Dans la poche d’une inconnue…

Sur la demande de la liseuse, Eva Lunaba, et néanmoins amie, je me livre volontiers à ce petit exercice en 1000 signes ! Le but est de glisser un billet doux dans la poche d’une inconnue… Vaste programme !

Madame,

Madame, ce mot est la couleur du profond respect que je vous voue depuis longtemps. Dans la rue Dumas, ce matin, nos regards se sont encore croisés le temps d’une étincelle. Déjà vous me manquez, déjà le froid m’envahit. A ce même endroit, chaque jour, nous passons l’un devant l’autre, pas tête basse, mais, j’ose le supposer, à la recherche de cette infime seconde d’où jaillira l’éclair me ravissant. Ce n’est pas l’envie qui me manque de me retourner, ma pudeur me l’interdit : vous pourriez en prendre grief. De loin je vous regarde venir, la démarche souple, sure, indifférente à la rue, embrasant votre sillage de parfum. Puis, l’espoir réchauffe mon cœur durant quelques instants avant de fermer la nuit derrière vous. J’ai donc pris la résolution outrecuidante de vous écrire quelques mots, de les placer dans votre poche de manteau, afin de vous connaître mieux. Accepteriez-vous de prendre un  verre avec moi, au café de la rue Dumas, à 18 heures ce soir ? Pour ma part, je vous attendrai avec toute l’angoisse de ce genre de situation. Je pense que nous saurons nous retrouver facilement : si ce rendez-vous à lieu, c’est donc que je ne vous suis pas totalement insensible…

A vous voir, Jean

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Non classé, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.