La rénovation d’un vieux parquet

La rénovation d’un vieux parquet

La rénovation d’un vieux parquet ne consiste pas seulement à remettre en état sa surface. Il est généralement nécessaire de repérer une lame qui grince, de reclouer une lame qui se soulève, etc. Les lames sont en principe clouées sur les lambourdes, parfois directement sur les solives. Prenez soin de chasser les clous qui pourraient dépasser et de les masquer avec de la pâte à bois. Vous devrez peut-être envisager un ponçage complet du parquet.

 



 

 

Noirci par le temps et abîmé par les nombreux passages, avec une bonne rénovation, un parquet ancien peut retrouver une nouvelle jeunesse. Ce travail s’adresse à toutes les personnes qui aiment bricoler.

1/ Les petites réparations

Changez les lames cassées

• Percez un trou au milieu de la lame et sciez-la en long en réglant la profondeur de votre scie circulaire pour qu’elle corresponde à l’épaisseur de la lame à retirer. Plusieurs coupes seront peut-être nécessaires,
• Sciez ensuite perpendiculairement pour extraire le segment de lame. Retirez les débris au ciseau à bois et nettoyez les rainures des lames adjacentes,
• Découpez aux dimensions voulues une nouvelle lame de parquet dont vous aurez scié le bord intérieur de la rainure,
Collez la lame.

Repositionner une nouvelle lame

 

 




 

 

 

Collez avec de la colle à bois puis vissez des tasseaux neufs contre les faces internes des lambourdes existantes. Prenez la nouvelle lame à insérer dans le parquet et taillez-la aux mesures précises de l’emplacement à combler. Avec un rabot, éliminez la partie inférieure de la rainure de cette nouvelle lame pour pouvoir par la suite l’encastrer dans son logement.
Rectifiez l’épaisseur de la languette en la rabotant légèrement de manière à ce qu’elle s’encastre sans forcer dans la rainure de la lame qui l’accueillera. Encastrez la nouvelle lame à sa place en présentant la languette en premier. Rabattez ensuite la partie comportant la rainure qui s’encastrera contre la lame voisine. Vissez la lame sur les tasseaux jusqu’à ce que les têtes des vis disparaissent bien dans le bois. Vous boucherez ensuite les trous avec de la pâte à bois. Il ne vous restera plus qu’à poncer la totalité du parquet afin de pouvoir par la suite le cirer ou le vitrifier. (Illustration Jean-Benoit Heron

Vidéo montrant comment ôter une lame de parquet massif

Vidéo montrant comment ôter une lame de parquet flottant

Comblez les éclats et les fissures

Nettoyez d’abord les interstices à l’aide d’un poinçon de fer,
Passez l’aspirateur,

 

 



 

 

Suivant l’importance de la fente, vous pouvez choisir de combler avec :
Une pâte à bois pour des fissures de moyenne importance, La pâte à bois ne change pas de teinte à la vitrification, contrairement au bois, pour avoir une coloration homogène, mouillez un morceau de parquet poncé. Vous choisirez une pâte à bois de la même teinte. Il est préférable d’attendre quelques heures avant de poncer la pâte à bois, surtout si la couche est épaisse.

Vous utiliserez un mélange de cire et de résine pour les éclats sur une lame. Versez entre les fentes ce mélange chaud : cent grammes de cire jaune et 15 grammes de suif fondus au bain marie mélangés à 60 grammes de résine en poudre et 100 grammes de blanc d’Espagne.

Un flipot en cas de fente importante : Le flipot est une lamelle de bois découpée à la mesure et formant une pièce de bois capable de combler un trou entièrement. Vous l’insérez en force dans la fente. Un flipot peut ne pas être facile à réaliser sans machine-outil spécifique. En effet, le flipot demande une grande précision pour s’encastrer parfaitement à l’espace qu’il doit combler. Mieux vaudra, parfois, changer la ou les lattes concernées.

 



 

 

La mise à nu du parquet

Le parquet doit être débarrassé de toute trace de cire et de vernis puis poncé pour obtenir une surface aussi lisse et égale que possible.

2/ La préparation

Pour ne pas encrasser les bandes de la ponceuse, il faut d’abord ôter le maximum de cire en décapant avec un produit décireur, de vitrification en nettoyant le sol avec 300 grammes de lessive saint Marc avec de l’oxydrine diluée par litre d’eau chaude.
Retirez toutes les pièces métalliques qui dépassent ou enfoncez-les profondément avec un chasse clou pour éviter de déchirer vos bandes de ponçage.
Enlevez les plinthes avec un tournevis à grande lame.
Videz la pièce entière, évacuez les enfants et calfeutrez le bas des portes.

3/ Le ponçage

Après le séchage du parquet, vous devrez le poncer. Louez pour la journée une ponceuse à bande pour parquet et une bordureuse. Munissez-vous de plusieurs jeux de papier abrasif, du gros et du fin.

Dans quel sens poncer ?

• Si vous avez un parquet en mosaïque, poncez de gauche à droite en diagonale.
• Si vous avez un parquet ou plancher en lames, poncez dans le sens des fibres du bois.

 



 

 

1. Tout d’abord, poncez les grandes surfaces avec la ponceuse à bande et un papier à gros grain.
2. Pour votre confort, munissez-vous d’un masque et de bouchons d’oreilles.
3. Pensez à passer le câble d’alimentation électrique sur votre épaule pour éviter de le poncer.
4. Si vous êtes débutant, commencez au milieu d’une pièce pour ne pas vous cogner dans les murs.
5. Videz le sac de poussière dès qu’il est plein au tiers pour avoir une aspiration optimale.
6. Pour poncer les parties difficiles d’accès comme les bords de murs ou le dessous des radiateurs : Utilisez la bordureuse, toujours avec un gros grain.
7. Dépoussiérez à l’aspirateur (l’aspirateur d’atelier est mieux adapté pour aspirer les poussières du ponçage qui sont ultra fines et obstrues facilement les aspirateurs classiques) et recommencez la même opération à la machine à bande.
8. Puis utilisez la bordureuse avec du papier à grains fins.
9. Quand vous êtes satisfaits du résultat, dépoussiérez au maximum et passez un linge légèrement humide pour avoir un sol propre.
10. Le parquet doit être débarrassé de toute trace de cire et de vernis puis poncé pour obtenir une surface aussi lisse et égale que possible.

4/ La vitrification

Quelle teinte pour votre parquet ?

Cette finition, de loin la plus répandue, protège durablement votre parquet de toutes agressions : taches, usure, chocs, rayures…. Elle vous est proposée en plusieurs aspects. Brillant, satiné, mat : faites votre choix, pour un résultat à votre goût !
Pour appliquer le vitrificateur (vernis spécifique) sur toute la surface de la pièce, l’utilisation d’un rouleau (ou d’un spalter) est requise. Le pinceau fin, quant à lui sera très utile pour les endroits peu accessibles. 3 couches sont nécessaires ; 2 seulement sur un fond dur.

Pourquoi appliquer un fond dur ?

Cette étape présente deux principaux avantages : elle facilite la vitrification et permet un résultat final bien meilleur. Le fond dur est un primaire d’accrochage qui permet une meilleure adhérence de la vitrification, il s’agit d’une sous-couche bouchant les pores du bois et renforçant ainsi l’efficacité du vitrificateur en matière de protection.

PDF fond dur Téléchargez ici 

 



 

L’application :
1. Partez d’un coin de la pièce pour reculer vers la porte de sortie. Utilisez un pinceau très large ou un rouleau à vitrifier.
2. Laissez sécher 24 heures. Mais ne dépassez pas 48 heures pour avoir une bonne accroche entre les couches.
3. La couche de vitrificateur relève les fibres du bois. Il faut donc égrener passer un grain très fin la surface entre chaque couche de vitrificateur pour la lisser. Vous pouvez le faire à la main ou louer une mono-brosse lustreuse à disque pour un résultat optimum.
4. N’oubliez pas de dépoussiérer et de passer un linge humide pour bien ôter les particules fines.
5. Passez la dernière couche en vous plaçant face à la lumière.
6. Il vaut mieux attendre quelques jours avant d’utiliser la pièce.

5/ Les outils nécessaires

Pour poncer :
• Une ponceuse à bande
• Une bordureuse
• Des bandes abrasives : gros grain et grain fin pour les finitions

 



 

 

Le fond dur s’applique entre le ponçage et le début de la vitrification du parquet.

 

 



 

Pour vitrifier :

• Un fond dur
• Un vitrificateur
• Un pinceau fin
• Un rouleau ou spalter

 



 

 Pour cirer :

  • Un pinceau large ou un linge de coton
  • Un chiffon de laine ou de coton
  • En option : une lustreuse à parquet
  • De la cire, liquide ou en pâte

6/ Quelle finition choisir ?

Le huilage

Fluides, les huiles pénètrent le bois et le protègent contre les taches. Riches en matière d’origine végétale, elles apportent un aspect naturel à votre parquet. De plus, la tâche est peu ardue : appliquez simplement la teinte en couches fines et régulières à la brosse ou au rouleau et essuyez au fur et à mesure avec un chiffon. Laissez sécher 1 heure minimum entre chaque couche.

La cire

Facile à appliquer, elle nourrit et protège votre parquet. De plus, elle lui apporte un aspect patiné unique. Pour cela, il suffit de verser la cire sur le sol, de l’étendre avec un pinceau. Ensuite, laissez sécher, puis lustrez : soit avec un balai et un chiffon de coton, soit avec une lustreuse, gage d’un excellent résultat.

 



 

 

Avantages et inconvénients de chaque finition

Vitrifié

Avantages : Résistant aux chocs. Facilite l’entretien. Economique
Entretien : Préférer les vernis récents pour éviter tout jaunissement, dureté, ou écaillement. Moins esthétique que les 2 autres méthodes

Huilé

Pour huiler et teinter :

  • Une brosse ou un rouleau à poils courts
  • Un chiffon en coton non pelucheux
  • De la teinture ou de l’huile

Avantages : Traitement traditionnel pour un aspect bois authentique
Inconvénients Méthode irréversible : le bois est imprégné en profondeur
Entretien : régulier (mais simple) : couche d’huile tous les 6 mois

Ciré

Pour huiler et teinter :

  • Une brosse ou un rouleau à poils courts
  • Un chiffon en coton non pelucheux
  • De la teinture ou de l’huile

 



 

Avantages : Traitement naturel. Esthétique : belle brillance.
Inconvénients : Moins résistant que le vernis. Davantage d’entretien : tache = ponçage + nouvelle couche de cire

La teinte de vos parquets : une touche de fantaisie

La mise en couleur des parquets vous permet de rehausser les veines du bois et d’obtenir l’ambiance de votre choix. De plus, cette technique est idéale pour changer de teinte à moindre coût.
Pour un résultat homogène : appliquez la teinte en couche fine et régulière à la brosse ou au rouleau et essuyez au fur et à mesure avec un chiffon.

Attention : la mise en teinte se fait uniquement sur bois brut, exempt de cire, vitrificateur, huile pour parquet… De plus, quelle que soit la teinte sélectionnée, une seule couche suffit.

Les différents teintes, de la plus claire à la plus foncée :

• Jatoba
• Merisier
• Noyer (clair)
• Teck
• Palissandre
• Acajou
• Chêne (doré, rustique, foncé…)
• Ou une couleur : blanc, jaune, vert, bleu, rouge, noir…

Teinte et cire d’abeille

Une fois la teinte sèche, cirez avec de la cire d’abeille. Effet bois précieux garanti !






< La rénovation d’un vieux parquet »>

2 réponses à La rénovation d’un vieux parquet

  1. bobo dit :

    Merci pour l’article très complet et qui donne toutes les infos pour entretenir son parquet !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.