La reine noire, de Pascal Martin

Des voyous, qu’ils soient élégants ou embourgeoisé, restent des crapules !

Pascal Martin situe son roman dans un petit village, replié sur lui-même, vivant du souvenir de l’époque bénie où tous avaient du travail à l’usine, désormais fermée. La plupart des enfants du village sont partis faire leur vie ailleurs dans de meilleurs lieux de vie. Quelques décennies plus tard, reviennent deux natifs du bourg. Les catastrophes se suivent à un bon rythme, les morts se succèdent. Les autochtones voient leur tranquillité mise à mal, les esprits s’échauffent vite. L’un de ceux qui sont revenu, dont la jeunesse a été mouvementée, voire un peu chaude, semble le coupable idéal : tous veulent le voir partir…

Malgré les apparences, les gens peuvent changer, ou cacher parfaitement la face sombre qui les anime. Le tuer sévissant en ville n’est peut-être pas celui auquel on pense. Les préjugés ont la part belle dans cette histoire, cependant, l’assassin pourrait être n’importe qui, car nombreux sont ceux qui auraient des raisons de commettre ces meurtres. Puis pendant qu’on y est, pourquoi n’y aurait-il pas plusieurs meurtriers ? Pascal Martin embrouille si bien les pistes que les coupables potentiel sont nombreux.

Un polar au cœur d’un village de France, dans la campagne profonde, dans une ambiance glauque où le flic qui enquête n’est sans doute pas si blanc que cela et, le voyou pas si noir que le prétend sa réputation. Dans le café où tous se retrouvent, où l’on parle, personne ne dénonce : ici on règle les histoires en famille, cela vaut mieux pour tous…

Un polar un peu dérangeant, semblant couver quelque chose de pas très clair, l’orage gronde et nul ne sait quand il pètera, ni où la foudre tombera. La reine noire a de beaux restes, elle est le centre de l’intrigue, la cause de tout !

Présentation de l’éditeur

En ce temps-là, il y avait une raffinerie de sucre dont la grande cheminée dominait le village de Chanterelle. On l’appelait la Reine Noire. Tous les habitants y travaillaient. Ou presque… Mais depuis qu’elle a fermé ses portes, le village est mort. Et puis un jour débarque un homme vêtu de noir, effrayant et fascinant à la fois… Wotjeck est parti d’ici il y a bien longtemps, il a fait fortune ailleurs, on ne sait trop comment… Le même jour, un autre homme est arrivé. Lui porte un costume plutôt chic. L’un est tueur professionnel, l’autre flic. Depuis, tout semble aller de travers : poules égorgées, cimetière profané, suicide, meurtre… Alors que le village gronde et exige au plus vite un coupable, dans l’ombre se prépare un affrontement entre deux hommes que tout oppose : leur origine, leur classe sociale, et surtout leur passé… La Reine Noire est peut-être morte, mais sa mémoire, c’est une autre histoire…

Un peu de l’auteur

Source bio & photo : Editions JIGAL

Pascal Martin est né en 1952 dans la banlieue sud de Paris. Après une formation en œnologie, il devient journaliste, fonde sa boîte de production et parcourt le monde comme grand reporter. Ses reportages, très remarqués, sont alors diffusés sur toutes les chaînes de TV. En 1995 il crée les « Pisteurs », des personnages de fiction qui reposent sur son expérience de journaliste d’investigation, pour une série de films diffusés sur France 2. Après avoir enseigné quelques années au Centre de formation des journalistes, il développe avec Jacques Cotta une série de documentaires « Dans le secret de… » qui compte aujourd’hui plus de 40 numéros. Il réalise à cette occasion Dans le secret de la prison de Fleury-Mérogis et Dans le secret de la spéculation financière. C’est sur la base de ces deux enquêtes qu’il crée le personnage de Victor Cobus, jeune trader cousu d’or qui se retrouve du jour au lendemain dans l’enfer d’une prison. Pascal Martin s’est toujours inspiré de ses enquêtes journalistiques pour nourrir ses personnages de fiction en les inscrivant dans une dimension sociale et environnementale. Et ce n’est sûrement pas LA REINE NOIRE qui dira le contraire.

Détails sur le produit

• Broché: 248 pages
• Editeur : Jigal Editions (8 septembre 2017)
• Collection : Polar
• Langue : Français
• ISBN-10: 2377220142
• ISBN-13: 978-2377220144
• Dimensions du produit: 19,5 x 2,7 x 12,5 cm





< La reine noire, de Pacal Martin>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire