Papa poule, de Nicolas Roux

S’il est des hommes heureux en amour, la majeure partie d’entre eux en doute, malgré tout, un peu…

A première vue, lorsqu’un homme est amoureux, ses yeux le dénoncent, regardent droit. Pendant que la belle échafaude les plans de son avenir, lui cherche déjà les hypothèses de financement… Dans ce monde formidable, ils ont vite de beaux enfants, chacun oublie le temps s’écoulant. C’est là que tout se gâte, tous deux se cherchent un air nouveau, être soi-même ; alors que l’un veut se sentir encore attrayant, l’autre noie son temps dans des occupations essentielles qui ne sauraient attendre. Le fil des jours s’émaille de quelques menues mystifications, pour ne pas inquiéter le conjoint. Le couple est solide, il résiste à l’usure, ne cédera pas à la facilité d’une fracture : les enfants en souffriraient ! Non, raisonnablement le temps joue pour eux, les années ont soudés l’un à l’autre, puisque leur union est basée sur la sincérité de leur amour.

La vérité comme ultime rempart, ce fourre-tout où l’on ensevelit maints non-dits, où le pire le dispute au meilleur puisqu’ils revêtent tous deux le même costume qui ne froisse pas… La vérité que la femme décline à son avantage, alors que l’homme, par manque d’impudence, la fuit, de crainte qu’elle ne dérange sa quiétude, par une forme de veulerie immaîtrisable : il sera toujours temps d’en parler plus tard !

Alors évidemment, lorsqu’il arrive cette jeune stagiaire avec son regard de velours, le mensonge n’est plus qu’une évidence : les enfants en souffriraient !

Les menteries sont autant de pièges impitoyables qu’une vis sans fin, l’arlésienne du neurone, un sauf-conduit à effet boomerang ; alors seulement, le dégrisement est complet. L’homme aura-t-il le courage de s’affronter enfin ?

Nicolas Roux signe là une première fiction qui ne peut laisser indifférente, en laquelle chaque homme, chaque père saura se reconnaître, un peu, ou pas… Un petit livre adroit, qui rend la maladresse de l’homme émouvante. D’un ton clair et précis, il sait toucher là où le bas blesse, en démontrant que le vrai rime souvent avec le dérisoire.

4ème de couverture

Soumis à des tests par sa compagne, Louis découvre qu’il est stérile. Pourtant, il a déjà deux enfants…

L’auteur

Nicolas Roux est journaliste. Il signe ici sa première fiction.

Les éditions du Moteur

Genre : Comédie romantique

Sortie en librairie le 07 avril 2011

ISBN : 978-26918602-11-8, Prix TTC : 9.50 €

www.leseditiondumoteur.fr

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.