Le rêve de Toinet, de Mireille Pluchard

Dans une région dévastée par les guerres de religion du XVIIIème, Toinet, jeune chevrier cévenol, doit quitter sa ferme pour commencer son apprentissage chez un potier. Pour lui c’est une découverte extraordinaire. Ce métier le passionne. Revenu de son tour de France comme compagnon, il s’installe à son compte. Il doit passer entre les rafles des soldats qui chassent les pratiquants de l’église réformée. Cette soldatesque ne fait pas dans la dentelle, ravageant tout dans les maisons en cas de suspicion, allant jusqu’au meurtre si besoin. L’entraide entre les religionnaires et les bons pratiquants est solide. Un système de protection est mis en place dans les territoires reculés, donc peu fréquenté, mais pour combien de temps encore ? Néanmoins, Toinet parvient à fonder une famille qui ne répondra pas toujours à ses attentes…

Mireille Pluchard emmène le lecteur dans les Cévennes, pour suivre trois générations issues de la paysannerie et de l’artisanat. Deux univers qui vont de pair car le travail de la terre des potiers requière du bois pour les fours. Le produit des sylviculteurs est donc primordial pour le tourneur. Mais ce sont deux mondes vivant en symbiose, sans pour autant se comprendre parfaitement. Ce sera la cause de bien des différents entre les membres de la famille, chacun trouvant plus de noblesse dans son art que dans celui de l’autre ! Ce serait sans compter sur les affinités particulières de chacun…

Mireille Pluchard met en exergue les sentiments animant ses personnages. De la grand-mère pour qui la vie ne fut qu’une lutte acharnée pour retrouver le lustre de sa famille, perdu pour cause de guerre de religion, au fils qui cherche désespérément à sublimer son art avec un pot novateur dont nul ne trouve d’usage, puis aux petits-enfants qui ont une vision de la vie différant de celle des parents. Au XVIIIème siècle le déroulement de la vie était relativement figé. Le fils prenait la suite de son père, les milieux sociaux ne se mélangeaient pas, de crainte de perdre leurs acquis, parce qu’il en était ainsi depuis toujours… Les guerres ont toujours été horrible en soi, semant la désolation partout, jetant hors de chez eux une foule de gens perdant ainsi leurs repères. Mais c’est aussi ce qui déclenche le besoin de regarder ailleurs, d’explorer d’autres horizons et d’inaugurer des changements dans l’ordre des choses précédemment établies.

C’est un superbe roman riche en enseignement qui ravira ceux qui le liront. Un livre tous publics qui asticotera les sentiments du lecteur. Avec cet auteur on s’agace, on s’émeut tout au long du livre, jamais Mireille Pluchard ne baisse la pression, ne diminue le rythme de l’histoire. Elle signe ici un roman terroir et historique de qualité. Presque 600 pages qui se lisent avec délice.

Présentation de l’éditeur

Un roman d’apprentissage – initiation, amours, et découverte de la poterie par un jeune chevrier cévenol – et d’époque qui reconstitue toute la vérité historique d’une région embrasée par les guerres de Religion au XVIIIe siècle.
Alors que le vallon de Salendrinque tremble sous les exactions des dragons du roi, venus mater les Cévennes acquises à la religion réformée, Toinet voit sa vie basculer à la mort accidentelle de son père.
Spoliée de la ferme qu’elle exploitait avec son époux, Jaquette Rouvel doit se séparer de sa fille qui ira travailler à la filature et de son fils Toinet qui sera placé en apprentissage chez un potier. Chez maître Roque, en plus de trouver une nouvelle famille, Toinet découvre sa voie : travailler cette argile qu’il façonne, jour après jour, avec habileté. Mais il doit quitter la chaleureuse famille Roque et son nouveau patron, un potier d’Anduze, abusant de sa confiance, l’engage à son insu dans un long périple pour un tour de France des Compagnons du Devoir.
Après cinq longues années, la roue du destin a enfin tourné pour Jaquette Rouvel qui rentre en possession de l’héritage paternel. Elle attend le retour de Toinet.
Reviendra-t-il comme il l’a promis à Apolline, la jolie fille de maître Roque ?
Réalisera-t-il alors son rêve de fabriquer ces poteries lumineuses découvertes au cours de ses pérégrinations : les vases Médicis ?

Un peu de l’auteur

Mireille Pluchard est née dans les Cévennes, à Alès. Après s’être consacrée avec bonheur à l’éducation de ses enfants, elle prend la plume encouragée par son époux, le premier et le plus fervent de ses lecteurs.
Mue par une passion pour l’Histoire et la généalogie, Mireille Pluchard se définit volontiers comme une véritable souris d’archives.
Ses recherches se veulent les fondations de chacun de ses romans car Mireille Pluchard, en bonne Cévenole, avoue ne pas aimer ” construire sur le sable “.
Sa terre natale reste la première source d’inspiration de ses sagas mais au-delà des paysages et du climat si particulier de cette contrée entre mer et montagne, Mireille Pluchard aime ” raconter les gens “.

Source photo Au fil des pages

Détails sur le produit

• Broché : 592 pages
• Editeur : Presses de la Cité (12 septembre 2019)
• Collection : Terres de France
• Langue : Français
• ISBN-10 : 2258147298
• ISBN-13 : 978-2258147294
• Dimensions du produit : 14 x 4 x 22,6 cm






<” Le rêve de Toinet, de Mireille Pluchard”>

/wp:paragraph –>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans historiques, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire