Destination Lovecraft, de Rémi Karnauch

Rémi Karnauch a une façon toute personnelle et surprenante pour parler d’un auteur. Il se fond dans le personnage, pour exprimer son ressenti depuis l’intérieur, se faisant tour à tour esprit ou simple molécule. Son phrasé très imagé lui permet de dire avec une grande précision sa pensée, ses sentiments et révoltes ; mais aussi les affections qui le touchent. Rémi Karnauch n’est pas un auteur qu’on lit rapidement, il demande un peu de réflexion, sans pour autant être un auteur dificile.

 

Dans ce livre, où fleure souvent un sentiment autobiographique, l’auteur nous emmène dans un monde qui est sien, ou il s’épanouit en exprimant le cri qui sourd en lui. Avec lui, c’est un parcours initiatique dans l’univers d’Howard Phillips Lovecraft. Au besoin, il ne faut pas hésiter à lire à haute voix, lentement, pour mieux réprouver la force de ses phrases ; chacune se dégustant seule, avant que d’être un livre entier. Son personnage vit dans un monde à part, au milieu de tous et si loin des autres, qu’il lui semble être transparent ; inconsistance évidente que seule la pensée impose …

 

J’aime les livres écrit par des amoureux des mots, sachant jouer avec, les triturer et les faire guirlandes ou arquebuses, violences ou caresses… Il n’est pas surprenant que l’homme soit aussi poète, son livre est empreint de ce rythme particulier aux gens de cœur.

Présentation de l’éditeur H&O

L’aventure de Destination Lovecraft débute en 2001 sur le site du chanteur Mano Solo. Rémi Karnauch poste dans un forum un court texte poétique sur l’auteur de L’Appel de Cthulhu. Très rapidement, un internaute réagit, puis deux, puis trois. C’est bientôt tout un groupe de discussion qui se forme et  » délire  » pendant plusieurs semaines. Plus tard, Rémi Karnauch continuera seul à tisser sa toile textuelle autour du  » reclus de Providence « . Entre noirceur et lyrisme, entre tentation ascétique et plongée dans les entrailles du vivant, il élabore alors un vrai roman. On retrouve dans cet étrange récit biographique la verve grinçante de l’auteur qui, tour à tour, nous enchante ou nous glace, nous oppresse ou nous oblige à éclater d’un rire libérateur. Quelque part entre William Blake et Lautréamont, Rémi Karnauch évoque ce que Bacon donne à voir et renoue avec l’une des plus ambitieuses traditions de la littérature.

Biographie de l’auteur

Rémi Karnauch (http://www.myspace.com/perilparole)  vit à Paris où il écrit des romans, des nouvelles, des poèmes, des chansons. Il a déjà publié Le Fort intérieur, Dos au mur et, chez H&O, L’Œil de l’hydre, ainsi qu’un long poème, Le Cri torsade (L’aparté H&O), dont un extrait a été repris dans l’anthologie L’Année poétique 2008 parue chez Seghers.

 

Source photo : http://www.myspace.com/perilparole

.

 

 

Remi  

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.