Une mort pas très catholique, par Agnès Dumont et Patrick Dupuis

Allongé sur son lit, une seringue sur la table de nuit, l’homme est mort ! Ne parvenant à le joindre, son propriétaire à demandé au gardien de l’immeuble d’aller voir de quoi il retourne. Ancien inspecteur en retraire, il ressent un malaise face à ce trépassé bien propre, trop propre… Le commissaire veut classer rapidement cette histoire d’apparence très simple. Profitant du WE de trois jours, avec l’aide d’un jeune policier, il doit trouver matière à lancer une véritable enquête sur ce mort bien trop propre sur lui !


Sous couvert d’une gestion de magasins de vêtement, l’homme cache des trafics de contrefaçons. Pourtant, rien de suffisamment grand pour aller jusqu’au meurtre. Si la maffia s’en était mêlé, il y aurait une signature bien plus voyante qu’un modeste cadavre allongé bien droit sur son lit. 3 jours pour une enquête officieuse c’est court. Aussi devront-ils mettre les bouchées doubles pour donner matière à une enquête officielle pour meurtre. Les auteurs nous entraînent d’un trafic à l’autre, que ce soit de la contrefaçon où des affaires bien plus graves, le principe reste le même. Ce monsieur, décédé sur son lit, cache sûrement autre chose. Le manque de preuve, d’indice émousse le sentiment d’inachevé qui anime les deux inspecteurs. Le mobile du meurtre reste un mystère. Cependant, s’il est facile d’effacer les traces, il est plus dur de ne rien laisser. La curiosité est un vilain défaut, dit-on…


Souvent, les auteurs de nouvelles me disent vouloir passer au roman ! Le souci principal est que ce sont des genres d’écritures très différents. La nouvelle se veut rapide, incisive en peu de mots. Il y a un événement, un développement et une chute en quelques pages. La nouvelle ne relance pas son histoire alors que le roman se doit de relancer pour conserver le lecteur en haleine. D’autre part, il ne suffit pas de tartiner en long pour écrire un roman : ce serait trop facile ! Non, il faut pouvoir écrire beaucoup sur une histoire, sans se répéter, sans lasser, sans perdre le lecteur en route… Entre ces deux genres il existe un compromis très convenable : la nouvelle longue ou le roman court ! Stefan Zweig et bien d’autres auteurs se plaisaient dans cette catégorie. Patrick Dupuis et Agnès Dumont s’inscrivent dans ce genre entre les deux styles. Un petit roman avec lequel on passe un bon moment, dans un genre où je n’aurais pas attendu P. Dupuis, ni A. Dumont : le polar !

Présentation de l’éditeur

Un cadavre sur un lit derrière une porte fermée à clé de l’intérieur : classique. Dans la ville universitaire de Louvain-la-Neuve : plutôt inédit !
S’il y a meurtre, qui aurait tué ? Voleur dérangé ou tueur missionné ? Étudiant shooté ou sugar baby affolée ? Arpentant la ville piétonne, un flic retraité et un inspecteur débutant unissent leurs forces pour secouer les apparences…

Pour commander ce livre cliquez sur ce lien ICI :

Un peu des auteurs

Depuis 2008, Agnès Dumont a publié quatre recueils de nouvelles (éditions Quadrature) et un roman policier chez Luc Pire. En 2012, son recueil J’ai fait mieux depuis recevait le prix Georges Garnir de l’Académie Royale de langue et de littérature françaises. Son recueil Mola mola a été retenu parmi les finalistes du prix Place aux Nouvelles 2015.

Source photo Babelio

Patrick Dupuis, est auteur et éditeur de nouvelles. Avec d’autres, il a fondé et anime les éditions Quadrature, maison qui se consacre essentiellement à ce genre littéraire. En 2013, le prix Place aux nouvelles lui a été attribué pour son recueil Passés imparfaits, paru aux éditions Luce Wilquin.

Source photo Place aux nouvelles

Avec Patrick Dupuis autre auteur habitué de Lauzerte, Agnès Dumont nous offre cette année « Une mort pas très catholique », roman policier écrit à quatre mains. Il est publié chez Olivier Weyrich, dans sa collection de polars belges Noir Corbeau.

Détails sur le produit

• Broché
• Editeur : Weyrich (18 mai 2020)
• Langue : Français
• ISBN-10 : 2874896039
• ISBN-13 : 978-2874896033
• Dimensions du colis: 21 x 14 x 1 cm







<” Une mort pas très catholique, par Agnès Dumont et Patrick Dupuis”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire