Lennon paradise, de Frédéric Mars

Le roman posthume de John Lennon !

Imagine, imagine…, ce tube planétaire de John Lennon n’était sans doute qu’une prémonition sur l’avenir !

Si John a bien reçu neuf balles lors de l’attentat dont il fut victime, chacune d’elles l’a marqué à jamais, pareillement à autant de visions s’imposant comme des évidences ; indirectement, chacune le faisant grandir… Sa tranquillité voulait, demandait qu’il sorte de la scène mais sans doute était-ce trop lui demander. John avait encore bien des envies et, sa recherche d’un bonheur lui convenant motive encore son énergie aujourd’hui. Preuve en est, qu’on parle toujours autant de lui que lors de son vivant ! Non, John Lennon n’est jamais vraiment décédé et, sans chercher à faire un ultime, une énième biographie, John tient simplement à donner sa version ; à dire lui-même comment il ressent sa vie d’aujourd’hui à l’abri des paillettes et du système. Dans son roman posthume, John Lennon nous montre que sa vie le plaçait dans un costume un peu étroit, que désormais il se sent plus libre de penser et de créer…

Site de l’auteur ICI : http://www.fredericmars.com/

Sa bio, source le site de l’auteur

FREDERIC MARS – né le 18 mai 1968

Frédéric Mars, 40 ans, vit entre Paris et l’océan Atlantique, entre ses travaux de scénariste TV et son univers romanesque, ébauché avec Son parfum et développé avec L’amour est une femme . Il voue une passion pour tout ce qui touche à la communication hommes/femmes et en particulier aux modes d’échange non-verbaux (sensoriels, sensuels, etc.).

Dans une autre vie professionnelle, il a aussi été journaliste, photographe, « nègre » et auteur (sous d’autres patronymes) de nombreux essais, documents et livres pratiques.

Quand il n’écrit pas il lit, et vice versa. Ou alors, c’est qu’il est au cinéma…

Signe astrologique : taureau
Ascendant : balance
Signe particulier : tatouage sur l’épaule droite
Aliment préféré : les sorbets aux fruits rouges
Manie : tout sentir avant de le toucher ou de le goûter
Ville fétiche : St Malo

$

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Lennon paradise, de Frédéric Mars

  1. mallock dit :

    « Si John a bien reçu neuf balles lors de l’attentat dont il fut victime »
    PPPPPssssst les gars ! 5 balles…
    @ Dis m’sieur Mallock : je ne parle que de ce que je lis, dans un roman…, sans chercher toujours une vérité historique ! C’est à Fred qu’il faudrait le dire.

Les commentaires sont fermés.