Un dé en acajou a disparu…, et autres nouvelles économiques de Christian Ost

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme  !

Ce proverbe tiré de Pantagruel montre bien l’avant-gardisme rabelaisien, qui déjà en son temps avait compris qu’il ne peut y avoir d’avancée moderne sans tenir compte de l’inconstance humaine. Christian Ost, économiste et coutumier des rapports barbants qui ne passionnent que les spécialistes du genre chiffres et statistiques, réussit dans ce recueil de nouvelles à mettre en adéquation l’homme dans son système régit par l’OMC et autres grands organismes mo ndiaux ; ou plutôt, nous divertit en mettant en évidence la fragilité de toute machinerie complexe vis-à-vis de l’imprévisibilité de certains de nos concitoyens.

En 11 nouvelles, il se montre pédagogue, touchant et drôle pour le plaisir de son lecteur. La performance est d’autant plus appréciable, que l’homme surprend par une sensibilité que l’on n’attend pas d’un économiste que l’on imagine froid et sobre comme un iceberg…

Au fil de ces nouvelles, tout les genres littér aires sont abordés, de la science-fiction au crime, en passant par la relation de couple, Christian Ost épingle nos fragilités dans un système créé par et pour l’homme. Un recueil de nouvelles qui ne peut pas laisser indifférent son lecteur, qui ravira les amateurs du genre, mais saura convaincre ceux qui ne jure encore que par le roman…

<p
L’auteur est économiste. Il abandonne quelques instants les comptes économiques  pour nous raconter d’autres contes ou, plus exactement, de courtes nouvelles.  A la base, une idée : une théorie, une loi ou un principe qu’il fait passer par le prisme de son imagination afin de créer des histoires sur des trames policières, romanesques, dramatiques ou comiques. En tentant de divertir son lecteur, l’auteur veut montrer que l’économie se prend parfois trop au sérieux et se détache de ce qui fait le propre de l’homme et de la vie.

L’auteur
Christian Ost est docteur en économie et professeur à l’ICHEC Brussels Management School dont il a été recteur de 2000 à 2008. En 2009, il a mené une recherche sur la gestion des villes historiques à la Fondation Getty de Los Angeles. Pour lui, la culture et le développement économique sont indissociables. Il aime la dérision et le jazz.

ISBN : 978-2-930538-12-9 15,00 €

Bannière

Livre disponible en librairie ou directement aux éditions Quadrature : http://www.editionsquadrature.be/

Commande directe chez l’éditeur (par courriel à quadraturelib@gmail.com)  – PAS DE FRAIS DE PORT ni de paiement préalable – Livraison rapide.
Commande possible aussi dans toutes les bonnes librairies.

Editions Quadrature, Rue des Annettes, 22 – 1348 Louvain-la-Neuve – Belgique – T.0032 (0) 472 20 61 99 F. 0032 (0) 10/454414 –

Mail : quadraturelib@gmail.com  – Site Web :www.editionsquadrature.be

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.