La promesse à Elise de Christian Laborie

La vie est un combat permanent, chacun à son niveau doit s’y confronter, certains plus que d’autres ! Elise et sa mère, Lucie Rochefort, que rien ne prédestinaient à affronter un tel destin, devront subir l’impensable : une lutte où l’instinct de survie sera mis à rude épreuve. Issues d’un milieu aisé, Elise et sa mère seront le jeu du climat de l’époque, prises dans une spirale destructrice sans issue, c’est avec l’aide d’une institutrice que les deux femmes pourront envisager un avenir dans lequel elles retrouveront un sentiment de normalité.

La seconde guerre mondiale vient de finir, la vie reprend ses droits, mais le vent des trente glorieuses qui tirera vers le haut la société ne souffle pas dans encore sur la France. Pour les gens, surtout dans les campagnes, l’étranger est celui qui vient d’une autre région, les villages vivent repliés sur eux, leurs habitants également. Le climat de suspicion de l’après-guerre est fort, la haine du Bosch très présente. Elise et Lucie sont marginalisées parce qu’un mystère plane sur le passé des deux femmes : qui sont-elles vraiment ?

Christian Laborie nous entraîne dans une épopée grandiose au cœur des Cévennes, dans cette fin de guerre mondiale où chacun cherche à panser les plaies d’un conflit d’une rare violence. Un roman poignant, un livre qui pourrait sembler un témoignage vécu tant il est criant de vérité. C’est fort, dur, mais ce roman est aussi chargé d’espoir et de tendresse. En lisant ce livre on ne peut s’empêcher de s’émouvoir, ou d’avoir envie de crier au scandale. Un livre qui dérange, parfois, car in fine, l’homme n’est pas toujours bon.

C’est un roman qui marque le lecteur, du genre inclassable ; il aurait pu être un thriller pour son intensité dramatique, un roman historique pour l’époque, une autobiographie pour son accent de vérité, mais à juste titre, les Presses de la cité le place dans la collection terre de France car notre pays est complexe. Un roman dont on se souvient et qui se lit sans pouvoir la lâcher tant il prend son lecteurs aux tripes.

Présentation de l’éditeur

Mystérieusement abandonnée chez des paysans cévenols, la petite Elise y a vécu l’enfer. Fruit d’un amour sincère, née sous l’Occupation, elle veut retrouver son père et rendre à sa mère sa dignité bafouée…
En 1956, Adèle Gensac occupe son premier poste d’institutrice à Saint-Jean-du-Gard, au cœur des Cévennes. Parmi ses élèves, l’une se distingue : Elise, dix ans, aux yeux pleins de douceur, brillante mais muette. Et née de père inconnu. Une double singularité que sa mère, Lucie Rochefort, malgré les ragots et les médisances, assume au regard de tous. Au fil du temps, une connivence s’établit entre Adèle et Lucie. Ne montrent-elles pas toutes deux une indépendance d’esprit et d’action rare pour l’époque ?
Un jour, l’institutrice se voit confier le journal intime d’Elise qui y a consigné ses plus lointains souvenirs. Terribles. Violents. Douloureux. Que sa mère, elle-même, ignorait…
Quel mystère entoure la naissance d’Elise ? Quelle est la véritable histoire de Lucie Rochefort ?
Adèle tiendra-t-elle la promesse faite à Elise pour qu’enfin s’apaisent les tourments du passé ?

En librairie le 31/08/2017

Source photo & bio: Editions Presse de la cité 

Christian Laborie est né en 1948 dans le Nord. Après des études d’histoire-géographie, il a enseigné dans le Pas-de-Calais pendant six ans, puis s’est installé dans le Gard en 1978.
Cévenol d’adoption et de coeur, il vit depuis cette date entre Alès et Anduze, où il écrit depuis 1995 : L’Arbre à palabres, Prix Découverte France Telecom 2001 ; Le Chemin des larmes, Prix Mémoire d’Oc 2004 ; Les Sarments de la colère, Prix Lucien Gachon 2011.
Auteur reconnu et incontournable du roman populaire, il est l’auteur de nombreuses sagas dont Les Rives Blanches, Prix de l’Académie cévenole Le Cabri d’Or 2013, Les Rochefort, L’Enfant rebelle, Le Goût du soleil aux Presses de la Cité.
Aimant mêler son goût pour l’histoire et pour la société des XIXe et XXe siècles à sa façon de ressentir les Cévennes, il s’efforce à travers ses romans de faire découvrir à ses lecteurs ce qui fait l’authenticité de cette région.


Détails sur le produit

• Broché: 380 pages
• Editeur : Presses de la Cité (31 août 2017)
• Collection : TERRES FRANCE
• Langue : Français
• ISBN-10: 2258133211
• ISBN-13: 978-2258133211
• Dimensions du produit: 14 x 4 x 22,5 cm

 





À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Achat livre, Biographie, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Romans historiques, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.