Pour oublier la nuit, de Françoise Bourdon

1720, Pour la jeune Julie qui déborde de vie, la vie auprès de son père, faïencier en Provence, s’écoule tranquillement. Elle a la chance d’avoir une famille qui la laisse libre de s’exprimer comme elle l’entend. En effet, Julie qui ne s’intéresse nullement aux tâches domestiques, ni à l’atelier familial, préfèrent apprendre le maniement de l’épée, la lecture et les grandes discussions sur les auteurs qu’elle affectionne. Pour son vingtième anniversaire elle reçoit de Ninon, une amie de Livia, sa mère décédée lors de la grande peste à Aix-en-Provence, une lettre témoignant de ce qu’a été sa courte vie. Julie est bouleversée, révoltée qu’il puisse exister tant d’horreur. Décidée de venger sa mère, Julie prend le chemin d’Aix et se rend chez Ninon. Cette dernière lui confirme la machination ignoble ourdie par quelques nobliaux locaux au détriment de Livia. Ces derniers sévissent toujours dans une totale impunité. Travestie en garçon pour être plus libre de ses mouvement, Julie devenue Jule pénètre les cercles fermés de cette aristocratie sans foi ni loi, dont seul compte leur propre plaisir. Elle découvre un monde dangereux, où seule la noblesse détient le pouvoir. Sa maîtrise du fleuret lui ouvre les portes d’une salle d’arme où elle peut perfectionner son habileté, mais aussi mesurer la puissance de ceux qu’elle veut affronter. Aura-telle la force d’aller jusqu’au bout de son désir de vengeance, malgré les mises en garde de ses amis et, l’amour qu’elle éprouve pour un jeune clerc de notaire qu’elle a rencontré ? Julie est partagée entre la peur de flancher au risque de sa vie et l’amour qui l’étreint, un sentiment de plénitude dont elle ne soupçonnait pas qu’il puisse exister…

La perversion n’épanouit mieux lorsque l’on est certain de ne rien risquer. Les noceurs d’Aix-en-Provence l’on bien compris. Aussi ne s’attaquent-ils qu’aux pauvres, n’ayant plus de famille, dont le sort n’intéresse personne. Ils évitent soigneusement les nobles et bourgeois qui risqueraient d’être entendu par une justice qui jusqu’ici regarde pudiquement ailleurs. A Aix, Julie est inconnue, son habileté avec une épée lui offre l’occasion de se mesurer à celui qu’elle abomine par-dessus tout, celui qu’elle veut détruire à jamais. Ce dernier est plus fort que les autres combattant, cependant une botte secrète que lui a enseigné son grand-père lui permet de dominer le combat. Battu par un inconnu, pas même un noble, est une insulte grave qui conduit Villèle a imaginer un plan pour pouvoir affronter ce jeune insolent si sûr de lui dans un duel à mort dont il est certain de sortir vainqueur, car il en maîtrisera les règles… Julie-Jule est enlevée par des hommes de main de Villèle : les dés sont jetés pour un duel ultime. Un affrontement où chacun devra défendre son honneur, où tous deux seront animé par la haine de l’autre !


Françoise Bourdon signe un roman passionnant, chargé de rebondissement dans une histoire qui se révèle au long du livre. C’est un véritable thriller historique, mais relativement crédible afin de donner du corps à l’histoire. Françoise Bourdon anime le ressentiment de son lecteur en lui montrant le pire de ce que peuvent inventer ceux qui s’ennuient en possédant tout. Jusqu’à la révolution de 1789, la loi du plus noble régissait tout pourvu que l’on ne s’attaque pas à ses semblables. Les pauvres n’avaient guère plus d’existence que les objets que l’on peut jeter après usage. Julie a quitté un village calme où la vie souriait pour aller vers la ville avec son agitation, ses spectacles, le paraître et les sorties. Un univers nouveau pour elle, mais un endroit où coexiste le monde du dessus et celui du dessous. Un roman qui ravira les amateurs d’émotions fortes !

Présentation de l’éditeur

La jeune et fougueuse Julie vit auprès de son père dans la demeure ancestrale des Ségurat, maîtres faïenciers à Moustiers- Sainte-Marie en Haute-Provence. La perte de sa mère, Livia, lors de l’épidémie de peste de 1720, reste une blessure inguérissable qui se ravive lorsqu’on lui remet, le jour de ses vingt-ans, le récit que celle-ci a laissé de sa courte existence.

Livia, une orpheline, y révèle avoir été manipulée par des aristocrates aixois qui ont fait d’elle l’instrument d’une conspiration diabolique. Elle est parvenue à échapper, à ses bourreaux mais a vécu jusqu’à son dernier souffle dans la crainte de retomber entre leurs mains.

L’intrépide Julie n’a plus qu’une idée en tête, rejoindre Aix-en- Provence pour venger sa mère. Elle ne sait pas encore qu’elle s’attaque à des hommes fortunés et puissants. Elle a cependant des atouts qui ne seront pas de trop : son adresse à l’escrime et son habileté au pistolet…

Un peu de l’auteur

Source photo Editions Calmann-Levy

Françoise Bourdon a été enseignante avant de se consacrer à l’écriture, sa passion de toujours. Elle a choisi pour cadre de ses derniers romans sa Provence d’adoption. Passionnée d’histoire et de littérature, elle fait revivre les métiers oubliés et les vies quotidiennes d’autrefois, en souvenir d’un arrière-grand-père compagnon du Tour de France et bâtisseur. Elle réside à Nyons.

Détails sur le produit

• Éditeur : Calmann-Lévy (14 avril 2021)
• Langue : Français
• Broché : 384 pages
• ISBN-10 : 2702167373
• ISBN-13 : 978-2702167373
• Poids de l’article : 576 g
• Dimensions : 15.4 x 3 x 23.5 cm






<” Pour oublier la nuit, de Françoise Bourdon”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur littéraire, lecteur, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Romans historiques, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire