A l’ombre de la fête, de Marie France Versailles

Bannière  

 

 

 

A l’ombre de la fête, de Marie France Versailles

 

Six nouvelles à déguster, six nouvelles pour dépeindre le monde où chacun de nous se retrouvera.

Le manque d’impudence, souvent, nous conduit vers des destinations de nous subissons, face auxquelles nous sommes bien handicapés. Parfois, un regain de ressort, ou une confidence permet d’échapper à la noyade, parfois on préfère maintenir la nage par crainte d’entreprendre… Ces nouvelles finement ciselées nous montrent sous notre vrai jour, perce nos petits travers en nous entrouvrant une porte, mais tous n’oseront pas en franchir le seuil…

Marie France Versailles nous montre l’incapacité de l’homme à exprimer ses sentiments, ses difficultés à communiquer lorsque cela le touche de près. Il sait fanfaronner pour chercher à s’amuser, charmer ou se battre ; mais sombre dans la disette affective pour ne pas parvenir à dire « je t’aime ».

 

 

Elle nous explique comment le quotidien peut aller à l’encontre des rêves mûris dans votre jeunesse, que les occupations que l’on se cherche sont autant d’échappatoires, de moyens de fuite, de fuir une vérité que l’on se tait.

 

 

Il y a ces tout petits détails, ces riens qui lorsqu’on s’y attache peuvent vous mettre une puce à l’oreille, vous faire douter de la solidité de vos certitudes. Alors, bien malgré soi, on regarde là où l’on s’en veut de songer, pour continuer de respirer, pour garder une réserve d’oxygène, afin de ne pas risquer de briser un avenir déjà entamé.

 

 

Tout comme notre enfance, ce moment que chacun chéri en un coin du cœur, préservé avec autant d’illusions que l’on se cache, pour se rendre compte un jour que finalement dans nos souvenir, il ne reste que peut de choses. L’être humain grandit et s’éloigne toujours de ses fondements et, lorsqu’il cherche à se rappeler, il ne peut que constater l’étendue du gaspillage dont il est responsable.

 

 

Mais encore ce soir de Noël, quand toute la famille se réunit pour passer ensemble les fêtes. Le sapin est fier dans ses habits d’apparat, la table est bien garnie, les bougies jettent un éclat de douceur dans leurs chandeliers neufs ; ce soir c’est la trêve de Noël. Au moment des cadeaux et de la bûche, dernier présent glissé sur la table, juste déguisé d’un murmure : Je pars, je vous quitte… Mille peines d’adolescence qui se confient à la toile d’un blog, pour crier et se sentir moins seul, se rassurer et se savoir encore aimé de ses deux parents.

 

4ème de couverture
Six nouvelles. Six incursions dans l’intimité d’une famille. Moments de crise ou aléas du parcours. Un homme s’inquiète parce que sa fille n’est pas rentrée le soir ; un garçon se demande si, pour les vacances, il va encore rejoindre son père qui les a quittés, sa mère et lui ; une femme, tout à coup, doute de son couple… Tout le clan se réunira pour les quatre-vingts ans du grand-père… qui jettera sur sa fête une ombre inattendue.

Marie France Versailles
D’abord psychologue dans un centre de santé mentale bruxellois, puis longtemps journaliste au Ligueur (un hebdomadaire familial bien connu en Belgique), Marie France Versailles opte aujourd’hui pour la liberté de la fiction et pour le bonheur de vivre dans les Ardennes.

ISBN : 978-2-930538-09-9
16,00 €

Commande directe chez l’éditeur (par courriel à quadraturelib@gmail.com ) – PAS DE FRAIS DE PORT ni de paiement préalable – Livraison rapide.
Commande possible aussi dans toutes les bonnes librairies.

Nos autres livres durant la saison 2009 – 2010
– Et je fais quoi, moi, maintenant

– Jacqueline Daussain – paru en septembre 2009
– Arts ménagers – Isabelle Renaud – paru en novembre 2009
– Haut les filles – Calouan – paru en décembre 2009
– A l’ombre de la fête – Marie France Versailles – mars 2010

Editions QUADRATURE :

Rue des Annettes, 22 – 1348 – Louvain-la-Neuve – Belgique
T. 00 32 (0) 472 20 61 99 – F. 00 32 (0) 10 45 44 14
quadraturelib@gmail.com  www.editionsquadrature.be

 

Bannière

En mars 2010, à la Foire du livre de Bruxelles, Marie France Versailles dédicacera son livre

sur le stand 229 des éditions Quadrature

– vendredi  5, dimanche 7 et lundi 8h à 15h30 ;

– jeudi 4 à 19h30

– vendredi 5 aussi en soirée

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Livres, Recueils de nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.