Les petits papiers de Marie-Lou, de Corinne Javelaud

En 1970 les trente glorieuses donnent à la France un nouveau souffle. Les jeunes se permettent ce que n’osaient pas leurs parents. Marie-Lou qui vit avec sa mère dans un hôtel particulier de Bordeaux se veut au goût du jour. Mère célibataire, elle travaille afin de conserver son indépendance et faire vivre sa fille Dora. Pour l’anniversaire de cette dernière, Marie-Lou lui offre la poupée dont elle rêvait. Dora commence alors à se fermer, son caractère joyeux fait place à des sautes d’humeur. Puis la vie de la maison devient rapidement infernale. Marie-Lou décide de se débarrasser de la poupée en l’abandonnant dans un buisson. Las, chemin faisant elle a un accident de voiture et, se réveille dans une demeure inconnue au centre du vignoble bordelais. Un homme très élégant et distingué l’accueille ; c’est lui qui l’a amené ici après le choc où elle était restée inconsciente. Charmeur au possible, Marie-Lou tombe sous le charme de Virgile. Cependant, elle découvre vite que la maudite poupée a disparu du coffre de sa voiture.

Alors que Marie-Lou sent ses défenses affectives faiblir pour le beau Virgile, la poupée refait son apparition dans la maison. Commence l’apparition de petits papiers mystérieux portant un message rédigé par son père décédé en 44. La méfiance de la famille de Marie-Lou envers Virgile, plus l’étrange comportement de tous occasionné par la réapparition de la poupée pousse chacun à se dévoiler. Marie-Lou découvre à cette occasion que sa mère lui cachait beaucoup de chose, que Virgile n’est pas aussi transparent qu’elle le pensait… Pourra-t-elle rebondir sans perdre trop de plumes ? Les révélations sur l’histoire de sa famille lui permettront-elles de trouver un nouvel élan ? Beaucoup de non-dits enfin avoués lui donnent la force pour éclaircir vraiment qui est vraiment qui…


Corinne Javelaud nous offre un roman qui fouille les secrets de famille. Par souci de protection, on omet souvent de tout dire et, cela laisse un flou dans lequel il est difficile de se construire. L’étrange poupée n’est pas la maléfique Chucky, mais elle est animée par la haine de celle que tous souhaitent oublier depuis longtemps. Une animosité poussée à son paroxysme, cultivée méticuleusement pendant des années, toute vouée à la vengeance. L’auteur jongle habilement sur l’étroite frontière entre le réel et le mystère pour créer un climat propice à entraîner le lecteur avec elle. Les petits papiers de Marie-Lou est un roman qui vous fera perdre la notion de l’heure, difficile de le lâcher tant on se passionne dans la complexité des histoires de famille. Dans la famille de Marie-Lou, ce sac de nœud occasionné par ce que l’on tait dépasse chacun rapidement pour constituer une très belle intrigue.

Présentation de l’éditeur

Fêlures secrètes dans une dynastie bordelaise.

Dans les années 70, Marie-Lou Beltran, serveuse à L’Auberge du bonheur, vit avec sa fille, Dora, et sa mère, Luce, dans la maison familiale du quartier des Chartrons à Bordeaux. La main verte de Luce et les talents culinaires de Marie-Lou font merveille pour créer un cocon harmonieux.

Un trouble naît lorsque pour son anniversaire, Marie-Lou offre à Dora une magnifique poupée, dénichée chez un antiquaire. Les femmes Beltran constatent bientôt que la poupée suscite des phénomènes étranges.

Un médium prétend qu’elle est habitée par l’esprit d’un proche assassiné. Comment ne pas penser au père de Marie-Lou, Josué, et à son oncle, Féréol, morts en héros sur leurs arpents de vigne à Saint-Émilion, alors sous la botte allemande ?

Prise dans un engrenage de manifestations surnaturelles, butant sur le silence de Luce, Marie-Lou va devoir affronter les démons d’une histoire familiale tourmentée…

Un peu de l’auteur

Après des études de lettres et d’histoire de l’art, Corinne Javelaud s’est tournée vers l’écriture. Originaire du Limousin, elle est l’auteure d’une dizaine de romans qui ont connu un succès croissant. Elle est membre du jury du prix des romancières remis chaque année au Forum du livre de Saint-Louis en Alsace.

Source photo Amazon

Détails sur le produit

• Éditeur : Calmann-Lévy (24 février 2021)
• Langue : Français
• Broché : 368 pages
• ISBN-10 : 2702180329
• ISBN-13 : 978-2702180327
• Poids de l’article : 381 g
• Dimensions : 15.4 x 2.1 x 23.4 cm





<” Les petits papiers de Marie-Lou, de Corinne Javelaud”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Thriller | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Lorsque la vie déraille, de Franck Andriat

Prendre un train c’est toujours un début d’aventure, plus que d’aller d’un point vers un autre, le train offre l’opportunité d’émouvoir toutes les sensibilités ! Dans un train, la cohabitation forcée permet de s’agacer, de se rencontrer, de partager ou de subir sans pouvoir s’enfuir… Dans train, si le corps se dirige vers une destination précise, l’esprit suit souvent un parcours différent, mettant en action toutes sortes de sentiments. Le voyage ferroviaire est un raccourci de la société où tous sont représentés. Du voyou au bourgeois chic, toutes les couches de la population s’y trouve dans un huis clos plus ou moins long. L’arrivée à destination y mettra fin, ou pas…

Franck Andriat nous emmène dans son train au travers de ces six nouvelles. Des nouvelles souvent longues pour mieux mettre en situation ses personnages, décortiquer le sentiment de chacun. Chaque nouvelle est un nouveau voyage dans l’intime. Une intimité de signifiant pas toujours une proximité… Le partage lors d’un voyage peut aussi être une échappatoire, une situation salutaire bien que bancale, un geste d’ouverture chrétienne, tout comme la possibilité de se remémorer le meilleurs avant un affront final. Le voyage en train est l’assurance de tous les possibles, même de l’improbable. Lieu de rencontre, le train regorge d’histoire d’amour, de prises de conscience, de ressentiments en vous plaçant face à vos points faibles. Un voyage en train n’est jamais anodin et, Franck Andriat surfe brillamment avec vous sur l’aventure du rail.

Pour le commander cliquez ICI 

Pour la Belgique et tous les autres pays (France comprise), vous pouvez acheter nos livres en ligne sur http://quadrature.i6doc.com, sous forme imprimée ou sous forme numérique (ebook). Cliquez sur « Commander sur i6doc.com » à partir de la page du livre qui vous intéresse.
Vous pouvez aussi commander nos livres via les principaux sites de vente en ligne.
Quadrature ne peut cependant être tenue pour responsable des délais de livraison qui, en fonction du site choisi, peuvent parfois être assez longs. Nous vous signalons que le site Amazon.fr renseigne le plus souvent (et erronément) que nos livres sont en rupture de stock

Présentation de l’éditeur

« Son train était prévu à 7h46 vers Bruxelles-Nord d’où il monterait dans le 8h06 vers Liège et Eupen. À 9h22, il descendrait à Verviers-Central. Elle l’attendrait sur le quai, “au pied des escaliers”, avait-elle précisé. Il se sentait un peu fou, comme le soir de leur première rencontre parisienne, quand il s’était retrouvé seul, sans elle, avec pourtant la certitude qu’elle était la femme de sa vie. »
Des voyages, des instantanés de vie surpris dans les trains. L’existence s’y conjugue, au fil des rencontres, à toutes les personnes du singulier et du pluriel. Des nouvelles comme des huis clos où l’être humain se retrouve face à ses fragilités, à ses drames, mais aussi à sa faculté de résilience. Des nouvelles d’amour et de vie où chacun peut se reconnaitre.

Un peu de l’auteur

Frank Andriat a vu ses recueils de nouvelles couronnés par plusieurs prix dont le Prix Sander Pierron de l’Académie royale de langue et de littérature françaises. Frank Andriat (né le 30 mars 1958 à Ixelles en Belgique) est un écrivain belge connu pour ses livres comme La Remplaçante, Rue Josaphat, Journal de Jamila, Mon pire ami, Tabou, Jolie libraire dans la lumière…

Source photo Editions Quadrature 

Détails sur le produit

• ISBN 978-2-931080-10-8 (format broché)
• ISBN 978-2-931080-11-5 (format ePUB)
• 150 pages
• Livre broché – 16.00€
• ebook – 9.99€





<” Lorsque la vie déraille, de Franck Andriat”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles, Voyages | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’impossible pardon, de Martine Delomme

Huit ans plus tôt, Fabien a disparu subitement, laissant Marion avec qui il devait fonder une famille. Marion, inconsolable découvrit vite qu’elle était enceinte. Cinq ans plus loin, elle se marie avec un homme bien qui reconnait l’enfant. Elle est passionnée par son métier de journaliste, lui possède fabrique de tonneaux pour la viticulture. L’avenir s’annonce bien, jusqu’au jour où son mari ramène pour dîner un client, vigneron Italien. Marion est saisie de stupeur, incapable de prononcer le moindre mot : le visiteur n’est autre que Fabien que l’on pensait certainement mort… Lui-même surpris, ne sachant comment réagir devant la froideur de Marion, le repas se passe sous une tension certaine.

Ce qui uni les deux hommes est le vin, un monde où dans le passé quelques scandales ont été mis au jour. Cependant, le tonnelier s’étonne d’un besoin croissant en copeaux de chêne pour bonifier le vin, alors que cette pratique ne s’applique pas aux AOC. Fabien de son côté expédie en France des volumes important de vin. La journaliste écoute ces informations aptes à lui donner matière à débuter des investigations pour son journal.

Martine Delomme nous offre ici un roman que l’on aurait souhaiter plus long tant il est prenant. Outre l’histoire de Marion cherchant à se reconstruire en protégeant son fils, la discussion lors de ce dîner glacial fait son chemin. En corroborant les renseignements fournis par Fabien, ce qu’elle a appris de son mari, Marion débute son enquête. Rapidement, un schéma se met en place, les vignerons interrogés laissent entendre qu’il lui faut aller plus loin dans sa recherche de la vérité. Régulièrement, Marion ressent une présence, comme si elle était épiée. Cependant, elle n’a encore rien de tangible pour alerter les gendarmes. L’associé, de feu son mari, qui continue de faire fonctionner la tonnellerie la poursuit de ses attentions. Une cour assidue qui lui est pesante, parfois. L’auteur nous offre un véritable thriller qui va bien au-delà du roman terroir !


Ce roman qui mêle dans une même fiction, la recherche de la vérité propre aux journalistes, des histoires d’amour plus ou moins contrariées, un meurtre n’ayant laissé aucun indice, la fuite d’un passé douloureux et, un esprit de vengeance qui prévaut sur le pardon en font un livre qui marque la mémoire. Est-il envisageable de pardonner l’impardonnable ? Jusqu’où la culpabilité doit-elle aller ? Des questions insolubles qu’il faut résoudre pour enfin être en mesure de regarder vers demain en gardant la tête haute. Les personnages de ce roman en feront les frais, dans un tourbillon d’événements captivant, avec un final qui a le mérite d’être aussi lourd qu’il surprend.

Présentation de l’éditeur

Force du destin ? Hasard malheureux ? Le monde de Marion vacille avec le retour de celui qu’elle a aimé avec passion huit ans plus tôt. Et dont elle n’a pas pardonné les silences et l’abandon…
Marion, femme dans la tourmente qui s’engage aussi, par son métier de journaliste, à faire toute la lumière sur un trafic de vin dans sa région de Montauban.

Le nouveau roman de Martine Delomme, l’auteur du Choix des apparences.
Il y a huit ans, Fabien a disparu sans un mot, laissant derrière lui Marion, son grand amour. Fuyant le trop lourd passé de sa famille, il a tout abandonné. Une longue errance l’a conduit en Italie, où il a changé de nom et est devenu propriétaire d’un vignoble dans le Piémont. Quand, à Montauban, le hasard place sur sa route Marion, et un petit Lucas de sept ans, il comprend rapidement qu’il est le père. Non sans douleur, Marion, elle, a tourné la page : devenue une pugnace journaliste d’investigation, elle est mariée depuis trois ans à Romain, qui travaille également pour la filière viticole, et qui a adopté le petit garçon. Alors que ces retrouvailles viennent troubler son bonheur tranquille, la jeune femme découvre un scandale lié à la communauté vinicole locale.
Une affaire de vin frelaté qui, bientôt, expose Marion à de nombreux dangers…
Avec la résurgence du passé, sombre et douloureux, Marion et Fabien devront faire face à leurs sentiments exacerbés, et à leur difficulté à trouver le chemin du pardon.
Mais existe-t-il seulement un avenir pour eux ?
Un beau portrait de femme signé Martine Delomme, l’auteur du Choix des apparences.

Un peu de l’auteur

Bordelaise d’origine, Martine Delomme a dirigé pendant vingt ans une entreprise d’exportation de vin et fut la créatrice de la revue France-Export à destination des vignerons. Elle a trouvé son style, celui du roman grand public, qui mêle régionalisme en toile de fond, histoires de famille mouvementées et mystérieuses, poignants portraits de femmes avec un soupçon de suspense.

Source photo Presses de la cité

Détails sur le produit

• Éditeur : Presses de la Cité (21 janvier 2021)
• Langue : Français
• Broché : 416 pages
• ISBN-10 : 2258164133
• ISBN-13 : 978-2258164130
• Poids de l’article : 440 g
• Dimensions : 14.1 x 2.5 x 22.5 cm






<” L’impossible pardon, de Martine Delomme”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans contemporains | Marqué avec , | Laisser un commentaire

La danse de la tarentule, de Claire Blanchard

Confiés à leur grand-mère, Emilie et son frère grandissent loin de leurs parents au Croisic. Travaillant en Inde, ils ont préféré partir seuls. La grand-mère et sa fille restée célibataire les élèvent dans un régime très autoritaire, voire vexatoire et frustrant. Emilie attend toujours les congés de Noël et d’été avec impatience pour retrouver sa mère. Lorsque les parents reviennent pour de bon, Emilie découvre rapidement la toxicité de sa mère, loin des idéaux qu’elle en avait jusqu’ici. Retorse, sa mère est charmante au-devant, mais toxique en privé une fois loin des regards. Emilie se fabriquera un univers à elle pour continuer de grandir avec un minimum de dégâts. S’en voulant se l’étroitesse de sa vie, la mère d’Emilie fait payer à sa fille le prix de sa misère affective. Devant le cercueil de sa mère, dans la grande maison familiale du Croisic, Emilie revoit défiler son enfance.


Claire Blanchard signe ici un roman dur, qui prend aux tripes. Elle démonte la machine infernale qui mène à une forme de vengeance : si je suis mal, les autres doivent l’être également ! Bons chrétiens, à la limite de l’extrême, il ne faut rien montrer aux regards des autres. Le qu’en dira-t-on est une sanction redoutée… De plus, faisant partie de la bourgeoisie bien-pensante, l’on se doit de toujours s’afficher en exemple de vertu. Le prétexte d’une bonne éducation leur permet de serrer au plus prés les enfants, jusqu’à ériger la maltraitance comme modèle éducatif. Emilie, cependant, ne perd pas sa capacité de rêver. Des rêves qui la font s’imaginer pianiste. Elle est douée et envisage d’en faire un métier. La musique est son refuge, loin du fracas de la vie. La hargne de sa mère sera telle que là encore Emilie devra renoncer.


Un roman qui met au jour les mécanismes poussant à faire subir aux enfants l’étroitesse de certains adultes. Claire Blanchard pousse loin se bouchon ! Ses personnages s’en veulent de l’échec de leur vie, il leur faut un exutoire et, ce seront les enfants. Cette une maltraitance qui se voile la face, elle est un fait, plus qu’une volonté de nuire. En effet, agacés de ne pas avoir la vie dont ils avaient rêvé, ils perdent leurs nerfs rapidement et ce sont les plus faibles qui en feront les frais. Des vies ratées qui conduisent à la violence, aux brimades, jusqu’au dégout de soi. Les enfants qui en sont victime se créent des mondes à eux. Si Emilie possède une farouche force de caractère, ce n’est pas le cas de son frère. Devant le cercueil de sa mère, alors qu’Emilie est maintenant adulte, elle se remémore son enfance avec la furieuse envie d’être déjà partie, loin !

Présentation de l’éditeur

Bouleversante histoire sur l’amour d’une enfant pour sa mère aux lisières de la folie, ce roman d’une grande justesse nous entraîne dans le cercle infernal de la violence familiale…

« Ker Kroaz. Le manoir où j’ai vécu enfant. Une demeure gigantesque avec une tourelle, entourée d’un parc donnant sur une petite crique, des pièces partout, fermées à clé pour la plupart. Au début des années 1980, de l’âge de cinq ans à l’âge de neuf ans, j’ai habité là avec ma grand-mère, Joséphine Vernois, mon petit frère, Jean-Baptiste, et tante Micheline, la sœur de ma mère.
Ma mère, si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi, nous avait pondus, mon frère et moi, pouf, pouf, à deux ans d’intervalle, puis s’était promenée à travers le monde, une fois qu’on n’eut plus besoin de lui téter les mamelles, pour suivre mon père dans ses déplacements. On avait vécu tous ensemble à Palaiseau, mais un beau jour, ça y est, ça s’était décidé du jour au lendemain, mes parents avaient disparu et je m’étais retrouvée au Croisic avec mon frangin de trois ans. Ma mère nous avait confiés à ma grand-mère pour six mois, puis ces six mois s’étaient changés en années. »

La Danse de la tarentule raconte l’éveil douloureux d’une enfant éperdue d’adoration pour sa mère, monstre pervers au masque trop charmant. Dans ce roman, qui dit avec grande justesse l’enfance, Emilie émeut tout autant que sa volonté de rompre le cercle des violences familiales impressionne. Le jour où cette mère impose la tragédie, Emilie s’échappe de ses rets et ne la reverra pas de son vivant.

