Madame Bâ, d’Erik Orsenna

 Nul ne peut prétendre connaître l’Afrique sans l’avoir éprouvée !

Le grand voyageur du monde qu’est Erik Orsenna nous dépeint là une fresque de toute beauté du syndrome africain. Au travers de la vie d’une femme qui réussit tant bien que mal sa vie dans le Sahel malien, l’écrivain nous conte le parcours et les aspirations d’un peuple fier de ses origines, mais aussi la confrontation entre le mode séculaire de la tradition orale et l’univers stupéfiant du modernisme européen. Sa lutte pour conduire ses enfants vers le refus de l’émigration se heurte à l’incompréhension des siens. Toujours positive, cette mère de famille trace son mode de vie et ses ambitions, son combat pour un Mali libre et autonome. Ses questionnements sont autant d’explication nous montrant que face à un affamé, nulle barrière n’est un frein ; que l’espoir de valorisation personnelle est un moteur puissant en regard des frontières ; que parfois, le risque en vaut la chandelle.

Ce livre fait aussi état de différences singulières entre notre perception de la réussite et celle de ces peuplades pauvres : mais dans les deux cas, il s’agit de montrer à ses proches et à eux seuls que l’on est devenu grand. Ce besoin de reconnaissance fait fi des difficultés, du mal vivre pourvu qu’il donne le moyen de montrer quelque éclat : brillance et opulence sont des notions bien subjectives selon la géographie…

En lisant ce livre, le lecteur se sentira africain et ne pourra s’empêcher de voir d’un jour nouveau les hommes frappant à notre porte.

 Bannière

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.