L’ultime secret de Christ, de José Rodrigues Dos Santos

J’ai toujours été fasciné par l’histoire des religions. En effet, savoir d’où elles viennent réellement ; pourquoi, comment elles se sont substituées à celles les ayant précédées et, de quelle façon elles se sont installées dans le contexte qui les firent naître reste une aventure fabuleuse. Je suis bien conscient que la religion apporte beaucoup pour une bonne partie de l’humanité, mais agnostique je reste, fidèle à la démonstration contradictoire qu’autorise la recherche scientifique pour la quête de la vérité.

Dans ce roman, derrière une intrigue policière bien menée,  se cache un décorticage en règle de l’élaboration du christianisme jusqu’à nos jours. Ayant lu les textes auxquels se réfère José Rodrigues Dos Santos, ma surprise est moindre. C’est heureux, car il n’y va pas avec le dos de la cuillère !

Dans tous les textes anciens en notre possession, il y a des imperfections de traduction, des arrangements provoqués dont mille raisons peuvent être cause, des incohérences qui ne pouvant se gommer demeurent dans le temps jusqu’à devenir presque invisibles, voire des évidences crées par l’usage. C’est donc plus cette lecture des livres sacrés qui m’a plu, que dis-je : Captivé ; l’enquête devenant un simple vecteur guidant le lecteur dans les méandres du nouveau testament. En définitive, il s’agit bien là de l’ultime secret du Christ, son message tel qu’il aurait dû être transcrit.

Pourtant, peut-on bâtir un empire comme celui de la chrétienté, l’accommoder aux sensibilités des peuples que l’on veut convaincre, sans altérer un peu le message originel ? C’est la loi du paradoxe, du mal pour le bien qui sacrifie le primordial pour le rendre digeste. Au-delà de la foi pure dont la croyance voit une création de l’univers, le regard de l’historien ne se base que sur des faits démontrés, ou démontrables. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouveau testament pèche d’un nombre certain de péchés capitaux, l’omission en sus !

Par contre, démonstration faite de la faiblesse de quelques fondements du christianisme, le message véhiculé par le dogme reste plein d’humanisme, de générosité. Un message de paix qui fut souvent plus meurtrier que les guerres des hommes… Mais sans la puissance ravageuse d’une vraie révolution peut-on vraiment changer le cours de l’histoire ?

4ème de couverture

La célèbre paléographe Patricia Escalona est égorgée en pleine nuit dans la Bibliothèque vaticane, alors qu’elle y étudiait l’un des plus anciens manuscrits détenus par l’Église : le Codex Vaticanus. Près de son corps, le tueur a laissé un message codé. Tomás Noronha, travaillant sur la restauration des ruines du Forum de Rome, est appelé sur le lieu du crime par la police judiciaire italienne : il a été le dernier contact de la victime. L’historien émérite, expert en cryptologie, réussit à décoder le message du tueur et se laisse embarquer dans une enquête qui va très vite se compliquer. Un nouveau meurtre aux allures rituelles a lieu en Irlande, un autre en Bulgarie, deux nouveaux messages codés et toujours ces allusions aux Saintes Écritures. D’une victime à l’autre, d’un code à l’autre, Noronha est entraîné dans une analyse des textes bibliques particulièrement troublante. Une quête de la vérité qui va le conduire en Israël, sur les traces de la plus grande figure de l’humanité : celles de Jésus-Christ. Au fil d’une enquête haletante, José Rodrigues dos Santos propose d’aborder la vie du Christ sous un angle historique, quasi scientifique. Qui était vraiment celui qui a bouleversé le cours de l’Histoire ? Quels sont les faits que l’on peut considérer comme réellement avérés dans la Bible ? Et quels sont ceux travestis par le temps et les hommes ? Réalité historique et intrigue policière se mêlent avec grande intelligence pour faire de L’Ultime Secret du Christ un thriller qui va bouleverser les certitudes de chacun.

L’auteur

Journaliste, reporter de guerre, présentateur vedette du journal de 20h au Portugal, José Rodrigues dos Santos est l’un des plus grands auteurs européens de thrillers historiques, plusieurs fois primé. La saga Tomás Noronha est traduite en 18 langues et a dépassé les 2 millions d’exemplaires. Paru l’an dernier chez HC Éditions, le premier opus, La Formule de Dieu, a été en tête des ventes dans tous les classements pendant l’été 2012.

Crédit photo site de l’auteur :: http://www.joserodriguesdossantos.com/01_theAuthor/default.html

Description du produit

  • Broché: 486 pages
  • Editeur : HC Editions (7 mai 2013)
  • ISBN-10: 2357201347
  • ISBN-13: 978-2357201347
  • Dimensions du produit: 22 x 14,4 x 4,2 cm

   Retour accueil

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans historiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’ultime secret de Christ, de José Rodrigues Dos Santos

  1. Chantal Faye dit :

    Bonjour,

    Je suis Sénégalaise, résidant à Dakar et j’aimerais savoir si je peux commander ce livre qui me sera livré au Sénégal. Si c’est possible, comment dois-je procéder pour l’achat et quels sont les frais de livraison ? Si ce n’est pas possible, pourriez vous me diriger vers une autre structure ou me trouver une autre solution?

    Merci de répondre à mon mail et merci pour l’attention que vous porterez à ma demande.

    Cordialement.

    Chantal.

    • Jérôme dit :

      Bonjour,
      Il y a quatre librairies à Dakar vendant des livres francophonne : le plus simple est de s’adresser à eux.
      Cordialement,
      Jérôme

Les commentaires sont fermés.