Le nombre de dieu, par Jose-luis Corral

C’est un roman qui nous emporte au XIIIème siècle, en plein moyen-âge dans un monde prêt à de grands bouleversements. La religion dont l’emprise est contestée par d’autres courants d’idées souhaitant plus d’orthodoxie et moins de fastes dans le sud de la France par les Cathares et, la volonté de marquer l’histoire en bâtissant des cathédrales toujours plus hautes pour la gloire de Dieu entraîne une émulation des esprits. Chaque évêque rêve de devenir l’instigateur du plus beau temple, où la lumière révélera au monde la gloire de Dieu en se hissant au rang de saint homme. La construction d’une cathédrale demande un savoir-faire peu commun que seuls quelques maîtres d’œuvre possèdent. Aussi faut-il courir les routes afin d’embaucher le meilleur. Ce dernier se chargera également de recruter les artisans les plus habiles et, pourvu que la réalisation soit parfaite : au diable si certains d’entre eux ne vivent pas dans les canons de la vraie foi telle que le saint siège romain le préconise. Ainsi, chacun ferme les yeux sur des entraves au dogme pourvu que la lumière divine inonde la gloire du Christ et de sa mère.

La construction d’un tel édifice est une affaire de longue durée, le travail d’une vie voire de plusieurs. Dans une époque où la longévité voisine les 50 ans au mieux, rien n’est simple. Les accidents, les guerres, les ressources financières et les maladies contrecarrent les ambitions. Il faut alors déployer des recours d’énergie incroyables pour achever l’édifice conformément aux prévisions.

Ce roman retrace la construction d’une cathédrale à Burgos depuis l’idée de son évêque à son achèvement. Il nous plonge en plein moyen âge, en Espagne, alors que la reconquête du pays contre les musulmans d’al Andalus fait rage, que les Juifs sont mis à contribution financièrement. Le butin de guerre de l’empire sur lequel le soleil ne se couche jamais doit faire vivre les ambitions de grandeur des hommes pour la gloire du tout puissant, de la vraie foi.

Outre la construction d’une cathédrale, le roman de Jose-luis Corral nous fait vivre avec la population de cette époque mal connue et souvent décrite soit trop sombre, soit trop lumineuse. L’auteur nous montre qu’entre la noblesse, riche, puissante et le petit peuple non instruit il existe un état intermédiaire décrié, mais dont le besoin autorise de fermer les yeux afin que la liberté de penser permette de concevoir la novation dans un monde peinant à s’ouvrir vers demain, mais cherchant la lumière quel qu’en soit le prix.

Un roman captivant, fort bien documenté par un médiéviste reconnu, qu’on ne lâche plus. Un livre dans la droite ligne des grandes épopées qui ont marqué l’histoire des hommes et, dont les vestiges nous charment encore de nos jours.

Présentation de l’éditeur

À l’aube du XIIIe siècle, alors que les rois d’Europe lancent les dernières croisades en terre Sainte, les évêques portent tous en eux le rêve d’ériger leur propre cathédrale. Avec Chartres, Rouen et Notre-Dame-de-Paris, la France a lancé un mouvement architectural sans précédent et plus personne ne peut imaginer un édifice sans y laisser toute sa place à la lumière. Nous sommes aux débuts de l’art gothique. En Espagne, l’évêque de Burgos est bien décidé à faire ériger la plus grande et la plus lumineuse cathédrale du pays. Il fait alors appel au jeune maître bâtisseur Henri de Rouen, qui détient le très précieux secret du nombre d’or. Teresa, jeune peintre aux origines cathares doit s’adapter à ces nouvelles règles architecturales qui ne laissent que peu de place à la peinture. Son art et l’atelier qu’elle dirige y survivront-ils ? Dans cette parenthèse médiévale où la femme jouit d’une grande liberté, dans cette période lumineuse du culte de l’amour et de l’intelligence, Teresa va réussir à faire de Henri de Rouen son allié et bien plus encore. Mais leur amour va-t-il pouvoir dépasser tous les diktats pour faire de cette cathédrale l’oeuvre de leur vie ?

Biographie de l’auteur

Né en 1957, dans la région de Saragosse, José Luis Corral Lafuente est l’un des plus grands historiens et romanciers espagnols. Professeur d’histoire médiévale, directeur du département d’histoire de la faculté de Saragosse, il est également un homme de média : il a présenté de nombreuses émissions historiques, à la radio et à la télévision avant de devenir le conseiller historique du film 1492: Christophe Colomb. En tant qu’auteur, il s’est imposé en quelques années comme l’un des plus grands « romanciers historiques espagnols’. Un statut amplement justifié compte tenu de ses qualités littéraires, de la précision historique dont il fait preuve et du considérable succès que ses ouvrages ont rencontré dans son pays. Ses romans parus en France – El Cid (Télémaque, 2005) et L’Héritier du Temple (HC Éditions, 2012) – ont été de beaux succès de librairie.

Source photo : https://burgospedia1.wordpress.com/2012/05/31/imes/

Détails sur le produit

• Broché: 443 pages
• Editeur : HC éditions (26 février 2015)
• ISBN-10: 2357201789
• ISBN-13: 978-2357201781
• Dimensions du produit: 22 x 3,3 x 14,6 cm

Video de presentation

[TRAILER] LE NOMBRE DE DIEU, Roman de José Luis Corral from LE FRUIT DU HASARD on Vimeo.




Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière
hebergement deshaiespizza marina vitry sur seineplaquiste médocshuttle

Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.
 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.