Video de presentation

Un peu de l’auteur

Après un Capes de Lettres Modernes et quelques années d’enseignement, Claire Blanchard publie en 2012 un recueil de nouvelles, Paris/La Baule.
En 2016, paraît chez Librinova son premier roman, irrésistible de drôlerie, Comment j’ai aidé ma copine à tuer le chat de son mec.
Elle signe ensuite neuf contes pour enfants aux éditions Leduc.s jeunesse, en 2017.
La Danse de la tarentule est son deuxième roman, paru tout d’abord sur Librinova.

Source photo Amazon 

Détails sur le produit

• Éditeur : Presses de la Cité (14 janvier 2021)
• Langue : Français
• Broché : 320 pages
• ISBN-10 : 2258164087
• ISBN-13 : 978-2258164086
• Poids de l’article : 404 g
• Dimensions : 14 x 2.6 x 22.5 cm






<” La danse de la tarentule, de Claire Blanchard”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans contemporains | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le chant du bison, par Antonio Perez Henares

lors que les Néandertaliens vont inexorablement vers leur déclin, les Sapiens s’installent dans la durée. Les deux espèces cohabitent en s’évitant, normalement… En effet, il arrive de des conflits les opposent, surtout lorsque l’un va voler l’autre ! Terre d’ombre et sa tribu vivent dans leur vallée et Chat-huant, qui est encore un enfant, dans la montagne avec les siens. Lorsque qu’arrive un homme au grand charisme nommé L’Errant, Chat-huant qui se sent différent de ceux de sa grotte trouve dans cet homme un maître. Il décide de le suivre lorsque ce dernier reprend son voyage. Pour le jeune homme ce sera tout un apprentissage de la vie, une expérience lui donnant, à défaut de force physique, une force morale qui le placera toujours un peu au-dessus des autres. Cependant, lorsqu’il laissera l’Errant enfin rentré chez lui, Chat-huant devra trouver les forces nécessaires pour accomplir son destin…


Antonio Perez Henares nous entraîne dans une histoire passionnante. Il nous fait vivre avec nos ancêtres une vie mal connue du public. Les deux espèces se sont côtoyées, mais se sont également croisées. Il a été récemment démontré que nous possédons quelques gènes Néandertaliens dans notre patrimoine génétique. Cependant, l’essor de Sapiens est inexorable alors que le Néandertalien à qui manque l’adresse et la parole décline. L’auteur qui situe l’histoire en Espagne, place l’aventure dans des lieux connus pour leurs occupations dans la préhistoire hispanique. C’est si vivant qu’on est entraîné dans le tourbillon de ses personnages.


Très bien documenté, se basant sur des faits scientifiques avérés, Antonio Perez Henares signe un roman fascinant. Il nous emmène vivre chez les deux espèces sans en privilégier aucune. On est loin de l’homme moderne, mais cela n’empêche nullement les histoires d’amour ; Chat-Huant, tout comme Terre d’ombre en feront les frais ! La lutte des clans pour tenter de trouver de la nourriture dans une nature sauvage, peuplée de prédateurs dangereux donne des frissons. Un roman tous public, un roman historique et d’aventure époustouflant d’un auteur dont on espère qu’il continuera de raconter les balbutiements de l’Homo-sapiens.

NB : La préhistoire est très peu racontée dans les romans. Jusqu’ici, seul Jean Marie Auel*  s’y était vraiment risqué dans une aventure crédible, bien que plus romancée, en six tomes .

* Jean M. Auel (née Jean Marie Untinen, le 18 février 1936 à Chicago, Illinois, États-Unis) est une femme écrivain américaine plus connue sous son nom marital. Elle est célèbre pour avoir écrit une série de romans de fiction préhistorique se déroulant en Europe et mettant en scène des hommes de Cro-Magnon et des hommes de Néandertal : Les Enfants de la Terre . Ses livres se sont vendus à plus de 45 millions d’exemplaires dans le monde.

Présentation de l’éditeur

Il fut un temps où deux espèces humaines coexistaient sur terre : Homo sapiens et Néandertaliens. Que s’est-il passé pour que l’une d’elles disparaisse ?
Chat-Huant est encore jeune lorsqu’il voit arriver dans sa grotte celui que l’on surnomme l’Errant, que tout le monde craint et respecte. La solitude du petit garçon et son intelligence poussent le grand homme à l’emmener avec lui dans son long périple.
Un voyage initiatique commence alors pour le jeune Homo sapiens, qui découvre de nouvelles contrées, de nouveaux horizons, de nouveaux clans, leur art, le pouvoir des femmes… Il va aussi s’approcher de la vallée des Premiers Hommes où vivent Terre d’Ombre et les Néandertaliens.
Mais alors que les Lunes de glace deviennent de plus en plus rudes, alors que chaque nuit est une occasion de mourir, Chat-Huant et Terre d’Ombre comprennent qu’ils ne vont pas avoir d’autre choix que celui de s’affronter pour tenter de survivre.
Extraordinairement documenté, Le Chant du Bison est aussi un roman d’amour et d’aventure au temps de la dernière glaciation. Best-seller en Espagne dès sa sortie, Le Chant du Bison est particulièrement actuel, mettant en lumière les valeurs écologistes et féministes de nos ancêtres néandertaliens.

Un peu de l’auteur

Antonio Pérez Henares est né en Espagne en 1953. Écrivain et journaliste depuis l’âge de dix-huit ans, il est l’auteur de nombreux romans historiques, dont la célèbre trilogie préhistorique, Nublares, Le Fils du héron et Le dernier chasseur.
Le Chant du Bison est son premier roman traduit en France.

Source photo Wikipedia 

Détails sur le produit

• Éditeur : HC éditions (21 janvier 2021)
• Langue : Français
• Broché : 493 pages
• ISBN-10 : 2357205059
• ISBN-13 : 978-2357205055
• Poids de l’article : 671 g
• Dimensions : 14.6 x 4.4 x 22.1 cm






<” Le chant du bison, par Antonio Perez Henares”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, Thriller, Voyages | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un voyage nommé désir, par Frédérique-Sophie Braize

La grande guerre fait rage, les hommes sont au front. Au village, seuls restent les femmes, les enfants et les vieux. Afin que le travail continue, les femmes ont dû s’y mettre. Après avoir écouté les recommandations du curé, trois femmes sont désignées pour conduire les bêtes dans l’alpage, au village d’en haut. Elles iront avec leurs enfants, frères et sœurs trop jeunes pour aller combattre. Arrivée sur place, elles ont une surprise presque inquiétante. Alors qu’elles pensaient avoir à ouvrir le village d’en haut, les portes sont déclouées, les maisons d’estive aérées, tout est prêt pour débuter cette transhumance. Même le calvaire est fraîchement fleuri ! Pourtant, elles sont seules. Péroline, Anne-Céleste et Rose ne comprennent pas ce petit miracle… Tapi dans la grange, un soldat en permission ne sait pas comment se montrer, ni si sa présence sera acceptée. Une présence masculine qui pourrait changer bien des choses pour le petit groupe manquant de bras fort pour abattre l’ouvrage. Mais un étranger dont on ne sait rien est une source d’inquiétude, surtout un homme. Si cela venait à se savoir, que penserait le village. L’inconvenance de la situation n’échappe pas au militaire en permission, mais il doit tenir sa promesse faite à un camarade de tranchée.


Dans le contexte de la guerre de 14-18, avec la mentalité de l’époque qui peut nous paraître pudibonde aujourd’hui, Frédérique-Sophie Braize joue avec les sentiments de ses personnages et du lecteur. Des femmes privées d’homme depuis trois ans, encore jeunes et jolies avec une sorte d’aventurier au parcours chargé, le cocktail est explosif ! Les trois amies de toujours devront s’unir pour conserver les apparences de la bienséance, tout en profitant de la force de cet homme providentiel. De plus, il ne ressemble en rien aux hommes qu’elles connaissent. Un mari violent et alcoolique pour l’une, trop de frères et sœurs à élever pour une autre et, la bonne d’un curé intransigeant que la troisième cherche à fuir dans un mariage à venir, qu’elle souhaite moins mal que vivre à la cure.


Un roman touchant qu’on a des difficultés à lâcher. Un roman qui est un bon reflet d’une époque révolue qu’ont connue nos grands-parents. Un monde inimaginable aujourd’hui mais si proche. Beaucoup de romans font la part belle aux combattants de la grande guerre, mais peu témoignent de la vie de ceux qui restés chez eux en assumant le travail des hommes partis combattre. Frédérique-Sophie Braize le fait avec brio en nous offrant un livre instructif et divertissant.


Présentation de l’éditeur

1917. La venue providentielle d’un soldat italien dans un village haut perché des Alpes va bouleverser, pour le meilleur, le destin de trois femmes. Et semer dans leur esprit un souffle de liberté pour combattre les travers de leur société patriarcale.
Une ode sensuelle et magnifique aux femmes.
Tout là-haut, sur l’alpage savoyard où elles doivent rester jusqu’à la fin de l’été, trois femmes font la rencontre de Vincenzo, soldat italien en permission.
La plus âgée, Péroline, mère de famille, est sans nouvelles de son mari depuis trois ans. La pieuse Anne-Céleste n’a reçu qu’une lettre, très sibylline, de son fiancé sur le front. La jolie Rose, en âge de convoler, doit veiller sur sa fratrie orpheline. Toutes trois sont en manque de bras solides pour abattre leur travail le jour et… pour étreindre leur corps la nuit. Dans les Alpes en pleine touffeur d’août se révèle la faim de vivre de cette petite communauté privée d’hommes. L’attitude énigmatique de l’Italien, à la fois aventurier séducteur et âme consolatrice, délivrera le destin des trois amies brimées – qui d’un mari violent, qui d’un prêtre, qui du poids du devoir –, emportées dans les tourmentes de l’Histoire (et du plus rocambolesque des faits divers, le vol de la Joconde au Louvre en 1911 !). Mais aussi au cœur du désir féminin…
Une ode sensuelle et magnifique aux femmes. Par une nouvelle romancière dans la collection Terres de France.

Un peu de l’auteur

Frédérique-Sophie BRAIZE romancière, nouvelliste, chroniqueuse de presse écrite, née à Évian.

Fille unique d’un alpiniste – réalisateur des Colonnes de Buren à Paris – elle vit dix ans chez ses grands-parents, des paysans de montagne. Elle fait ses études au Pays de Galles d’où elle revient diplômée en Business et Finances du Polytechnic of Wales. Elle travaille dans la sécurité privée et industrielle avant de se lancer dans l’écriture. Elle partage sa vie entre la Haute-Savoie et Paris avec Mouton, son chien de berger.

 

 

 

 

 

 

 

Source photo Amazon 

Détails sur le produit

• Éditeur : Presses de la Cité (21 janvier 2021)
• Langue : Français
• Broché : 480 pages
• ISBN-10 : 2258193486
• ISBN-13 : 978-2258193482
• Poids de l’article : 499 g
• Dimensions : 14.1 x 3.4 x 22.7 cm




















<” Un voyage nommé désir, par Frédérique-Sophie Braize”>

 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans contemporains, Romans historiques | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Fenêtre ou couloir, de Claire Blanchard-Thomasset

Demain n’est-il qu’une question de choix et d’audace ?

Fenêtre ou couloir, c’est une question de positionnement, de point de vue, ou d’une décision relevant de l’intime. Claire Blanchard-Thomasset joue avec ce sentiment mitigé relevant souvent de l’inconscient nous poussant, parfois, là où nous sommes malgré nous surpris. La bonne question à se poser est : faisons-nous le bon choix ou privilégions-nous l’élan de de notre sentiment premier ? il est aussi possible de subir les aléas de la vie tout simplement… Ce recueil nous offre une vingtaine de nouvelles pour nous promener dans les méandres de ce qui peut nous entraîner contre toute logique, souvent, vers des issues qui n’en sont pas vraiment. Des nouvelles qui démontrent la place d’un geste ou d’une décision audacieuse sur l’avenir.


Claire Blanchard-Thomasset anime ses personnages dans des situations pas forcément bien maîtrisées. La douloureuse question du choix est présente dans chaque nouvelle. Mais si chacun est le jeu du grand hasard de la vie, tout n’est pas sombre pour autant. Des situations de bonheur peuvent survenir alors que rien ne les annonçait, tout comme une décision peut s’avérer compliquée par la suite… Ni joyeuses ni tristes, ces dix-neuf nouvelles nous promènent avec délice sur des terrains parfois glissants. Rédigée avec une écriture fluide, chacune d’elles se laisse lire avec un grand plaisir, nous poussant aussi à une certaine réflexion, parfois. Un petit recueil idéal pour lire un peu, le soir, avant d’aller dormir. Le sommeil permettra peut-être de s’imprégner d’un peu de sagesse afin de réfléchir mieux à l’avenir sur nos décisions.


Pour commander cliquez ce lien https://www.i6doc.com/en/book/?gcoi=28001100069660

VENTE EN LIGNE
Pour la Belgique et tous les autres pays (France comprise), vous pouvez acheter nos livres en ligne sur http://quadrature.i6doc.com, sous forme imprimée ou sous forme numérique (ebook). Cliquez sur « Commander sur i6doc.com » à partir de la page du livre qui vous intéresse.
Vous pouvez aussi commander nos livres via les principaux sites de vente en ligne.
Quadrature ne peut cependant être tenue pour responsable des délais de livraison qui, en fonction du site choisi, peuvent parfois être assez longs. Nous vous signalons que le site Amazon.fr renseigne le plus souvent (et erronément) que nos livres sont en rupture de stock

Présentation de l’éditeur

« Elle avait déjà décidé, c’est là qu’elle s’installerait. Elle avait retrouvé la vue, elle avait un horizon. Tout à coup, elle respirait mieux. L’air d’ici, elle le sentait, serait vivifiant. Elle serait bien dans cet appartement. De son cinquième étage, elle surplomberait les tracas, regarderait de haut ses chagrins. »
Fenêtre ou couloir ? Contrairement à ce que proposent les compagnies ferroviaires, les choix sont nombreux, changeants et nuancés. Les personnages des dix-neuf nouvelles de ce recueil vivent tous des situations qui questionnent leur place, au sein du couple, de la famille, au travail, ou vis-à-vis d’eux-mêmes : place à trouver, à retrouver, à conquérir, à garder, à ajuster, à accepter ou à quitter.

Un peu de l’auteur

Claire Blanchard-Thomasset vit en région parisienne. Tour à tour professeure de français, bibliothécaire et formatrice en écriture, elle navigue depuis toujours entre littérature et transmission.
Elle a obtenu le Prix Prométhée de la Nouvelle pour son recueil Femmes d’attente (Ed. du Rocher)

Source photo Editions Quadrature

Détails sur le produit

• ISBN 978-2-931080-08-5 (format broché)
• ISBN 978-2-931080-09-2 (format ePUB)
• 110 pages
• Livre broché – 16.00€
• ebook – 9.99€






<” Fenêtre ou couloir, de Claire Blanchard-Thomasset”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles, Voyages | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Versant secret, de Patrick Breuzé

Martin Grismons a quitté son poste de cadre dans l’industrie pharmaceutique. Médecin, il ne se reconnaissait plus dans cette vie. Parti en Haute-Savoie, dans un petit village, il est intrigué par celle qui passe comme une ombre et que les gens nomment « la femme aux chèvres ». Il s’installe dans un bas de ferme presque à l’abandon, loin du luxe de son duplexe des Hauts de Seine, mais suffisant pour l’instant. Des rumeurs se murmurant au village sur la femme aux cheves ne cessent d’intriguer Martin. Elle aurait un passé lourd à porter, car impliquée dans le décès d’un écrivain anglais. Martin aime comprendre et savoir. Si elle n’a pas été condamnée, c’est qu’il y a quelque chose au-delà de la rumeur. La quête de la vérité lui fera découvrir des ressources qu’il ne savait pas avoir.


Dans les petites villes de province, où tout le monde se connait depuis toujours, les rumeurs mènent rapidement la grande vie. La proximité des habitants permet au mieux de s’éviter, mais tout se sait et se colporte. Pourtant, la femme aux chèvres reste là, malgré l’hostilité envers elle. Martin rencontre Pin pon dans le bistrot se cachant derrière l’épicerie. Avec un impressionnant besoin d’alcool, surtout lorsque c’est aux frais de Martin, il parle de sa vie de journaliste avortée avant d’avoir été. Correspondant de presse, il sait tout de sa région. Il a mené des enquêtes pendant toute sa carrière , dont son journal n’a jamais voulu. Martin, en lui offrant une oreille donne à cet homme brisé un peu de l’éclat dont il a tant rêvé. Derrière la rumeur, se cachent des secrets pourrissant la vie alors qu’ils seraient salvateur de les révéler. Martin doit affronter les préjugés, pénétrer l’intime afin de sortir de l’aveuglement de la mémoire collective.


