Les chiens de détroit, de Jérôme Loubry

Des enfants qui disparaissent et c’est le début de l’angoisse pour tous les parents. Tout d’abord, on retrouve des cadavres étranglés, sans qu’aucune trace ne soit laissée. Le meurtrier est prudent, la police s’arrache les cheveux, en perd le sommeil. Déjà, dans le passé, quinze ans plus tôt, des enfants avaient été retrouvés, tués de même façon. A l’époque, le coupable n’avait jamais été identifié. Stan Mitchell, l’inspecteur en charge de cette enquête inaboutie en avait perdu sa place d’inspecteur à la criminelle, relégué aux affaires courantes : l’expulsion de logement et autres chiens écrasés… Sarah Berkhamp, jeune inspectrice est chargée de cette nouvelle traque malgré elle, se lance sur l’affaire avec Stan pour adjoint, dont le retour en grâce est dû à sa connaissance des faits d’hier ! L’assassin continue sont œuvre macabre, mais il y a plus d’enfants qui disparaissent que de cadavres retrouvés. Où sont cachés les enfants de détroit ? Sont-ils vivants ? Le temps presse.

Jérôme Loubry fait fort pour un premier roman, noir, dans l’ambiance glauque d’une ville en déliquescence. Détroit a perdu sa superbe d’antan, la ville se meurt lentement, ses habitant fuient, le travail a disparu. Elle devient un no mans land avec des rues désertes, des maisons vides qui se délabrent peu à peu. La police cherche une ombre dont le seul indice est un homme de grande taille : un géant. La fable du « géant de brume » est mise en avant par une presse friande du pire.

Dans ce polard, il y a deux histoires qui se rejoignent, ce qui rend l’intrigue plus que passionnante. Le coupable, aussi invisible et cruel soit-il, n’est peut-être pas si loin que cela des enquêteurs. La clef qui permettra de l’identifier est au cœur de la police. Si proche qu’elle en devient invisible. Le serial killer réserve bien des surprises : il ne souhaite que la rédemption de Sarah ! Elle seule peut encore sauver tous les enfants s’ils vivent encore, la solution est en elle, là où sont les herbes hautes…

Un polar dont le final vous explose à la figure, aussi glauque que les crimes, et incroyablement sophistiqués. Une issue avec des coupes chirurgicales nécessaires pour calmer la peur du citoyen. Ramener le calme dans la rue demande parfois de grands sacrifices, indispensables, aussi alambiqués fussent-ils. La raison doit parfois ignorer la morale pour que puisse se faire une justice acceptable. Un grand roman bien noir, dans la lignée des grands du genre. On attend avec impatience que Jérôme Loubry réitère cet exploit.

Jusqu’ici, seul Amédée Mallock (pseudonyme de Jean-Denis Bruet-Ferreol) réussissait cette performance dans la complexité du crime. Désormais, ils sont deux à atteindre ce niveau d’excellence dans le polar !

Présentation de l’éditeur

DÉTROIT A PERDU SES REPÊRES.
SES HABITANTS L’ABANDONNENT.
SES ENFANTS DISPARAISSENT.

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

UNE INTRIGUE MAGISTRALEMENT ENTRELACEE JUSQU’A LA FIN, BOULEVERSANTE.

Un peu de l’auteur

Jérôme Loubry a travaillé à l’étranger et écrit des nouvelles tout en voyageant.

Installé à Valensole dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a déjà écrit « Prison Dichotome » (2013) et « Le sourire des morts » (2014).

Désormais établi en Provence, il publie son premier roman, « Les chiens de Détroit », en 2017.

Credit bio & photo Babelio :

Détail du produit

• Broché: 306 pages
• Editeur : Calmann-Lévy (11 octobre 2017)
• Collection : Suspense Crime
• Langue : Français
• ISBN-10: 2702161707
• ISBN-13: 978-2702161708
• Dimensions du produit: 13,5 x 2,5 x 21,5 cm

 






< Les chiens de détroit, de Jérôme Loubry « >

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire