine. Au fil de ses vingt-trois numéros, elle a publié plus d’une centaine d’auteurs.

Nos objectifs

Notre vocation n’est pas de publier des écrivains consacrés. Nous voulons découvrir de nouveaux auteurs et faire exister la nouvelle contemporaine, un genre fort pratiqué mais insuffisamment édité en France.

La publication n’est portant pas le seul objectif de notre revue. Depuis dix ans, nous donnons à nos auteurs l’occasion de se confronter à d’autres écrivains, à des éditeurs, à des journalistes et surtout à un cercle de plus en plus large de lecteurs. Voilà pourquoi nous organisons, au moins quatre fois par an, des soirées de lecture tant publiques que privées.

Notre fonctionnement

Nous recevons pour chaque numéro plus d’une centaine de textes. Chaque texte est l’objet d’un commentaire écrit. Les textes retenus pour la sélection finale, une quarantaine environ, sont lus et commentés par tous les membres du comité de lecture, ils sont donc l’objet de huit notes de lecture. Nous en choisissons une quinzaine en vue de la publication, en nous efforçant systématiquement d’accueillir de nouveaux auteurs. Cette attention extrême apportée aux auteurs est aujourd’hui l’un des signes distinctifs de Rue Saint Ambroise.

Nos choix

Le choix de textes que nous publions n’obéit à aucune volonté de système, à aucun parti pris formel,
nous sommes ouverts à tous les types d’écriture. Seuls comptent à nos yeux, l’intérêt, l’a curiosité, le trouble que le texte peut susciter au sein de notre comité.

Nos traductions

Il existe des cultures où la nouvelle joue un rôle de premier plan. Nous avons voulu nous faire l’écho de cette activité foisonnante en nous intéressant tout particulièrement à l’Espagne et à l’Amérique latine. Ainsi nous accueillons régulièrement dans nos pages des auteurs hispano-américains dont le travail nos semble apporter un éclairage novateur sur le genre. A partir du prochain numéro, Rue Saint Ambroise traduira et publiera chaque année la nouvelle lauréate du prix Juan Rulfo, la récompense la plus importante accordée à la nouvelle de langue espagnole.

Périodicité : trimestrielle.
Points de vente : Où acheter la revue ?

 Siège social : 11, allée Francis Lemarque 94100 Saint-Maur-des-Fossées
Directeur de la publication : Bernardo Toro
Comité de lecture : Esteban Buch, André Mora, Max Marcuzzi, Naïri Nahapétian, Isabelle Renaud, Sophie Spandonis, François Teyssandier et Bernardo Toro

Nous lisons tous les textes que nous recevons et envoyons des réponses motivées à leurs auteurs.
L’envoi de textes se fait uniquement par mail à l’adresse suivante : ruesaintambroise@gmail.com.
Pour tout autre renseignement écrivez-nous à l’adresse de la revue ou bien remplissez le formulaire ci-dessous.

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Livres, Recueils de nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.