La mémoire des murs, par Tatiana de Rosnay

 J’ai acheté ce livre parce le titre me rappelait la mémoire que les murs de notre maison de famille nous susurrent, lorsque l’on y est, et il me plaisait de voir comment Tatiana de Rosnay sentait ce phénomène.

Un sentiment mêlé d’un partage de frisson et de mal-être que l’on ne peut réprimer malgré soi, malgré toute logique, toute raison. On a beau tenter de remettre les pieds sur terre, rejeter la passé à ses souvenirs, rien y fera, l’impression persistera jusqu’à écorner le moral, devenir presque une obsession.

Dans ce livre, la femme qui emménage dans un nouvel appartement, dans une nouvelle vie, en fait la triste expérience. Les murs, chargés d’un lourd passé qui fut fatal pour une jeune fille, lui renvoient après des désagréments que son corps exprime douloureusement, des images qui envahissent ses pensées. Apprenant qu’un meurtre a été commit en ce lieu, dans sa chambre, elle s’informe et découvre qu’une ancienne locataire était l’une des victimes d’un tueur en série. Elle finit par déménager pour une chambre d’hôtel. Son malaise ne s’estompera pas pour autant, mais la conduira à effectuer un parcours presque initiatique, celui du tueur, jusqu’à faire un rituel irraisonné devant sa prison. Ses sens, mis en éveil par ses recherches, s’affineront et, l’ensemble du vécu des lieux où elle entre se mettra à lui parler, pour lui conter des vies, s’imposant à elle jusqu’à la nausée.

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La mémoire des murs, par Tatiana de Rosnay

  1. Vincent dit :

    Je ne connais pas cet auteur. Je connais EHO et la franchise qui caractérise notamment Gilles Cohen Solal, pour avoir eu des contacts avec lui. Je pense donc que c’est un bon roman, parce qu’ils publient peu mais des livres de bonne qualité.
    Merci en tout cas de partager vos lectures.
    J’ai apprécié votre galerie de lettres de maisons d’éditions… ça me fait penser à toutes celles que j’ai reçu, stéréotypées… exceptée « le dilettante » qui m’a également cassé directement ;-)). Mais je préfère ça aux hypocrites.
    et merci pour la dernière lettre qui m’a enfin fait découvrir à quoi ressemblait une lettre positive.

Les commentaires sont fermés.