Concerto à la mémoire d’un ange, de Eric-Emmanuel Schmitt

Rien n’est jamais assuré, surtout pas notre devenir !

Eric-Emmanuel Schmitt est un grand explorateur de l’âme humaine, un découvreur de vices cachés et de ressources insoupçonnées. Il décortique nos consciences avec délice, les roule en pelote afin de les retricoter ensuite sous une forme inédite. Il nous révèle alors ce que nous même ne pensions pas ; nous sommes tous des puits de remèdes ignorés. Avec des mots qui enchantent le lecteur, Eric-Emmanuel Schmitt nous conduit à nous poser les bonnes questions, nous montre des paysages nouveaux.

 

Avec des petites nouvelles, ce livre emmène son public dans les tréfonds de lui-même, chaque personnage est un lecteur, chacun se surprendra de se savoir tant de ressort face à l’imprévisible ; ce détail qui pousse une vie vers une bascule dont on ne sort pas indemne.

La vie est un concerto où souvent se cache un ange ; certains le trouvent après un long chemin, d’autres le perdent en cours de route. Pourtant, un ange reste toujours proche de celui qui accepte de le voir, de lui tendre la main…

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Concerto à la mémoire d’un ange, de Eric-Emmanuel Schmitt

  1. jean-philippe dit :

    Merci pour l’info Jérome !je trinque à ta nouvelle acquisition ! tu te sentiras beaucoup mieux après !

Les commentaires sont fermés.