Marquis de Sade – L’ange de l’ombre, par Gonzague Saint Bris

Un paradoxe notoire que cet homme là, fleurant le soufre et la rose, assassin des joutes d’alcôves et humaniste des lumières : un philosophe qui a poussé l’art d’aimer jusqu’au paroxysme sans l’avoir pratiqué, qui a marqué de son sceau le début de la psychanalyse des déviances charnelles dans le sentiment amoureux.

Enfermé durant près de trente années, ce libertin avéré, n’a eut d’autre recours que l’imagination pour satisfaire ses penchants naturels. Rêver de faire l’amour est une chose, mais on se lasse bien vite et, sans cesse faut-il se réinventer afin d’obtenir satisfaction : c’est ainsi que naîtra la légende du marquis de Sade, écrite de sa plume. Parce que du libertin choquant la morale de son époque par ses frasques, qui fut enfermé pour ne plus nuire aux bonnes mœurs, adviendra le divin marquis. Divin marquis, encore une contradiction ! Pourtant, c’est le qualificatif que l’histoire lui octroie, sa particule personnelle. Du fond des cellules qu’il occupe, la seule violence dont il est capable est celle des mots couchés sur les innombrables feuilles qu’il noircira au long de sa captivité, des textes sulfureux qui finiront par sortir au grand jour malgré la claustration sévère dont il est l’objet.

Les hasards de la révolution française lui permettront de sortir quelques temps au dehors pour mener une vie presque simple. Une vie de petit bourgeois, en somme. Que sont donc devenus ses idéaux Sadien ? Même sa dernière compagne n’aura d’autre but que de défendre cet homme doux et généreux, cultivé et bon époux. Sade, se piquera aussi, lors de sa libération, de flirter avec la politique, se désolant des massacres de la terreur qu’il réprouve ferment. La révolution a libéré les français de l’oppression monarchique et tous aspirent à une vie calme, même le divin marquis…

L’arrivée au pouvoir de Napoléon 1er va rendre ses lettres de noblesse à la bien séance chrétienne, car l’empereur des français veut un dieu pour servir de guide à la morale de son peuple. Cette résurrection sera l’arme qui renverra le marquis en prison, puis en maison spécialisée jusqu’à la fin de ses jours.

Cette biographie montre le marquis de Sade sous un nouveau jour. D’un côté il y a celui qui a marqué l’imagination populaire, l’histoire et la littérature ; de l’autre il y a un homme turbulent, certes, mais un penseur à l’image des grands hommes des lumières de son époque.

4ème de couverture

Pervers sexuel enragé et engagé, explorateur d’une sensualité sans limite, libertin et libertaire, aristocrate et révolutionnaire, théoricien politique visionnaire, il est aussi le défricheur de l’inconscient et l’homme de théâtre d’avant-garde qui fait monter sur scène pour les apaiser les fous de Charenton.
Le divin Marquis est une divine surprise sous la plume de Gonzague Saint Bris qui en trace, à l’aube du bicentenaire de sa mort, un portrait aussi saisissant qu’émouvant.

Sans jamais rien éluder des aspects les plus choquants et dérangeants de son œuvre ou de ses obsessions les plus viscérales, Gonzague Saint Bris va plus loin, explorant les relations du Marquis avec les femmes de sa vie, ses enfants, le monde de la monarchie, de la Révolution et de l’Empire.

Apparaît un homme singulier, d’un courage intellectuel hors norme et d’une liberté confondante. Emprisonné pendant les deux tiers de son existence, l’auteur des 120 journées de Sodome ou de Justine ne rend jamais les armes.
Éternel insoumis, athée combattant, rebelle sans tabou, Donatien Alphonse François de Sade est l’Ange de l’ombre de la littérature française.

Après quarante-cinq ans de libération des mœurs, notre époque est totalement sous le signe de Sade, marquée de son empreinte brûlante et indélébile.

Ami de longue date de la famille de Sade, Gonzague Saint Bris a eu accès à des archives encore inédites. Il a voulu, outre son admiration pour l’écrivain, retracer un parcours humain douloureux et méconnu, révélant une fin de vie surprenante.
Cette biographie, rythmée par des anecdotes insolites et des éclairages inattendus, permet de ressusciter les rapports contrastés de Sade et de ses contemporains, de Mirabeau à Choderlos de Laclos en passant par Napoléon Bonaparte.

 Un peu de l’auteur

Gonzague Saint Bris et mon amie Nicole Voilhes : deux biographes des grands personnages de l’histoire de France (crédit photo : La montagne.fr)

Gonzague SAINT BRIS est né en Touraine. Écrivain, historien, journaliste, il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages : essais, romans, biographies. En 2002, il reçoit le Prix Interallié pour Les Vieillards de Brighton.
Avec L’Enfant de Vinci, Prix des Romancières, il donne une suite à cette autobiographie romancée au cœur du château familial du Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci. Homme de radio et de télévision, créateur des clips culturels, pionnier des radios libres, chroniqueur au Figaro, à Elle et Paris Match, il raconte l’Histoire de France, sur Europe 1, France Info, France Bleu et aujourd’hui sur France 2 dans « C’est au programme » produit par William Leymergie et présenté par Sophie Davant.

Président du magazine Femme, il assure la direction de la stratégie et du développement du groupe Hachette Filipacchi Media durant dix ans, puis celle de la rédaction de Spectacle du Monde.

Il est le président-fondateur du Festival du film Romantique de Cabourg et de La Forêt des Livres en Touraine qui ouvre traditionnellement la rentrée littéraire. Chevalier de la Légion d’honneur et Commandeur des Arts et des Lettres, il a lancé aux Etats-Unis le mouvement de La Nouvelle Alliance entre la France et l’Amérique et y a reçu un Award de Littérature à l’université J.F. Kennedy de Californie.

Détail du produit

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : TELEMAQUE (8 novembre 2013)
  • Collection : GRANDS DOC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2753301956
  • ISBN-13: 978-2753301955
  • Dimensions du produit: 23,4 x 15,2 x 2,4 cm

  Retour accueil

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Biographie, Critiques littéraires, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.