Que tous nous veuille absoudre, de Stéphanie Janicot

Les oracles prêchent au monde pour que chacun y puise sa solution.

Des mots justes pour nous raconter l’absence intolérable. Car finalement, il s’en est fallu de si peu, d’un rien, d’une fraction de seconde pour que le monde le plus doux bascule dans le pire des vides. Et encore, c’est peu dire ! Lorsque l’on a connu le meilleur d’une vie, il faut savoir se préparer à affronter la reconstruction de soi, physiquement et moralement.

Saar, journaliste blessée lors de l’attentat qui tua son mari tente de survivre dans la Contrescarpe quelle connait bien, un coin rassurant au cœur de la capitale et de la vie du quartier latin. Un jeune garçon, sur la place, se lance dans des prophéties qui attirent l’attention du public, et de Saar. Oubliant pour un temps sa souffrance, elle essaye de le rencontrer, lui parler… Ces prédictions sont graves et annonciatrices des pires choses pour le monde d’aujourd’hui, perdant ses valeurs et repères. Cependant, les déclamations du garçon ne sont pas dénuées d’un certain bon sens… A force de s’interroger sur cet oracle en culotte courte, Saar chemine bien plus vite vers demain et la vie qui espère son retour.

Dans ce roman, les personnages attachant nous ressemblent et l’on s’identifie facilement à Saar et à son trouble. Immanouel, le petit devin, le lecteur se l’imaginera fort bien déclamant ses augures d’une voix grave, pourtant, chacun de ses mots restera ancré.

Un roman de Stéphanie Janicot qui se dévore sans modération !

 


Interview Stephanie Janicot par Confidentielles
envoyé par confidentielles. – Plus de vidéos de blogueurs.

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.