Blue light Yokohama, de Nicolás Obregón

Un polar qui sort des sentiers battus, entre le Japon et Hong-Kong, mettant en cause des émigrés coréens : tous les éléments sont réunis pour attirer la curiosité du lecteur. D’autant plus que l’on ne connait que peu de choses sur le Japon, juste quelques clichés et ce qu’en dit la presse. Outre l’intrigue, c’est l’Asie qui déboule, avec ses truands aux airs de yakusa, sa corruption, son clientélisme, et l’organisation rigoureuse du crime. Une rigueur à l’image de l’Asie, violente, précise et froide.

Un crime étrange touchant tous les membres d’une famille intrigue la police. L’enquête est conviée à Iwata, un inspecteur nouvellement arrivé au commissariat. Ce dernier ne fait pas l’unanimité, dès sa prise de service l’hostilité de ses collègues est évidente, même le commissaire est sceptique sur ses capacités. Pourtant, c’est à lui qu’échoit cette enquête si brûlante que personne ne la veut. Assisté de la très jolie Sakai, bousculant certaines habitudes établies, fouillant là où il aurait mieux fait de s’abstenir, quoi qu’en pensent les autres, avec Sakai il creuse. Très vite, une dimension presque rituelle devient évidente. S’agit-il d’une secte ? De rapprochement en rapprochement, Iwata se rend compte que ce crime abominable cache d’autres mystères, dont la clef se trouve sans doute à Hong-Kong. Approchant de trop près le ciel, car rien n’eut été possible sans de nombreuses complicités de haut niveau, il est déchargé de l’enquête. Iwata se lance donc en solitaire et à ses frais sur les traces du tueur. Il va devoir jouer finement, sans mandat, dans l’univers glauque des bas-fonds chinois. Il part pour Hong-Kong où nul ne l’attend…



Un polar captivant, presque hypnotique où l’on découvre un univers bien différent des polars classiques. En effet, que le crime soit français ou asiatique, le résultat reste la mort de quelqu’un, mais la façon de procéder et la forme de l’enquête sont bien différentes. C’est un polar dans lequel on se plonge avec délice. La complexité des différents crimes demande une dose d’imagination peu commune, le tueur est donc une personne intelligente, qui ne laisse pas de trace, brouillant les pistes avec une complication rare. Un must du genre !

En librairie à partir du 31 janvier 2018

Présentation de l’éditeur

Iwata, flic solitaire au passé trouble, ne semble pas le bienvenu à la crim de Tokyo. Non seulement on le charge de remplacer un officier qui vient de se suicider, mais on lui confie une enquête dont personne ne veut : le massacre d’une famille coréenne dans un quartier malfamé.

Épaulé par la jolie Sakai, Iwata comprend vite que ce meurtre ressemble à un étrange sacrifice humain : le cœur du père a été arraché, et un soleil noir est dessiné sur le plafond. Bientôt, la veuve d’un grand juge est retrouvée morte dans les mêmes circonstances. Un tueur en série doit être aux manettes – le tueur au Soleil Noir. Mais qui peut-il bien être ? Un féru de rituels anciens ? Le membre fou d’une secte obscure ?

Quand l’enquête piétine tout en faisant la une des journaux, Iwata se fait renvoyer, mais il n’abandonne pas son investigation pour autant… Dans une veine à la True Detective, un polar atmosphérique qui nous dévoile la face obscure d’une société féroce.

Un peu de l’auteur

Émigré en Angleterre encore enfant, Nicolás Obregón développe très jeune une passion pour le Japon. Lors d’un séjour à Tokyo, il est fasciné par un cold case très médiatisé, une famille japonaise massacrée sans le moindre motif apparent. Ce sera le déclencheur de l’écriture de Blue Light Yokohama, son premier polar, très remarqué en Angleterre et aux États-Unis.

Crédit photo warwicks.com

Détails sur le produit

• Broché: 496 pages
• Editeur : Calmann-Lévy (31 janvier 2018)
• Collection : Suspense Crime
• Langue : Français
• ISBN-10: 2702160557
• ISBN-13: 978-2702160558
• Dimensions du produit: 15,3 x 3,3 x 23,5 cm






< » Blue light Yokohama, de Nicolas Obregón »>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.