Patrick Breuzé nous offre ici un roman qui reflète bien l’ambiance d’un village en autarcie. Sans apport de sang neuf, la commune s’enkyste dans ses certitudes, ses non-dits et ses rumeurs. Un livre qui joue avec nos sentiments. On aime, on déteste, on s’indigne et l’on s’émeut. Patrick Breuzé se fait chef d’orchestre de nos émotions dans un livre passionnant, difficile à lâcher. Avec lui, le lecteur à le sentiment de vivre l’aventure, de ressentir la morsure de froids, la violence du silence.

Présentation de l’éditeur

Ancien médecin devenu cadre dans une grande firme pharmaceutique, Martin Grismons a tout quitté pour partir en quête d’une nouvelle vie.

Séjournant dans un village de Haute-Savoie, il est fasciné par celle qu’on appelle la « femme aux chèvres », Fanny, une bergère d’une beauté troublante à laquelle la rumeur prête une lourde responsabilité dans la mort d’un écrivain anglais lors d’une course en montagne.

Tout en menant l’enquête pour essayer de comprendre les circonstances du drame, Martin tente d’apprivoiser la jeune femme, qui vit en bannie.

De quoi est-elle coupable ? En voulant l’aider à exorciser le passé, Martin va découvrir un bouleversant secret…

Un peu de l’auteur

Patrick Breuzé est un auteur français né le 7 janvier 1953. Parisien dans une première partie de sa vie, il vit depuis 20 ans dans les Alpes du nord, décor de la plupart de ses romans. Ses histoires sont universelles, elles mettent en scène des personnages malmenés par la vie ou au contraire à la recherche d’un humanisme oublié, de vérité et de partage entre les hommes.
Ses cinq premiers romans ont été publiés par les Presses de la Cité, les trois derniers par Calmann Lévy, son éditeur actuel.

Source photo Amazon 

Détails sur le produit

• Poids de l’article : 480 g
• Broché : 320 pages
• ISBN-10 : 2702168922
• ISBN-13 : 978-2702168929
• Dimensions : 15.3 x 2.6 x 23.5 cm
• Éditeur : Calmann-Lévy (14 octobre 2020)
• Langue : : Français






<” Versant secret, de Patrick Breuzé”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Voyages | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Face à la mer, de Pierre Monbrand

La femme, cet obscur objet du désir !

Avec pour fil conducteur la femme, ce recueil de nouvelles ne peut que marquer le lecteur, surtout ceux du genre masculin, mais pas que… Que ce soit une enseignante, une naïade entraperçue de loin ou un regard lancé par le truchement de Cupidon, la femme ne cesse d’alimenter nos fantasmes, nos désirs pour nous entraîner en dehors de notre zone de confort, prendre le risque d’une chute vertigineuse ! Pierre Montbrand séduit son lecteur avec des nouvelles sur l’amour improbable, celui qui fleurit au détour d’un fragment de vie, celui que l’on n’attend pas, même si certain, plus audacieux, n’oseront jamais avouer en avoir rêvé. Ce sont des aventures uniques, dont les braises restent vivaces toute la vie.


Pierre Montbrand rédige des nouvelles longues pour des histoires courtes. En effet, l’unicité de ces aventures en fait de véritables romans, mais juste un éclair sur le long d’une vie. Chaque histoire est de l’ordre du probable, la longueur permettant de s’installer confortablement dans un récit dont certains retrouveront le pétillement d’un souvenir. Les amours interdites, car s’en sont, ébranlent la morale collective. L’histoire ne dira jamais si elles dérangent pour l’horreur d’avoir franchi un tabou, ou parce qu’elle représente un possible dont on veut se prémunir !


Avec Pierre Montbrand on se délecte de nouvelles longues offrant du temps pour s’installer confortablement dans chaque histoire presque sans lendemain. Presque car si elles ne peuvent vivre au matériel sur la durée, elles tisonnent à jamais le jardin secret des victimes. Fréquemment rêvées, rarement frôlées, ce sont des impossibles ne pouvant survenir qu’une fois dans une vie pour les plus chanceux… Cependant, le prix à payer sera toujours très lourd à porter.

Présentation de l’éditeur

Un jeune étudiant amoureux de sa professeure d’anglais, un commandant de ferry voulant à tout prix retrouver une baigneuse aperçue de sa passerelle, un critique de cinéma à la recherche du passé d’Ingmar Bergman et de Harriet Andersson sur l’ile d’Ornö, un professeur d’université désargenté jouant les reporters sur les routes du Mississippi… Tous ont en commun la quête de l’éternel féminin, mystérieux et insaisissable.

Pour le commander cliquez ICI https://www.i6doc.com/fr/book/?gcoi=28001100219050

ENTE EN LIBRAIRIE
Nos livres sont référencés sur Électre, Dilicom, Banque du livre
Votre libraire belge peut les commander très facilement. Il lui suffira de commander via BDL-Dilicom ou d’envoyer un courriel à quadraturelib@gmail.com
Votre libraire français (idem pour les autres pays) peut également commander via Dilicom ou par courriel à Quadrature.
Il peut aussi commander votre livre auprès de la Générale Libr’Est, via Dilicom, par fax au 01 41 65 23 02 ou par courriel à la Générale Libr’Est.

VENTE EN LIGNE
Pour la Belgique et tous les autres pays (France comprise), vous pouvez acheter nos livres en ligne sur http://quadrature.i6doc.com, sous forme imprimée ou sous forme numérique (ebook). Cliquez sur « Commander sur i6doc.com » à partir de la page du livre qui vous intéresse.
Vous pouvez aussi commander nos livres via les principaux sites de vente en ligne.
Quadrature ne peut cependant être tenue pour responsable des délais de livraison qui, en fonction du site choisi, peuvent parfois être assez longs. Nous vous signalons que le site Amazon.fr renseigne le plus souvent (et erronément) que nos livres sont en rupture de stock

Un peu de l’auteur

Auteur de nombreuses nouvelles, Pierre Montbrand est aussi un passionné de cinéma, et plus particulièrement de l’œuvre de Bergman, qui lui a inspiré en 2018 son roman Murmures. Il vit aujourd’hui en Savoie, sur les rives du lac du Bourget.

Source photo Editions Quadrature

Détails sur le produit

• ISBN 978-2-931080-06-1 (format broché)
• ISBN 978-2-931080-07-8 (format ePUB)
• 100 pages
• Livre broché – 15.00€
• ebook – 9.99€






<” Face à la mer, de Pierre Monbran”>

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La mer et au-delà, de Yann Queffélec

Surfer les océans sur un grand cormoran force à perdre quelques plumes !

Lorsque Florence Arthaud demanda à Yann Queffélec de lui écrire un livre sur elle, il refusa catégoriquement, partant du principe que ce genre d’intimité se rédige mieux dans l’entre-soi d’une retraite que par le truchement d’un nègre, la proximité de l’amitié requérant de conserver le mystère d’un jardin secret. Celle qui fut baptisée « la petite fiancée de l’Atlantique », connue comme skipper dans les courses au large, décédée lors d’un tragique accident d’hélicoptère en Argentine où elle participait à une émission de téléréalité, reste une inconnue. On ne voit des skipper que ces fous furieux qui prennent la mer sur des monstres de technologie afin de se confronter à la violence des éléments, des gladiateurs modernes risquant leurs vies pour nous offrir du frisson par personne interposée. Jusqu’à Florence Arthaud, essentiellement des marins mâles pour ne pas contrarier la mer… Jolie fille et marin fendu, elle fera tout pour rejoindre les grands, quitte à y perdre des plumes.


Un livre choc, où Yann Queffélec écrit le roman que « Flo » lui avait demandé ! Il ne l’écrit pas en désespoir de cause, mais avec le sourire et un peu de nostalgie. Ils se sont bien connus, aussi peut-il dévoiler comment une jeune fille de bonne famille devient un grand marin, comment l’étudiante passe de médecine à la course au large. Florence est éprise de liberté dans une époque où ce n’est pas vraiment de bon ton. Les années 70 sont couvertes des cicatrices de 1968, les parent veulent encore une liberté d’obéissance pour leurs enfants, ces derniers se veulent libres de penser et de partir au gré des vents. Florence payera le prix fort par amour de la mer et des marins, mais le bonheur d’être au large à surfer sur des vagues colossales mérite tous les sacrifices possibles.


La plume de Yann Queffélec se fait drôle et souvent poétique pour évoquer Florence Arthaud. Comme il le dit en quatrième de couverture, ni mon amante ni mon amie, mais une sœur d’affinité. Il fallait ce genre de lien fort entre ces deux-là pour nous faire découvrir non seulement qui elle était, mais aussi comment Florence Arthaud a construit sa légende. Au travers de l’histoire de florence Arthaud, Yann Queffélec tourne le projecteur vers ces marins que nous admirons sans les connaitre autrement qu’à la barre d’une formule 1 des mers. Un livre tendre pour parler d’une amitié très forte, mais aussi d’une admiration certaine pour la force de volonté de Florence Arthaud.

Présentation de l’éditeur

Elle était qui pour moi ? Ni mon amante ni mon amie, plutôt ma sœur d’affinités.
Les mêmes démons nous tourmentaient : la famille, la société, la mer, une envie folle de partir loin, elle sur ces voiliers que j’aime tant, mon premier job, et moi de par les mots sans limites qu’elle chérissait comme des voiliers.

Qui a tué Florence Arthaud le 9 mars 2015 ? Ses démons ? L’alcool ? La misogynie des puissants ? Le hasard d’un accident aérien dans le ciel d’Argentine ? Saura-t-on jamais les secrets de cette Antigone indomptée qui partait en mer défier la chance et les hommes.

Un peu de l’auteur

Yann Queffélec, de son vrai prénom Jean-Marie Queffélec, est un écrivain français.

Il est le fils de l’écrivain breton Henri Queffélec et le frère de la pianiste Anne Queffélec ; il a été marié à la pianiste Brigitte Engerer, avec qui il a eu une fille.

Bien qu’il vive encore à Paris, il a gardé de fortes attaches en Bretagne notamment à l’Aber-Ildut.

Amoureux de la mer et de sa Bretagne il fut stagiaire dès 1962 puis moniteur à la célèbre école de voile Jeunesse et Marine et il a pu naviguer avec Éric Tabarly.

Il entame sa carrière d’écrivain en éditant à 32 ans une biographie de Béla Bartók. Quatre ans plus tard, il reçoit le prix Goncourt pour son roman “Les noces barbares”. Il est l’auteur de nombreux romans et d’un recueil de poèmes. Il y décrit des personnages passionnés en mal d’amour. Il écrit aussi des paroles de chansons, notamment pour Pierre Bachelet.

En 1998, il anime sur internet la création d’un roman interactif Trente jours à tuer.

Il reçoit le Prix des Hussards (2016) pour “L’homme de ma vie”.

Il a été chroniqueur pour l’émission de France 2 : “Pourquoi les manchots n’ont-ils pas froid aux pieds ?”.

Source bio Wikipedia

Source photo Clamann-Levy

Détails sur le produit

• Poids de l’article : 340 g
• Broché : 216 pages
• ISBN-13 : 978-2702166819
• Dimensions du produit : 13.7 x 2 x 21.5 cm
• Éditeur : Calmann-Lévy (21 octobre 2020)
• Langue : : Français








<” La mer et au-delà, de Yann Queffélec”>

Publié dans Achat livre, Biographie, Livres, Romans contemporains | Marqué avec , , , , | Un commentaire