Stavros, de Sophia Mavroudis

Noir autant qu’il se peut, le crime n’a pas de frontière !
Stavros, un flic border line comme on les aime ! Le genre de type dont l’esprit s’affute avec la prise d’alcool, se fiant à son instinct le chasseur, avec ses blessures qui altèrent son sommeil. Un commissaire qui affronte sa hiérarchie autant que les malfrats qu’il poursuit. Avec Sophia Mavroudis, on plonge dans le monde glauque des bas-fonds, là où se trame les pires affaires. La mafia grecque s’étant associée avec celle venant de Russie, pour le trafic des femmes, mais aussi et surtout des œuvres d’art, Stavros se remet en selle : c’est son affaire ! En même temps, Stavros veut mettre un point final à une autre histoire non résolue étroitement liée avec les évènements récents. Le modus operandi est identique, une signature qui n’échappe pas au commissaire. Stavros est de suite convaincu du retour de celui qu’il n’a pu appréhender jadis. Il devra maîtriser ses supérieurs afin d’avoir les mains libres pour mener à sa façon cette enquête.

 

 



 

 

Sophia Mavroudis dissèque parfaitement le rôle du flic toujours au bord du précipice, mais pour solutionner certaines affaires ne faut-il pas utiliser les mêmes méthodes que les truands ? Stavros trace sa route sur les pas de Rodolphe, un voyou de grande envergure venu de Russie. Des travaux d’urbanisme ont mis à jours des antiquités qui disparaissent au profit de politiciens corrompus. Faire disparaître autant d’œuvres d’art est l’affaire d’une organisation pas regardante bien rodée vers l’export. Une fois dans les entrepôts russes, les œuvres dérobées se referont une santé pour rejoindre les collections privées d’amateurs fortunés. Rodolphe, pivot de la pègre soviétique dans ce commerce est à la manœuvre. Lui, dont les seuls sentiments sont le profit et le goût du risque, met un point d’honneur à avoir en permanence une longueur d’avance sur la police. Il n’hésite pas à défier Stavros, fusse par un crime dont la gratuité n’est qu’une provocation. D’autant plus que les deux hommes ont un différend non réglé depuis des années.

 

 



 

 

Un polar très noir, mettant à rude épreuve le lecteur, mais un roman policier qu’on lit d’une traite. Sans temps mort, ce livre est un régal pour les amateurs du genre. Avec Sophia Mavroudis, on plonge dans ce que l’humain a de plus noir. Entre la volonté de justice de Stavros et l’intelligence machiavélique de Rodolphe, la partie est lancée. Ménageant l’art du suspense, il vous faudra attendre les dernières lignes pour être en mesure de conclure cette histoire de commerce illicite d’antiquités. Un premier roman parfaitement maîtrisé et réussi, une entrée par la grande porte dans le milieu du polar.

 

 



 

 

Présentation de l’éditeur

Les enquêtes à Athènes du commissaire Stavros Nikopolidis.

Athènes, à l’aube… Un morceau de la frise du Parthénon a disparu et le cadavre d’un archéologue gît au pied de l’Acropole. Le passé du commissaire Stavros Nikopolidis vient de ressurgir violemment ! En effet, quelques années auparavant, sa femme Elena – alors responsable des fouilles archéologiques – disparaissait mystérieusement au même endroit. Depuis, Stavros n’est plus que l’ombre de lui-même… Mais aujourd’hui les signes sont là. Rodolphe, le probable meurtrier, son ennemi de toujours, est revenu… Stavros, véritable électron libre, impulsif, joueur invétéré de tavli et buveur impénitent, n’a plus que la vengeance en tête ! Flanqué de ses plus fidèles collègues – Dora, ancienne des forces spéciales, Eugène le hacker et Nikos l’Albanais –, soutenu par son amie Matoula, tenancière de bar au passé obscur, et malgré l’étrange inspecteur Livanos, Stavros va enfin faire sortir de l’ombre ceux qui depuis tant d’années pourrissent sa ville ! Mais la vie révèle parfois bien des surprises…

 

 



 

 

Un peu de l’auteur

Sophia Mavroudis est gréco-française. Elle est née en 1965 à Casablanca et a grandi en Grèce. Elle en a gardé le goût immodéré des cieux bleus, des oliviers et des cyprès de la Méditerranée. Elle est docteur en sciences politiques, a enseigné les relations internationales, et a travaillé dans la haute fonction publique et internationale. Après avoir arpenté pendant des années les zones de conflits en Europe et dans ses confins, passionnée de lecture, d’écriture et de musique depuis l’enfance, elle plonge désormais de l’autre côté de l’Histoire, dans l’intimité des personnages et des sociétés. Stavros est son premier roman.

Source photo Editions JIGAL:

 



Détails sur le produit

• Broché: 240 pages
• Editeur : Jigal Editions (10 septembre 2018)
• Collection : Polar
• Langue : Français
• ISBN-10: 2377220436
• ISBN-13: 978-2377220434
• Dimensions du produit: 19,5 x 1,9 x 12,5 cm








< » Stavros, de Sophia Mavroudis »>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.