Les folles années d’Ana, de Marie-Claude Gay

Marie-Claude Gay est un auteur qui ne cesse de surprendre son lecteur, ce nouveau roman nous conduit sur des chemins inattendus. En effet, Ana, née de souche française à Ushuaïa, avec pour seul avenir une vie en autarcie dans son village de la terre de feu, rêve de la France comme d’un pays de cocagne. Sa grand-mère qui l’a élevée lui en a tant parlé ! Visiter la France ? Cela relève plus du fantasme que d’une éventualité concevable. Passionnée de couture et de dessin, elle occupe son temps à faire des vêtements selon les rares catalogues venus de France qui lui tombent sous la main. De plus, elle est amoureuse de Volodia, un jeune homme originaire de Russie, qui désire l’épouser. La jalousie de son cousin va contrecarrer cet avenir. Le destin, farceur, en décidera autrement. Elle se trouvera malgré elle sur un bateau, dont la destination changera sa vie. Ana va découvrir que le vaste monde n’est pas tendre, voire dangereux. Seule sa volonté farouche d’être elle-même pourra peut-être la sauver d’un avenir bien morose : la rue ou la prostitution semblent les seules issues possibles lorsque la lutte pour vivre devient trop pénible, voire impossible pour une étrangère sans papiers-.

Un roman qui nous fait voyager du bout du monde à la France, dans les années folles. La guerre de 14-18 vient de se terminer, le pays demande à vivre pleinement. Les femmes qui ont fait fonctionner le pays durant la guerre prennent une place légitime dans le monde du travail, s’émancipant de la tutelle du mari. Elles coupent leurs cheveux, raccourcissent les robes, sortent et profitent de la vie. Le mode de vie a changé, mais pour Ana, c’est une totale découverte, un apprentissage de la modernité. Son pays d’origine ne vit pas au même rythme que l’Europe. Elle découvre des choses incroyables qui n’existent pas en terre de feu. Elle est fascinée par ce qu’elle découvre, mais vite inquiétée par les dangers de la vie moderne. Sans papiers, clandestine en terre étrangère, elle devient vite une proie facile pour les rabatteurs des maisons closes prêts à venir en aide aux filles perdues…

Marie-Claude Gay, outre ce superbe voyage dans les années folles vers une destinée improbable pour Ana, signe là un roman où l’on apprend beaucoup. Elle met un point d’honneur à mettre en avant les détails de l’histoire souvent ignorés du public. Tout comme dans son autre roman «Deuxième vie  », de chez J.C. Lattès en 2004, elle n’y va pas à pas de velours concernant la question du sexe. Sans papier, clandestine, Anna est sollicitée par les rabatteurs des maisons closes : un univers glauque désormais un peu oublié. Ses personnages sont criants de vérité, l’émotion au rendez-vous, de grands frisson en perspective. Un roman qu’on n’a non seulement pas envie de lâcher, mais qui plaira à tous les publics.

Présentation de l’éditeur

Ushuaïa, décembre 1918. Isolée dans l’univers implacable de la Terre de Feu, Ana, adolescente, vit aux côtés de son père. Marquée par la désertion de sa mère, elle brûle de savoir ce qui se passe derrière les montagnes, rêvant de partir à la recherche de la fugitive. Ayant hérité des dons en dessin de son arrière-grand-mère, elle se passionne pour la couture, crée et réalise des vêtements. Sur cette île perdue, se trouve un bagne enfermant de dangereux prisonniers. Agressé par l’un d’eux, la jeune fille se cache sur un cargo français qui prend la mer. Après bien des péripéties, le bateau arrive au Havre en juillet 1919. Ana rejoint la capitale la veille du défilé du 14 juillet. Clandestine, elle tente de survivre. Après un emploi à l’usine de sucre Say, où elle ne peut rester, elle est embauchée aux Halles, et doit faire face à des situations périlleuses. Par un curieux hasard, la jeune fille rencontre un grand couturier qui, étonné par son talent, lui offre un poste de modéliste. Le destin va trancher pour elle et des bas-fonds au monde du luxe, Ana, va s’accomplir.

Un peu de l’auteur

Née en Algérie, Marie-Claude Gay a publié de nombreux romans à succès. Elle est notamment l’auteur de L’Enfant de Tolède (éditions Lucien Souny,1999), Blessures de femmes (éditions Lucien Souny, 2000). Elle a publié aux éditions J.C. Lattès Le Serment de Saint-Jean-de-Luz (2003), Une famille bien comme il faut (2006), La Part belle (2009) et L’Or de Malte (2013).

Source bio: Editions Presses de la cité 

Détails sur le produit

• Broché
• Editeur : Editions De Borée (14 septembre 2017)
• Collection : Romans
• Langue : Français
• ISBN-10: 2812921595
• ISBN-13: 978-2812921599
• Dimensions du produit: 24 x 3,3 x 16,2 cm

 

 

 






< Les folles années d’Ana, de Marie-Claude Gay « >

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, Thriller, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire