Le Dernier Hyver de Fabrice PAPILLON

Les plus grands criminels ont souvent une forme de génie, des esprits torturés mais brillants !

L’hyver du monde est là, demain ne sera plus pareil…
La science avance toujours plus vite, plus loin, tant dans l’infiniment grand que dans l’infiniment petit. Le plus petit comprend la génétique qui permet d’envisager la thérapie génique afin de réparer les gènes défaillants provoquant des maladies auto-immunes que les médications ne prennent pas en charge jusqu’ici. Une modification des chromosomes ouvrant la place à l’eugénisme qui effraye le milieu scientifique, mais que cultivent des esprits fous se prenant pour des dieux.

Fabrice Papillon nous entraîne dans son roman sur cette pente glissante. Partant d’une hypothèse des grands anciens tels que Platon et tant d’autres ayant imaginés devenir meilleurs, s’est constitué une forme de secte œuvrant depuis 415 après J-C à tenter de rendre le monde moins violent en suggérant une domination du monde par les femmes, éliminant de fait l’ambition et la conquête du pouvoir par les armes des hommes. Durant des siècles, ce mouvement fut parfaitement philosophique, la théorie ne pouvant exaucer leurs vœux : la science se limitant à l’alchimie des caves et des greniers de quelques esprits brillants, mais dont les moyens de laboratoire étaient limités. Désormais, la science a progressé, la manipulation génétique est une pratique courante. Souvenez-vous de Dolly, cette brebis née d’une simple cellule. En 2018, les membres de la secte ont enfin les moyens de tenter de parvenir à leur but ultime : envisager de changer le monde !

A cet instant, il faut à l’équipe de généticiennes rassembler tous les éléments nécessaires à la mise en place de ce grand œuvre. Il leur faut réunir les gènes intéressants, quitte à user d’une rare violence. Même dans une société pacifique, l’instinct humain peut se réveiller, l’ambition n’est pas l’apanage des hommes. L’une des prêtresses envisage la place de la reine, de presser le pas, La domination féminine va enfin pouvoir débuter.

La police scientifique et criminelle y perd son latin, elle cavale après une bande de fantômes qui disparaissent mystérieusement leurs forfaits accomplis. Ils sont doués, ne laissant aucune trace de leur passage si ce n’est des cadavres horriblement mutilés.

Un premier roman, mais un très grand roman, passionnant, à un rythme fou jusqu’à la dernière page. Un livre extrêmement bien documenté sur les questions scientifiques et sur les moyens mis en œuvre par la police du 36 quai des orfèvres et scientifique : la PST. Un roman qui nous emmène dans le passé avec les esprits les plus brillants de leurs époques respectives, jusqu’au futur proche où l’homme se prendra pour dieu en recréant l’humanité : un monde nouveau va-t-il voir le jour ?

En librairie le 5 octobre 2017

Présentation de l’éditeur

On dit que l’hiver vient. Peut-être le dernier pour les porteurs du chromosome Y…

Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits.
Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage. Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand œuvre et visent à accomplir son dessein.
Juillet 2018 : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la  » crim  » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
Est-elle, malgré elle, un maillon de l’histoire amorcée à Alexandrie seize siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au cœur duquel se retrouve Marie ? L’implacable destin peut-il être contrecarré ou  » le dernier Hyver  » mènera-t-il inéluctablement l’humanité à sa perte ?

Un peu de l’auteur

Source bio: Editions Belfond 
Source photo Babelio 

Fabrice Papillon, journaliste scientifique depuis vingt ans, producteur de nombreux documentaires, est déjà l’auteur de huit ouvrages de vulgarisation scientifique, avec d’éminents savants comme Axel Kahn. Historien de formation, il renoue avec ses premières amours et signe un thriller édifiant, d’une maîtrise spectaculaire, à l’intersection de l’histoire, de la philosophie et des plus récentes découvertes scientifiques. Le dernier Hyver est son premier roman.

Détails sur le produit

• Broché: 624 pages
• Editeur : Belfond (5 octobre 2017)
• Langue : Français
• ISBN-10: 2714475434
• ISBN-13: 978-2714475435
• Dimensions du produit: 14 x 4,1 x 22,5 cm





< Le Dernier Hyver de Fabrice PAPILLON >

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, Romans contemporains, Romans historiques, Thriller, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire