La fiancée anglaise, de Gilles Laporte

Ouvrir une porte close c’est prendre le risque d’un viol d’intimité !

Les femmes, pour cause de guerre, ont dû ajouter à leur travail de mère celui des hommes occupés par les combats ou, victimes, morts au champ d’honneur. Avec un courage hors du commun, elles ont su cumuler toutes ces charges en gardant le sourire. Pourtant nombre d’entre elles furent également victimes collatérales de ces conflits. Puis il y a les enfants, autres victimes des guerres qui doivent se construire avec le manque d’un père, avec des secrets jalousement tus. L’âge venant, l’être humain a tendance à se retourner sur son passé. Pour les enfants de la guerre, cela revient à ouvrir des portes fermées, à déterrer des cadavres afin de rendre un corps aux martyres pour que la vie reprenne ses droits. Robert Forester, citoyen anglais, est de ceux-là et, la cinquantaine venant veut retrouver les trace de celui qui dans son enfance l’a entouré de son affection. Ce marin, Adolphe Lamesch, disparu en mer avec le torpilleur sur lequel il servait, lui a laissé des souvenirs, mais il souhaite réaliser la promesse faite à cet homme de dire à sa famille combien il les aimait, en savoir plus sur lui pour connaître ce que la guerre ne lui a pas laissé le temps de dire.

Alors que sa mère lui a fait jurer de ne jamais chercher à savoir, ni rencontrer quiconque de cette famille vivant en France, Robert décide de faire des recherches, puis de lui mentir afin de tenir cette promesse faite dans l’enfance. Rapidement, la tentative de rapprochement tourne court. Berthe, sa mère, a compris que robert est allé en France, sur les traces d’Adolphe : elle est furieuse. De brouilles en ruses, peu à peu la porte va pourtant s’entrouvrir. Robert va-t-il enfin savoir la vérité, car au-delà de sa promesse il perçoit rapidement que l’histoire est bien plus complexe que prévu.

Avec brio, Gilles Laporte rend ici hommage au courage des femmes ayant vécu la guerre. Avec tact, en restant très proche de la réalité il lève le voile sur les secrets de ces familles déchirées par la violence des conflits armé, sur l’intimité de ceux qui resté sur place ont dû continuer de vivre malgré tout. C’est un roman attachant et instructif qu’on ne parvient pas à lâcher. Gilles Laporte a le chic de prendre son lecteur par la main pour le conduire là où il le souhaite. La guerre de 39/40 est déjà de l’histoire ancienne pour les jeunes générations, alors que les enfants de parents l’ayant vécue sont toujours bien vivants. Lointaine pour les uns, mais suffisamment proche pour les autres afin d’être en mesure d’en retrouver des traces de vie.

Présentation de l’éditeur

En mémoire à un héros méconnu de la Seconde Guerre, l’Anglais Robert Forester part accomplir une promesse : retrouver la famille du soldat en Lorraine et remonter le cours de sa vie, frère et fils chéri, volontaire des Forces navales françaises libres et amant de l’ombre… La nécessité d’une quête et la force du souvenir.
” S’il m’arrive quelque chose, tu iras leur dire combien je les aimais. ”

A tous, Adolphe Lamesch a laissé un vide immense. C’est sur ses traces que cinquante ans plus tard Robert Forester part à Châtel-sur-Moselle pour rencontrer les membres de sa famille et leur porter les mots de celui qui accompagna son enfance en Angleterre. Telle une promesse, à la mémoire du jeune Lorrain engagé parmi les premiers dans le sillage du général de Gaulle, disparu en mer à bord du torpilleur des Forces navales françaises libres La Combattante en 1945.
Pour sa mère Berthe, l’espoir de revoir son fils vivant n’avait jamais vacillé. Elle laissait toujours sa porte ouverte, au cas où…
Parce qu’elle détenait dans ses lettres le secret d’Adolphe. Un secret troublant, plein de vie et de résilience.
Qu’elles étaient deux à partager…

Un roman bouleversant qui rend hommage à un héros discret de la Seconde Guerre mondiale, et dans lequel s’impriment la force du souvenir et le courage des femmes.

Un peu de l’auteur

Né en 1945 sur la rive gauche de la Moselle, dans une famille d’ouvriers du textile, Gilles Laporte est un authentique Lorrain. Romancier, biographe, scénariste et conférencier, il consacre toute son énergie de créateur et de conteur à son pays et à ses gens qu’il aime passionnément. Il écrit, raconte des histoires, depuis qu’il sait tenir un crayon. Fidèle à sa culture d’origine, il se présente comme un ” ouvrier des lettres “.
Couronnée par de nombreux prix littéraires dont le célèbre prix Erckmann-Chatrian, son œuvre va de la poésie au roman historique, en passant par le théâtre, le film de télévision, le roman contemporain et la biographie. Chevalier de l’ordre des Arts et Lettres et administrateur de la Société des Gens de lettres, Gilles Laporte a aussi créé et animé quatre magazines littéraires pour radio et TV, et intervient régulièrement en milieu scolaire.

Source photo Wikimedia.org

Crédit photo Claude Truong

Détails sur le produit

• Broché: 448 pages
• Editeur : Presses de la Cité (29 août 2019)
• Collection : Terres de France
• Langue : Français
• ISBN-10: 2258163056
• ISBN-13: 978-2258163058
• Dimensions du produit: 13,8 x 3,1 x 22,6 cm






<” La fiancée anglaise, de Gilles Laporte”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans contemporains, Romans historiques, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire