Le souffle d’Ange, de Gilles Laporte

Lorsque qu’Ange visite l’abbaye de Saint-Wandrille avec ses parents, elle est bouleversée en entendant jouer l’orgue. Bien que très jeune, venant tout juste de réussir son certificat d’étude, et contre toute attente, Ange décide de devenir facteur d’orgue ! Pour cela, elle doit quitter la Normandie pour aller vers l’est, pour la Lorraine. Là, elle sera formée par un célèbre facteur d’orgue, Jaquot-Jeanpierre. Fortunato la rejoint pour l’épouser. Lorsque que la grande guerre de 14-18 éclate, le couple se trouve séparé. Ange se réfugie dans son travail, elle fait beaucoup de restauration d’orgue, se déplaçant d’église en église. Les mois passant, elle a de moins en moins de nouvelles de Fortunato, la guerre qui devait ne pas durer n’en fini plus… Par son métier, Ange rencontre beaucoup de monde, dont nombre de personnes de qualité. En 1944, Ange qui a atteint la maturité dans son art, ressentira une très grande joie en restaurant l’orgue se Saint-Martin-de-Boscheville Cet orgue splendide lui rappelle celui qui a décidé sa vocation, en 1903 à Saint-Wandrille. Ange née d’une modeste famille rurale, deviendra une des grandes figures de ce petit monde des factures d’orgue.

Gilles Laporte nous fait découvrir le métier peu connu des facteurs d’orgue. Un métier d’homme. Un travail de précision, mais souvent salissant, qui demande de la force pour manipuler les différentes pièces constituant un orgue. Un travail qui laisse des traces sur les mains… Au début du XXème siècle, les femmes se destinaient plus aux tâches ménagères qu’à effectuer un travail d’artisanat. Celles qui travaillaient étaient institutrice ou secrétaires, mais en dehors des mines, exercer un métier d’homme demandait une force de caractère peu commune. Ange, par sa ténacité et la qualité de son travail, saura se faire accepter, voire respecté de ses collègues. Elle s’identifiera tellement à son métier, qu’Ange en oubliera d’être femme. Cependant, derrière son bleu de travail, il en est qui ont su déceler chez elle, des qualités dont ange ne soupçonne pas la présence.

Ce roman est un voyage où, de restauration en restauration d’orgues, Ange sera amenée à rencontrer Jean Marais, le célèbre Louis Majorelle de l’école de Nancy, ou un organiste en devenir comme Gaston Litaize… Seulement préoccupée de son métier, Ange n’éprouve aucun intérêt pour ce qui anime généralement les femmes. Vers la quarantaine, Ange a un travail, est totalement indépendante, vit seule et, lui prend l’envie de penser un peu à elle ! Elle entre dans une boutique pour acheter un manteau et un chapeau. Elle va chez le coiffeur se faire une coupe à la mode. Quitte à vivre en célibataire, autant se faire plaisir… Gilles Laporte nous fait découvrir une région et un métier avec un roman captivant. Le souffle d’Ange est de ces livres qui font voyager autant dans la géographie que dans l’histoire, sans oublier un zest se sentiment pour lier le tout. Derrière le bleu de travail, se cache un cœur qui ne demande qu’à s’épanouir pourvu qu’on sache aller l’y chercher.

Pour commander le livre, cliquez ICI : Le souffle d’Ange

Présentation de l’éditeur

Entre 1898 et 1950, de Normandie en Lorraine, un destin de passions : Ange, brillante jeune fille issue d’une famille campagnarde modeste, devient une des grandes figures de la facture d’orgues, un univers très masculin.
Le jour inoubliable de l’enfance d’Ange, qui décide de son destin, est celui où elle entend l’orgue de Saint-Georges de Boscherville, une abbaye de sa Normandie natale. Aussitôt, sa conviction est faite : elle consacrera sa vie à cet instrument dont la voix la fascine.
Pas facile quand on est une femme d’origine rurale et modeste en 1900 ! Ange devra quitter son pays et les siens, gagner la Lorraine où, dans les Vosges, elle se formera au métier de facteur d’orgues, embrassé avec une ferveur qui ne la quittera jamais. Et puis il y a les rencontres, les amitiés, la découverte de sa patrie d’adoption et de coeur, les succès et les déceptions, le deuil, le temps qui passe et… l’amour !

Une plongée généreuse dans le monde de l’orgue, une ode aux mille beautés de deux régions envoûtantes et le parcours audacieux d’une femme digne et déterminée.

Un peu de l’auteur

Né en 1945 d’une famille d’ouvriers du textile de Moselle, Gilles Laporte est un authentique Lorrain. ll se consacre depuis toujours à son pays et à ses gens qu’il aime passionnément.
Se présentant comme un ” ouvrier des lettres “, il a reçu de nombreux prix littéraires dont le célèbre prix Erckmann-Chatrian. Son œuvre va de la poésie au roman historique, en passant par le théâtre, le film de télévision, le roman contemporain et la biographie. Chevalier de l’ordre des Arts et Lettres et administrateur de la Société des Gens de lettres, Gilles Laporte intervient aussi régulièrement en milieu scolaire et anime des chroniques littéraires, notamment sur RCF. Il est l’auteur de La Fiancée anglaise.

Source photo wikimedia 

Détail du produit

• Éditeur ‏ : ‎ Presses de la Cité (25 août 2022)
• Langue ‏ : ‎ Français
• Broché ‏ : ‎ 416 pages
• ISBN-10 ‏ : ‎ 225819976X
• ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2258199767
• Poids de l’article ‏ : ‎ 450 g

• Dimensions ‏ : ‎ 14.4 x 2.8 x 22.6 cm









<” Les culs-reptiles, de Mahamat-Saleh Haroun”>





<” Le souffle d’Ange, de Gilles Laporte”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur littéraire, lecteur, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans historiques, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire