Une si brève arrière-saison, de Charles Nemes

Jacques, 60 ans, célibataire par principe et retraité depuis peu constate que jeune retraité n’a plus rien à voir avec la jeunesse ! De jeune il n’a gardé que l’esprit, c’est le reste qui ne suit plus. La santé tient le coup pourvu qu’il prenne ses médicaments, la tête fonctionne bien, même presque trop bien… En effet, le temps dont il dispose désormais lui permet d’avoir de longues réflexions. Le sujet le préoccupant le plus reste la baisse de ses capacités sexuelles. Une inquiétude le poussant à consulter tous les corps de métier de la médecine. Puis il y a adèle, sa nièce dont il est très proche. Forte de ses presque trente ans, la gamine est son rayon de soleil. Ensemble, ils partagent le goût de la musique, cultivent le politiquement incorrect envers la famille. Tous deux partagent aussi la volonté de rester libres, sans union durable. Puis, survient la Bataclan et son flot d’horreurs : Adèle y était !

 

 



 

 

Avec Charles Nemes nous visitons les prémices de l’âge, lot quotidien de tous mais dont nul ne parle jamais. C’est un sujet délicat, sensible, mais plein de vérité. La médecine à fait de gros progrès ces dernières années, on vieillit mieux et plus longtemps. Autrefois 60 ans était le début de la fin. Aujourd’hui on profite de la vie, on fait du sport, des voyages. Pourtant, il y a souvent des petits désagréments qui surviennent. L’époque est vouée à l’image, le paraître, faire front devant le jeunisme ! Passer de vieux travailleur à jeune retraité n’est qu’une périphrase pour éviter de dire qu’on a vieilli et, prendre de l’âge c’est faire des concessions, accepter les renoncements pour regarder vers ce qui est vraiment important. Adèle, ressemble aux trentenaires d’aujourd’hui, avec des idées plein la tête mais une réelle difficulté à se fixer. Tout d’abord ses ambitions professionnelles ne lui permettent pas d’en vivre, la laissant sous financement paternel, donc dépendante. Ensuite, elle butine les hommes sans se décider à poursuivre ensemble un bout de route. Avec Une si brève arrière-saison, Charles Neme brosse un portrait très vrai de la société actuelle. Le XXIème siècle est le temps de l’immédiateté, ce que l’on veut est un droit, mais la vie est farceuse et aime donner des frustrations aux ambitieux. Tout droit fait face à un devoir, c’est là que l’affaire se gâte nettement. La liberté du droit s’oppose à la contrainte du devoir, donc une entrave sérieuse à la liberté.

 

 



 

 

Un roman certes Intéressant, mais qui déroute un peu. On est dans le vrai, l’âge venant c’est le début d’un naufrage. C’est aussi la notion des valeurs qui change. Si le corps vous laisse tomber, l’esprit reste intact, toujours jeune. Une jeunesse dont on se rapproche encore plus avec le grand âge. Une jeunesse qu’Adèle veut dévorer sans en avoir les clefs. Comme ceux de sa génération elle n’a pas appris les codes faits d’avancées et de reculades de la vie : elle veut sans vraiment désirer, donc sans se donner des chances de découvrir le bonheur. Elle ne veut pas ressembler à ses parents, inventer un avenir sans en accepter les contraintes. Des contraintes que le temps vous apporte en cadeau de fidélité.
La première est l’habitude, rassurante et agaçante au fil des jours par sa monotonie. Ensuite, le manque de surprise qui tue l’amour.

A paraître le 30 août 2018

 



 

Présentation de l’éditeur

Un hymne à l’amour et à la vie… avec le cœur à l’envers.
Jacques ne supporte plus la pâleur de son quotidien de jeune retraité. Seule sa nièce Adèle lui apporte un peu de lumière depuis qu’il a décidé d’écrire sans y arriver et s’est mis en tête de séduire Christine Angot sans plus de succès.
Adèle a la fraîcheur de ses trente ans et les mêmes goûts musicaux que son rocker d’Uncle Jack. Elle est  » son héritière courage, sa revanche, sa réincarnation réussie « . Jusqu’au jour où elle accepte de prendre la place de concert d’une amie. Les Eagles of Death Metal jouent au Bataclan ce soir-là et elle ira pour voir.
L’existence d’Adèle va sombrer alors que celle de Jacques retrouvera un sens. Il fallait la délicatesse et l’humanité de Charles Nemes pour aborder un tel sujet.

Un peu de l’auteur

Réalisateur et scénariste né au milieu du siècle précédent, Charles Nemes publie depuis quinze ans des livres salués par la critique. Une si brève arrière-saison est son huitième roman.

Source photo Lisez.com :

 

 

 

 

 

 

 



 

Détails sur le produit

• Broché: 221 pages
• Editeur : HC éditions (30 août 2018)
• Collection : ROMAN
• Langue : Français
• ISBN-10: 2357204133
• ISBN-13: 978-2357204133
• Dimensions du produit: 14,6 x 1,8 x 22 cm

 



 






< » Une si brève arrière-saison, de Charles Neme »>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.