Par amour, de ValérieTong Cuong

C’est par amour que l’on devient un géant lorsque tout s’écroule !

Ce nouveau roman de Valérie Tong Cuong, contrairement à ce que peut laisser penser ce titre, ce déroule pendant la seconde guerre mondiale, au Havre. Une fiction, certes, mais un roman à forte teneur historique : un territoire nouveau pour Valérie Tong Cuong, l’éloignant du roman contemporain, mais un essai transformé avec brio. Avec les différents personnages du livre, nous vivons le ressenti, la manière de vivre cette invasion que fut l’occupation pour les familles. La guerre révèle des forces en chacun, bouleverse l’ordre des priorités, pousse au dépassement de soi, quitte à se mettre en danger, par amour.

Dans les familles, on pense d’abord à protéger les siens, pourvoir au nécessaire jusqu’à l’insupportable. La révolte nuirait gravement à ceux que l’on protège, les privations sont un moindre mal du moment que l’on reste ensemble. Le risque, la fracture qui bouleverse cet équilibre précaire est le sentiment d’injustice : vivre l’insoutenable pousse à prendre le chemin de la résistance. Jusque-là, c’était la loi du moindre mal qui prévalait, désormais ce sera le régime du risque assumé qui primera. Dans les familles, moins l’on en sait mieux cela vaut. Taire un secret crée une fracture, pousse à l’isolement et, le geste d’amour de l’autre par un effet pervers éloigne les proches.

La ville du Havre a été rasée durant la dernière guerre. Le roman de Valérie Tong Cuong restitue parfaitement le climat de l’époque, comment s’organisait la vie des habitants entre les alertes et les exigences de l’occupant. Elle met aussi l’accent sur un événement peut connu de cette guerre : l’éloignement des enfants qui furent séparés de leurs familles afin de les protéger, puis placés dans des familles d’accueil, pour eux, mais aussi malgré eux. S’éloigner des siens est toujours une déchirure, un saut vers l’inconnu !

Valérie Tong Cuong tient son lecteur en haleine, le prend par les sentiments jusqu’au bout du livre. Un roman historique montrant la guerre de l’intérieur, par le vécu. Elle nous raconte ce que les gens de ma génération, celle du baby-boom des années soixante, ont entendu de leurs parents. La guerre de 39-40 appartient aujourd’hui aux livres d’histoire, mais rares sont les ouvrages abordant la guerre dans l’intimité des français. Aussi petit soit le geste, dès lors qu’il se distingue des lignes tracées par l’ennemi, il devient vite un acte d’héroïsme que seul l’amour peut motiver.

A paraître le 25/018/2017 aux éditions JC. Lattès

Présentation de l’éditeur

Par amour, n’importe quel être humain peut se surpasser. On tient debout, pour l’autre plus encore que pour soi-même.
V.T.C.

Un peu de l’auteur

Valérie Tong Cuong a publié dix romans, dont le très remarqué Atelier des miracles. Avec cette fresque envoûtante qui nous mène du Havre sous l’Occupation à l’Algérie, elle trace les destinées héroïques de gens ordinaires, dont les vies secrètes nous invitent dans la grande Histoire.

Source photo & bio : Editions JC Lattes

 

Détails sur le produit

• Broché: 416 pages
• Editeur : JC Lattès (25 janvier 2017)
• Collection : Littérature française
• Langue : Français
• ISBN-10: 2709656043
• ISBN-13: 978-2709656047





 

Publié dans Achat livre, Biographie, Critiques littéraires, Livres, Romans historiques | Laisser un commentaire

Cavale, de Virginie Jouannet

L’amnésie d’un événement récent, violent, traumatisant, relève-t-elle d’une manipulation ou est-elle une réelle protection contre l’insupportable ? C’est la question de se pose en boucle Jeanne. De même, la police se demande que penser des déclarations de la jeune femme. Afin d’y voir plus clair et, parce qu’elle pressent que l’affaire est grave, Jeanne décide de fuir sans téléphone ni carte bleue. Une cavale où elle ne sera pas si seule qu’elle le pensait. Malgré elle, la mort de son fiancé la concerne de près. Un fiancé pas aussi clair que cela au regard de la loi : un effet boomerang la guette.

Avec Virginie Jouannet, nous pénétrons dans la psychologie de Jeanne. Avec finesse, elle dissèque les doutes, les inquiétudes que peut approuver un fuyard. Jeanne comprend bien que le passé de son fiancé récemment décédé de mort violente risque de lui valoir des ennuis. L’inconvénient, c’est qu’avec son amnésie de ce qui concerne le drame, elle ne voit pas bien jusqu’où elle est impliquée. La police semble l’ignorer pour l’instant, mais les autres ; ces truands qui semble-t-il travaillaient avec celui qu’elle s’apprêtait à épouser ? Des appels anonymes lui font voir le risque la guettant. Le semblant d’équilibre qu’elle retrouve ne dure pas, il lui faut réagir, vite, fuir de nouveau.

Le lecteur prend facilement la place de Jeanne. Avec elle, l’on en vient à douter de tout et de tout le monde. L’amnésie d’un acte fort est une protection de l’esprit, mais l’inconscient, lui, n’oublie rien. Peu à peu, il distille les infos afin que la vérité se fasse, aidée en cela par celui qui l’a retrouvée afin de la ramener vers l’initiateur du crime : un caïd du milieu. Doublement prise au piège, Jeanne s’en sortira-t-elle vivante, ou payera-t-elle à vie la faute de son Ex ?

Un roman captivant, presque envoutant, qui le classe dans les thrillers psychologiques. Bien qu’il n’y ait pas de flots de sang à tous les étages, le suspense dure jusqu’à la fin. Le dénouement est à la hauteur du roman : à la dernière ligne !

Présentation de l’éditeur

Jeanne a oublié deux heures de sa vie.
Deux heures pendant lesquelles son compagnon a été poignardé.
À l’arrivée de la police, elle se souvient seulement s’être réveillée à ses côtés, dans une mare de sang.
Avant cela, rien.
Jeanne doit retrouver la mémoire.
Vite.
Quand commencent les appels anonymes, elle n’a plus le choix. Elle s’enfuit.
Au cours de sa folle cavale, il lui faudra dénouer les fils de son passé et faire face à une culpabilité d’enfance qui ne cesse de la ronger.

Avec Cavale , Virginie Jouannet nous entraîne dans la fuite éperdue d’une femme vers la liberté ; une femme épiée, traquée et victime de ses propres cauchemars. Un roman qui exprime, dans une langue lumineuse, la force cruelle des secrets.

Depuis des années, Virginie Jouannet se consacre à l’écriture. Elle est l’auteure de pièces de théâtre, de poésies, de nouvelles. Elle vit actuellement à Bayonne. Cavale est son deuxième roman.

Un peu de l’auteur

Depuis des années, Virginie Jouannet se consacre à l’écriture. Elle est l’auteure de pièces de théâtre, de poésies, de nouvelles. Elle vit actuellement à Bayonne.

Source photo & bio : Editions XO

 

Détails sur le produit

• Broché: 418 pages
• Editeur : XO (19 janvier 2017)
• Langue : Français
• ISBN-10: 2845638647
• ISBN-13: 978-2845638648
• Dimensions du produit: 15,4 x 3,4 x 24 cm






 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Thriller | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Juda du diable, de Jean Siccardi

Le passé sombre d’un lieu s’ancre mieux dans l’imaginaire que dans l’épaisseur des murs

Dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale, chacun panse ses plaies, cherche à retrouver une forme d’insouciance, mais persiste encore le doute sur la fidélité de certains. Dans les villages où tout se sait, le doute devient certitude à la vitesse du commérage. Dès lors qu’un étranger apparaît, les esprits s’échauffent, les bruits de comptoir deviennent des réalités : il n’y a pas de fumée sans feu !

A cette époque, les villages perdus dans les provinces vivaient dans une sorte d’autarcie. Chacun réglait ses problèmes au sein de la commune. La réussite extraordinaire d’un membre de la communauté entraînait des jalousies, certes, mais déclenchait rapidement la suspicion. Pour peu que l’intéressé soit un peu discret sur l’origine de sa fortune et porte beau, l’admiration le disputait rapidement aux ragots de couloirs. Avant le début des hostilités se formaient déjà des alliances fascisantes chez les transalpins. Mussolini avait des sympathisants au-delà de ses frontières. Durant la guerre, l’occupant prenait ses aises sur le territoire, consommait et festoyait. Certains commerces en faisaient un joli profit.

Après la débâcle de l’armée allemande, la France a réglé ses comptes avec ceux qui avaient manqué de patriotisme et s’étaient enrichis. Quelques-uns de ces français, n’ayant pas la conscience bien tranquille, sentant un avenir délicat, ont pris la fuite avec le retrait des armées d’occupation. Restaient leurs biens comme seuls témoignages de leurs trahisons.

Racheter un tel édifice aux enchères afin de le réhabiliter, c’est plonger dans l’intimité de l’ancien propriétaire, raviver les on-dit, relancer la suspicion. Pour peu qu’un artisan du village aide à la réfaction, cela devient une complicité sulfureuse, une affaire pas très claire ! Néanmoins, il est des formes de résistances dont personne n’a jamais entendu parler : l’enquête révélera-gt-elle la vérité, et comment sera-t-elle perçue au village ?

Un roman captivant montrant la guerre de 39-40 sous un angle peu abordé par les livres. Ici, ce n’est pas la recherche des juifs dont il est question, ni d’une simple collaboration avec l’ennemi, mais de l’histoire d’un escroc meurtrier, motivé par le seul profit, sans le moindre sentiment : bref, un monstre profitant des faiblesses du système chancelant de son temps. C’est l’aventure d’un serial killer qui ravira les amateurs du genre. Un roman qu’on ne lâche qu’à regret.

Il appartient désormais à l’histoire de parler de cette guerre de 39-40, mais seulement dix ans après la fin du conflit, les autorités continuaient de chercher des réponses.

En librairie le 19 janvier 2017

Présentation de l’éditeur

En 1951, tombé sous le charme de la région, un jeune couple anglais achète pour une bouchée de pain une auberge abandonnée sise sur une rive de la Siagne. Durant l’Occupation, l’ancien hôtel du Pont fut le théâtre de transactions et d’activités peu recommandables sous l’impulsion de ses propriétaires, les Boutarel.

Or, peu à peu, les murs de l’endroit délivrent leurs noirs secrets… Un artisan, Louis Reboux, découvre un paquet de lettres dénonçant des faits abominables. Ces lettres sont signées d’un énigmatique employé, dont les Boutarel, décidément sans scrupules, ne se méfiaient pas…

Un peu de l’auteur

Né à Nice, Jean Siccardi vit à Saint-Cézaire dans une ancienne chapelle qui domine Cannes, l’Esterel et la Méditerranée. Il partage avec quelques millions de citoyens de Marseille, Nice et Menton le privilège de porter un nom italien : celui de ses grands-parents qui, au début du xxe siècle, ont émigré du Piémont vers la France, dans le comté de Nice. C’est dans ses racines qu’il puise les sentiments et les personnages qui font la force brutale, romantique et drôle de ses histoires.

La Méditerranée au sens très large de ses frontières, de l’Espagne à l’Italie, le conduit à découvrir à chaque saison le bonheur tout naturel d’être du Grand Sud et de fouler les traces de Giono, Bosco, Suarès.

Auteur d’ouvrages poétiques, d’albums pour la jeunesse, de pièces de théâtre et de romans, Jean Siccardi est un polymorphe de l’écriture. Pour lui le travail d’écrivain est un véritable métier que l’on ne peut partager avec rien d’autre ; une vie entière hors des modes, des courants et des écoles. “On doit consacrer sa vie entière à son métier d’écrivain, sans aucune concession ni indulgence. ”

Il contribue aussi à des formations pour les maîtres, les éducateurs et les animateurs sur le thème des ateliers d’écriture. Il est à l’origine de nombreuses expériences d’écriture depuis 1972, dans les quartiers sensibles, les cités, les ZEP…
Source: Editions Presses de la cité :

Crédit photo : © Jean Siccardi © Stéphane Olivier

 

 

Détails sur le produit

• Poche: 360 pages
• Editeur : Presses de la Cité (19 janvier 2017)
• Collection : TERRES FRANCE
• Langue : Français
• ISBN-10: 2258130336
• ISBN-13: 978-2258130333
• Dimensions du produit: 14 x 2,4 x 22,5 cm





 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Romans historiques | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Avant de quitter la rame, de Gaëlle Pingault

Avec Gaëlle Pingault, chaque nouvelle parution est au saut dans l’inconnu.

Nouveau recueil, nouvelle aventure ! Ce recueil à une résonnance un peu particulière car, ce que peu de gens savent de l’auteur, c’est qu’elle fut Parisienne, par hasard, presque malgré elle. Elle a donc éprouvé de près les transports en commun de la capitale. Pour finalement regagner sa province où résidait son cœur.

Les transports en commun sont longs, saturés de monde : une promiscuité imposée, peu encline à mener vers la joyeuseté les usagers. On se touche, se supporte tant bien que mal et plutôt mal que bien, mais tous ignorent les autres. Le métro est un lieu d’intimité forcée et, de grande solitude. Dans les wagons, pour supporter cet envahissement de l’espace, chacun s’isole dans sa bulle. C’est fragile, une bulle, cela peut éclater, parfois.
Rien ne peut laisser prévoir ce qu’il adviendra si cela arrive ! Pourtant, certains peuvent s’ouvrir lorsque ladite bulle fait déborder la coupe. Du marasme naît alors une rencontre pouvant éclairer une vie trop sombre. Les nouvelles de Gaëlle Pingault nous entraînent dans la rame, vers cette fragilité de notre système de transport, vers l’instant critique où tout peut basculer, ou non.

Dans ce recueil, il y a également des nouvelles plus intimistes, ressemblant à l’auteur. A demi-mots, elle nous murmure une partie de sa personnalité avec son humour parfois un peu trash, tombant là où nul ne s’y attendait. Avec son grand sourire, Gaëlle Pingault sait frôler le politiquement incorrect avec une touche toute féminine.

Un recueil de nouvelles délicieux, où ceux qui la connaissent la retrouveront et où les autres la découvriront, un peu. Un recueil assez petit pour vous accompagner dans les transports pour éclairer vos trajets d’un grand sourire.

Présentation de l’éditeur

Il y a Alice, qui n’aime ni Paris, ni le métro, ni les petits encarts de poésie qui y sont affichés. Qui n’a guère d’autre choix que de faire avec, cependant. Alors elle roule. Pas toujours. Il y a Nadya, qui souvent marche sur un fil, et qui boit ces quelques vers arrachés au métro comme si sa vie en dépendait. Elle en dépend peut-être. Allez savoir… Et entre les chassés croisés de Nadya et d’Alice, se glissent d’autres histoires avec un soupçon de poésie, et sans métro.

Un peu de l’auteur

Auteure, animatrice d’ateliers d’écriture, orthophoniste, Bretonne. Et réciproquement, ou l’inverse. Ça dépend du sens du vent. Celui que je préfère, moi, c’est le noroit qui claque.
Pas très sérieuse, enfin pas trop, parce que la vie est trop courte pour ça. Déjà 38 ans de passés, c’était bien, merci. Barman, vous m’en remettrez le double, s’il vous plaît ?
Un homme, une petite fille de moins en moins petite, la mer à moins de 50 kilomètres : triangle parfait, équilibre atteint.

Source photo & bio: Editions Quadrature

 

Détails sur le produit

• Poche: 85 pages
• Editeur : Quadrature (10 janvier 2017)
• Langue : Français
• ISBN-10: 2930538686
• ISBN-13: 978-2930538686

Où trouver les livres de Quadrature ?

VENTE DIRECTE
Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous. Votre commande vous sera envoyée via la poste, dans un délai de, maximum, 8 jours ouvrables.
• Frais de port offerts.
• La facture accompagne le colis.
• Paiement après réception de la commande (sur comptes français ou belge).
• Chèques français acceptés.

Formulaire de commande : Téléchargez ICI  ttp://editionsquadrature.be/particuliers/#vente-directe

VENTE EN LIBRAIRIE
Nos livres sont référencés sur Électre, Dilicom, Banque du livre
Votre libraire belge peut les commander très facilement. Il lui suffira de commander via BDL-Dilicom ou d’envoyer un courriel à quadraturelib@gmail.com
Votre libraire français (idem pour les autres pays) peut également commander via Dilicom ou par courriel à Quadrature.
Il peut aussi commander votre livre auprès de la Générale Libr’Est, via Dilicom, par fax au 01 41 65 23 02 ou par courriel à la Générale Libr’Est.

VENTE EN LIGNE
Pour la Belgique et tous les autres pays (France comprise), vous pouvez acheter nos livres en ligne sur : www.i6doc.com/quadrature, sous forme imprimée ou sous forme numérique (ebook).
Vous pouvez aussi commander nos livres via les principaux sites de vente en ligne.
Quadrature ne peut cependant être tenue pour responsable des délais de livraison qui, en fonction du site choisi, peuvent parfois être assez longs. Nous vous signalons que le site Amazon.fr renseigne le plus souvent (et erronément) que nos livres sont en rupture de stock






R
Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Deux enfants du demi-siècle, de Charles Nemes


Les époques changent, les mœurs évoluent, mais les premiers émois demeurent tels qu’ils le furent depuis toujours : une émotion qui demeure à jamais, un regret, un sentiment d’inachevé. C’est une demi-cicatrice, à peine visible, enfouie au fond du cœur. Imaginez que le hasard de la vie vous fasse retrouver cette personne jadis aimée, quittée par la pression familiale, par l’éloignement géographique, ou simplement parce que vous étiez trop jeunes : que pourrait-il se passer ?

Désormais le quotidien est dur en affaire, met à mal les amants les plus soudés. Le nombre des divorces est en constante progression, les couples ne durent plus une vie entière. Le monde professionnel transforme les personnes, les fait évoluer différemment de leurs conjoints. Chacun doit progresser pour garder son emploi et, souvent, s’éloigner peu à peu de l’autre, les priorités changent, les goûts évoluent, la séparation devient inévitable. Puis, surviennent les familles recomposées avec d’autres soucis, un nouvel équilibre reste à trouver, les enfants devenus adolescents vivent leurs premiers émois amoureux, s’opposent à l’autorité parentale. A travers eux, vous revivez en secret ce premier amour autrefois perdu, vous laissant cet arrière-goût d’inachevé.

La vie de tous les jours réserve bien des surprises, alors, imaginez un instant que le destin vous fasse retrouver cette personne, avec qui vous avez perdu votre pucelage, vous donnant l’impression de devenir adulte : l’équilibre de votre vie, patiemment constitué, perdurerait-il ? Il suffit parfois d’un souffle d’air pour ranimer une braise presque éteinte, ou un amour enfouit trop vite pour des raisons qui n’en étaient pas. Cependant, seriez-vous toujours les mêmes, pourriez-vous reprendre le fil d’une histoire ancienne, d’un autre temps, quarante ans plus tard…

Un roman qui interroge le lecteur, qui pose de bonnes questions. Charles Nemes se pose en observateur d’un monde en perpétuelle évolution, qui bouge à la vitesse du progrès de la technologie, bougeant souvent si rapidement que l’homme ne peut s’y accoutumer sans y laisser quelques plumes, ses illusions, un peu de lui-même.

En librairie à compter du 19 janvier 2017

Présentation de l’éditeur

Quarante ans après leur rencontre, Thérèse et Toussaint se retrouvent, empotés du cœur et du corps, comme lors de leur premier slow d’adolescents. Ces deux enfants fiévreux sont-ils devenus, chacun de leur côté, de meilleurs parents que ceux qu’ils ont combattus ? Les familles ne font pas de cadeau. L’histoire et le rêve non plus.
En suivant le parcours de ses émouvants anti-héros, Charles Nemes dépeint une société française avec des finesses et une maîtrise de pointilliste. Il entraîne le lecteur dans ce demi-siècle que l’on sent glisser dangereusement d’un après-guerre encore frileux à un xxie siècle toujours plus radical.

Un peu de l’auteur

Réalisateur multicolore, Charles Nemes passe du tragique (soirée Primo Levi sur Arte) au burlesque (La Tour Montparnasse infernale, H), du mélodrame (La Clef des champs) à la comédie (Le Carton, Hôtel Normandy), du sérieux (Louvre-la visite) au moins sérieux (Les héros n’ont pas froid aux oreilles).
Scénariste de cinéma, il écrit également pour la télévision quand il ne la regarde pas, et publie des romans quand il ne tourne pas.

Source photo : Médias.unifrance.org

Détails sur le produit

• Broché: 204 pages
• Editeur : HC éditions (19 janvier 2017)
• Collection : ROMAN
• Langue : Français
• ISBN-10: 2357203145
• ISBN-13: 978-2357203143
• Dimensions du produit: 14,8 x 1,8 x 22,1 cm

 

      • Rueducommerce.fr

Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière      Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.
hebergement deshaiespizza marina vitry sur seineplaquiste médocshuttle

 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Honoré Laragne, de Rémi Karnauch

Honoré Laragne est un type atteint par les affres de l’âge, rien que de plus classique me diriez-vous, mais vu par Rémi Karnauch, cela devient un véritable festival. Tour à tour drôle ou caustique, le lecteur se délecte des frasques d’Honoré Laragne. En effet, sans doute issu d’un milieu bien né, Honoré Laragne vit hors de son siècle, toujours accompagné de deux domestiques, jusque dans sa boutique d’antiquité, dont l’article phare est des poupées auxquelles le personnage s’adresse. Sa santé mentale se détériore singulièrement et, le pousse à consulter. La visite chez le toubib vaut le déplacement car notre antiquaire mélange un peu le réel du rêve, au point de tenter la concrétisation desdits rêves. Plutôt que le remettre vertement à sa place, ses interlocuteur se prennent au jeu et, par la raison le ramènent à plus juste mesure.

Au long de ce roman, on se régale de l’humour de l’auteur, on entre dans les réflexions d’Honoré Laragne avec joie. Lorsqu’il a des sorties un peu graveleuses, celles d’un vieux monsieur sur qui pèse la solitude, mais qui se sent encore jeune, on se prend à sourire sans pour autant s’offusquer. Plus notre personnage avance, plus il déraille. Il devient un peu difficile à suivre, parfois, lorsqu’il s’éloigne de son cadre de vie habituel lui servant de point de repère. Toujours avec son carnet de notes en poche afin de ne pas oublier une pensée trop souvent fugace, il tente de naviguer, lui-même ne sachant plus bien vers quelle destination.

Ce roman est un régal à lire, bien qu’un peu trop court à mon goût. La dégénérescence due sans doute à un Alzheimer pas encore gravissime est très bien sentie. Une pathologie justement insupportable sans une bonne dose d’humour.

Rémi Karnauch n’est pas un auteur conventionnel : il ose sortir des stéréotypes, du bien-pensant, du politiquement correct ! Dans ses romans, l’on sent que l’auteur se plonge dans la psychologie des personnages, il les incarne totalement, sans tabou.

Présentation de l’éditeur

Honoré Laragne est un vieux monsieur affecté de plusieurs maladies, peut-être un début d’Alzheimer. Il n’aime personne et se fait berner par tout le monde. Collectionneur, il entretient avec ses poupées des relations sans doute platoniques. Il a engagé deux acolytes pour le seconder, Briffault et Valadin… Valadin et Briffault… il se répète leurs noms devant un médecin, qui s’appelle Lachenal, lui, c’est sûr. Soudain, Laragne monte dans un train, quitte Paris, descend n’importe où, se réveille au fond d’un fossé. Le vieil homme est alors enfermé dans un hôpital. Lecteur d’encyclopédies médicales, très au fait des maladies qui rongent les neurones de la tête, il échappe de peu à une horde en blouse blanche, se réfugie dans un escalier de service. Il y croise M. Golatchick, un tueur en pyjama qui voudrait lui manger le cerveau. Or il n’a déjà plus beaucoup de cerveau. Il se bat contre tous, voudrait être méchant, mais n’y arrive pas. Il parvient de temps en temps à ricaner. Puis tout s’efface.

Un peu de l’auteur

Rémi Karnauch, dont on connaît la verve poétique, déroule ici un récit de facture presque classique. Imperceptiblement la machine se dérègle, la folie guette, le grotesque déferle. Où est le centre de notre pensée ? Comment garder la maîtrise de sa vie ? Faut-il s’échapper ? Faut-il crever ? Faut-il survivre ? Rémi Karnauch n’apporte aucune réponse… et c’est aussi bien comme ça.

Source photo : 

http://www.myspace.com/perilparole


Détails sur le produit

• Broché: 160 pages
• Editeur : H&o (12 septembre 2016)
• Langue : Français
• ISBN-10: 2845473109
• ISBN-13: 978-2845473102
• Dimensions du produit: 21 x 1,4 x 13,5 cm

            




Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Je regarde passer les chauves, par Sandrine Senes

Le métro est un passage obligé pour nombre de personnes, certaines en profitent pour terminer une nuit trop courte, lire un peu, ou se contentent de regarder dans le vague un ciel qui peine à s’éclaircir, un soir trop vite venu. Pour l’auteur, c’est un moment privilégié d’observation. Elle se focalise sur quelqu’un, un type lambda semblable à tous, mais ayant un-je-ne-sais-quoi de différent. Alors, Sandrine Senes peut essayer de sonder l’inconscient du personnage. Ce qu’il dégage en visuel lui permet d’imaginer ce qui l’anime, ou du moins, tente-elle de supposer qui il est vraiment.

Il est vrai que les transports en commun ont ceci d’identique aux supermarchés : L’on s’y sent seul, si seul que l’on oublie de prendre une attitude de convenance, pour n’être que soi-même et, fi du regard des autres… C’est sans compter sur la perspicacité de Sandrine Senes, qui s’en délecte en transcrivant ses ressentis dans les petites nouvelles truculentes faisant l’objet de ce recueil.

Un recueil où chaque nouvelle, souvent très courte, pourra satisfaire, à juste titre, vos envies de lecture dans les déplacements quotidiens. Peut-être même cela vous fera voir différemment les autres usagers, comme vous fidèles des transports. Un jeu risqué car il pourrait dévoiler les côtés sombres de l’auteur, mais pour une actrice, c’est une forme d’entraînement afin de parfaire son jeu de scène. Pour elle, cela revient à faire un jeu de rôle en live, aux yeux de tous, pour satisfaire notre curiosité en nous amusant. En effet, souvent drôles, parfois acerbes, les nouvelles de ce recueil nous promènent sur tous les registres de la comédie humaine. On s’en délecte en regrettant que le recueil ne fût pas plus long.

Un auteur dont on attendra avec impatience le prochain opus de ses tribulations, où j’ose espérer qu’elle ira encore plus loin dans la prise de risque !
(Oui, je sais, mais j’ai du mal à féminiser les noms de métier : sans doute est-ce là un problème générationnel, autant que culturel.)

4ème de couverture

Qu’elle croise un bellâtre qui admire son reflet dans une vitre, un gros caïd qui lit Babar à son bébé, une femme qui se prend pour un contrôleur de train ou un vieux chauve qui lui rappelle un chauve plus jeune, l’auteure met en lumière des anonymes croisés dans le métro. Drôles, tendres ou acides, ses portraits, qui nous dévoilent aussi un peu d’elle, nous donnent envie de relever la tête pour regarder les autres.

Un peu de l’auteur

Sandrine Senes est auteur et scénariste pour la télévision. Elle a écrit et joué également des « Seule en scène » à Paris et ailleurs. Recueil préfacé par Chantal Lauby.

Source image FB de Sandrine Senes

Détail du produit

Prix éditeur : 10,00 €
Collection : QUADRATURE
Éditeur : QUADRATURE
EAN : 9782930538662
ISBN : 9782930538662
Parution : 10 novembre 2016
Façonnage : relié
Poids : 95g
Pagination : 86 pages
Commande directe chez l’éditeur (par courriel à quadraturelib@gmail.com ) – PAS DE FRAIS DE PORT ni de paiement préalable – Livraison rapide.
Commande possible aussi dans toutes les bonnes librairies.

Editions QUADRATURE :
Rue des Annettes, 22 – 1348 – Louvain-la-Neuve – Belgique
T. 00 32 (0) 472 20 61 99 – F. 00 32 (0) 10 45 44 14
quadraturelib@gmail.com – www.editionsquadrature.be

      • Rueducommerce.fr

Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière         Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.

 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Détecteur de mes songes, par Kenan Görgün

Le premier recueil de Quadrature pour la saison 2016-2017 est une aventure bien surprenante !

Son auteur, Kenan Görgün, belgo-turc, déroute son lecteur. En effet, il n’est pas rare que des binationaux issus de l’immigration prennent la plume pour tenter de déchiffrer les conflits inhérents au choc des cultures, la difficulté de certains à trouver un juste équilibre en Europe : Kenan Görgün réfléchit dans son recueil à la vraie place de l’homme dans la société. Dans un livre qu’il a publié en 2014 (Anatolia Rhapsody aux éditions Vents d’ailleurs) il parlait de son ressentit de descendant de parents trucs, de la place que chacun doit trouver, de cet équilibre précaire généré par le fait de devoir quitter son pays, de parvenir à se reconstruire des racines en terrain occupé. Les nouvelles de ce recueil recentrent la réflexion sur les vrais besoins de l’homme, le poussant à mettre un peu de côté ses aspirations souvent proches du rêve.

Chaque nouvelle est une manière de voir, entre le rêve et la réalité, ce qui est indispensable dans la vie. L’auteur fait de distinguo entre ce que l’on croit être et ce qui est. Il nous offre des nouvelles issues d’une belle réflexion accompagnée de musique Rock. Certes, on sent bien une dualité culturelle chez l’auteur, mais une coexistence relativement bien maîtrisée et pacifique de cet entre-deux monde.

Aujourd’hui, les gens cherchent désespérément une reconnaissance, une place, leur place dans une époque en continuelle effervescence. D’un autre côté, les gens issus de l’immigration n’ont pas d’autre but. La réflexion de Kenan Görgün sur la place de l’homme en tant qu’humain concerne donc tout le monde. C’est un travail sur soi que seuls ceux qui ont manqué de peu de perdre la vie font facilement. Ce recueil pousse le lecteur à travailler un peu son ego, car c’est lui qui nous entraîne généralement à chercher le toujours plus, aussi utopique soit-il.

Le sujet semble d’actualité, car c’est le second livre sur le sujet de la place de l’homme et de l’ego que je reçois pour cette rentrée littéraire 2016. Voir l’article sur « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, de Laurent Gounelle ».

Présentation de l’éditeur

Ce monde-ci a été façonné en sept nuits. Sept nuits de rêves et de cauchemars. Pour ceux qui verraient dans le nombre avancé une allusion biblique, je jure de n’avoir pas fait exprès : j’ai créé et détruit au gré de mon inconscient. Sept nuits. Les plus excitantes de ma vie.

Un peu de l’auteur

Kenan Görgün, Belgo-Turc né en 1977, abandonne ses études à dix-sept ans pour se consacrer à l’écriture… alors qu’il rêve d’être camionneur et n’a pas lu un seul livre de sa vie. Nouvelles, romans, scripts pour le cinéma, chansons pour groupes de rock, journalisme gonzo dans les coulisses de Cannes, son éducation buissonnière en fait un baroudeur, un pamphlétaire, un empêcheur de tourner en rond qui ne cesse d’évoluer et de chercher de nouveaux défis à relever. Il renoue ici avec la forme brève, dix ans après la publication de son recueil L’Enfer est à nous chez Quadrature.
Crédit photo Polar pourpre :

VENTE EN LIBRAIRIE

VENTE EN LIGNE
Pour la Belgique et tous les autres pays (France comprise), vous pouvez acheter nos livres en ligne sur : www.i6doc.com/quadrature, sous forme imprimée ou sous forme numérique (ebook).
Vous pouvez aussi commander nos livres via les principaux sites de vente en ligne.
Quadrature ne peut cependant être tenue pour responsable des délais de livraison qui, en fonction du site choisi, peuvent parfois être assez longs. Nous vous signalons que le site Amazon.fr renseigne le plus souvent (et erronément) que nos livres sont en rupture de stock

VENTE DIRECTE
Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous. Votre commande vous sera envoyée via la poste, dans un délai de, maximum, 8 jours ouvrables.
• Frais de port offerts.
• La facture accompagne le colis.
• Paiement après réception de la commande (sur comptes français ou belge).
• Chèques français acceptés.

Bon de commande ICI : http://editionsquadrature.be/particuliers/#vente-directe

Nos livres sont référencés sur Électre, Dilicom, Banque du livre
Votre libraire belge peut les commander très facilement. Il lui suffira de commander via BDL-Dilicom ou d’envoyer un fax au + 32 10 45 44 04 ou un courriel à quadraturelib@gmail.com
Votre libraire français (idem pour les autres pays) peut également commander via Dilicom, par fax au + 32 10 45 44 04 ou par courriel à Quadrature.
Il peut aussi commander votre livre auprès de la Générale Libr’Est, via Dilicom, par fax au 01 41 65 23 02 ou par courriel à la Générale Libr’Est.

Détails sur le produit

Support Livre broché
Détails de produit
ISBN-10 2930538643
ISBN-13 9782930538648
Référence 93881
Date de publication du format 07 octobre 2016
Publication, Belgique
Nombre de pages de contenu principal 128
Format 13,4 x 21,4 x 1,1 cm
Poids 167 gr
Prix 16,00 €
Support ePub
Détails de produit
ISBN-10 2930538651
ISBN-13 9782930538655
Référence Epub93881
Date de publication du format 07 octobre 2016
Publication : Belgique
Nombre de pages de contenu principal 128





Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière

Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.
 

Publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Essais, Recueils de nouvelles | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Dans le miroir du Caravage, de Francesco Fioretti

Le Caravage est un peintre de la fin du XVIème siècle qui le premier a cherché à peindre le réel, ce qu’il voyait sans ajouter des fioritures tels des angelots et l’éclat du soleil, des enjolivements visant à détourner le spectateur du véridique. Pour cela il a beaucoup été critiqué par ses homologues, car éloigné des canons de la peinture de son époque, bien que couru par les vrais amateurs d’art de son temps. D’un caractère entier, ne goutant pas le compromis, ni les flatteries et renoncements utiles afin de se faire bien voir, sa vie a été bien mouvementée. Il fut le premier à utiliser la lumière détournée pour accroître le langage des corps et, fait abstraction du décor, se limitant à l’essentiel.

Dans Rome à cette époque, la vie est troublée par les sursauts politiques du saint siège et des multiples conflits des petits royaumes d’Italie. La vie est dure, la prostitution s’empare de la ville. La police est faite par des factions rivales cherchant du pouvoir et à s’enrichir : le clientélisme est roi dans la ville.

Les prostituées sont les modèles des peintres, le Caravage ne fait pas exception à la règle. Son modèle favori dont il est amoureux est assassiné, la recherche du coupable qu’il fera lui coûtera sa position dans Rome…

Outre la recherche du coupable de ce meurtre, Francesco Fioretti explique au lecteur comment et pourquoi le Caravage a peint ses toiles : un éclairage pour lequel nombre de lecteurs seront surpris et, comprendrons un peu mieux ce qu’est la peinture. En cette fin de renaissance italienne, chaque détail sur un tableau est un message parlant à tous. Aujourd’hui, nous avons perdu ces codes picturaux : Francesco Fioretti nous les rappelle.

Ce que l’histoire avec un grand H ne dit pas : c’est ce qu’est vraiment devenu le Caravage, ni où il est mort. Francesco Fioretti, se basant sur les multiples biographies du peintre nous en apprend un peu plus sur cet homme aussi génial que surprenant…

Présentation de l’éditeur

Rome, 1604. Dans une atmosphère sombre et mystérieuse, dominée par le climat austère de la Contre-Réforme, le Caravage est un artiste de plus en plus apprécié des nobles et des hauts prélats, mais critiqué par de nombreux peintres. Avec son caractère sombre, ses aspirations peu conformistes, il peint chaque tableau dans un contraste violent d’ombres et de lumières, choisissant toujours pour modèles des gens du peuple.
Après une succession de crimes étranges, dont la mort de l’un de ses premiers modèles, le Caravage commence à s’interroger. Il ne sait pas qu’il est en train de vivre les dernières années de sa vie.

Un peu de l’auteur

Originaire de Sicile, Francesco Fioretti étudie les lettres à Florence avant d’enseigner en Lombardie et dans les Marches. En 2012, il obtient un doctorat à l’université d’Eichstätt, en Allemagne, avec une thèse sur le Stilnovo de Dante et de Cavalcanti.
Son premier roman, Le Livre secret de Dante, atteint aujourd’hui les 500 000 exemplaires vendus et a été traduit dans huit langues. Paru en 2015 en France, il a également rencontré un très grand succès. Dans le miroir du Caravage est son deuxième roman.

Crédit photo WUZ.it

Détails sur le produit

• Broché: 299 pages
• Editeur : HC éditions (6 octobre 2016)
• Collection : ROMAN
• Langue : Français
• ISBN-10: 2357202629
• ISBN-13: 978-2357202627
• Dimensions du produit: 14,6 x 2,6 x 22,1 cm




Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.
Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière

 

Publié dans Achat livre, Biographie, Critiques littéraires, Livres, Romans historiques | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur Dans le miroir du Caravage, de Francesco Fioretti

Le choix de diane, par Mireille Pluchard

 

Parution aux Presses de la cité le 13 octobre 2016

Avec ce roman historique Mireille Pluchard emmène ses lecteurs dans un entre deux règne : de Louis XIII à Louis XIV. L’époque est trouble avec la guerre d’Espagne d’un côté et de l’autre la fronde animée par la grogne de la noblesse contre l’absolutisme royal. Les alliances se font, la suspicion gagne et chacun tente de sauver ce qu’il peut. Une époque enfin où les femmes sont à la solde de leurs maris, devant tout accepter, réduite à n’être que des génitrices ayant au mieux apporté une jolie dot que pourra dépenser l’époux sans rendre de compte. De leur côté, les hommes de la noblesse et de la grande bourgeoisie cultivent le goût de la grandeur que attribue leur rang. Campés dans les certitudes que confèrent leurs titres, la naissance ou la fortune, leurs femmes doivent faire honneur au nom qu’elles portent désormais, être belle et se taire.

Diane de Joannis, une arrière-petite-nièce de Nostradamus, était appelée « Mademoiselle de Chateaublanc », du nom d’une propriété que possédaient ses parents près d’Avignon.
Agée de 13 ans seulement, son grand-père et tuteur la donne en mariage à Dominique de Castellane, qui l’emmène avec lui à Paris. La marquise de Castellane, surnommée « la belle Provençale », attire le regard des hommes. Elle fait la connaissance de Ninon de Lenclos, de madame de Sévigné qui lui apprennent les codes de la cour, l’espace de liberté que seules quelques-unes peuvent avoir pourvu qu’elles en payent le prix. Rapidement veuve, Diane se retire dans un couvent pour se protéger de l’agitation de cette époque en effervescence. Elle en ressortira pour épouser le comte de Granges en deuxième noce. Elle hérite de son grand-père d’une belle fortune que convoitent ses beaux-frères. Ils lui mèneront une vie épouvantable. Se sentant alors en danger, elle rédigera un testament en faveur de ses enfants, ce qui est contraire aux usages de ce temps, déshéritant de la sorte son mari. Ses beaux-frères iront jusqu’à tenter de la faire disparaître par le poison. Elle s’enfuira mais sera retrouvée pour finir assassinée par eux : poignardée, elle décèdera quelques jour plus tard, à seulement 32 ans.

Un roman prenant, un roman historique aux accents de vérité car «la belle Provençale» a réellement existé et, c’est son odyssée que nous raconte Mireille Pkuchard. C’est un thriller historique, montrant toute la noirceur que peut avoir l’homme, fut-il bien né. Le combat de Diane fait d’elle une féministe d’avant-garde. Le goût de la liberté et ses envies d’indépendance ne la quitteront jamais. Sa force et le courage dont elle fera montre dans le pire de l’horreur, mérite bien qu’un livre lui soit consacré. L’écriture de Mireille Pluchard sert parfaitement l’histoire vraie d’une grande dame victime des abus de son temps, quoi que…

Présentation de l’éditeur

Je crois au destin, à celui tracé dès notre naissance et à son inéluctabilité.
Au pied des Alpilles, terroir béni des dieux, Diane de Joannis est née sous les meilleurs auspices. Son premier mariage, à treize ans, lui fait goûter aux fastes de la cour. Elle brillera même au bras de Louis XIV lors d’un ballet. En 1658, elle épouse en secondes noces le séduisant comte de Ganges. Ce dernier, toujours sur les routes pour affaires, la confie aux  » bons soins  » de ses frères, abbé et chevalier de leur état… Pour le plus grand malheur de Diane. Obstinés, corrompus, ils la harcèlent sans fin et convoitent autant sa beauté que sa richesse.
Loin des siens, de ce grand-père tant aimé qui lui a légué les domaines de Roussan et de Châteauneuf, comment Diane saura-t-elle protéger ses enfants et sa fortune, au péril de sa vie, des assauts continus de ses beaux-frères? Peut-elle compter sur la dévotion que lui porte le peuple de Ganges ?
Au XVIIe siècle, le tragique et authentique destin de celle que l’on surnommait  » la belle Provençale « .

Un peu de l’auteur

Mireille Pluchard est née dans les Cévennes, à Alès. Après s’être consacrée avec bonheur à l’éducation de ses enfants, elle prend la plume encouragée par son époux, le premier et le plus fervent de ses lecteurs.
Mue par une passion pour l’Histoire et la généalogie, Mireille Pluchard se définit volontiers comme une véritable souris d’archives.
Ses recherches se veulent les fondations de chacun de ses romans car Mireille Pluchard, en bonne Cévenole, avoue ne pas aimer « construire sur le sable ».
Elle est désormais l’auteur de plus d’une quinzaine de romans, dont Le Miroir d’Amélie aux Presses de la Cité. Sa terre natale reste la première source d’inspiration de ses sagas mais au-delà des paysages et du climat si particulier de cette contrée entre mer et montagne, Mireille Pluchard aime « raconter les gens ».
Source photo & bio : Presses de la cité 

 

Détails sur le produit

• Broché: 360 pages
• Editeur : Presses de la Cité (13 octobre 2016)
• Collection : Terres de France
• Langue : Français
• ISBN-10: 2258117038
• ISBN-13: 978-2258117037
• Dimensions du produit: 14,1 x 3,5 x 22,7 cm





Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière

Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.
 

Publié dans Achat livre, Biographie, Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, Thriller | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés sur Le choix de diane, par Mireille Pluchard