Mangez-le si vous voulez, de Jean Teulé

 

L’homme est-il si fragile qu’il lui faille si peu pour faire basculer le destin d’une ville dans la folie ?

C’est la question que l’on peut se poser en lisant cette histoire vraie. Une de ces folies dont l’humain reste capable s’il est pris par sa fierté dans sa lâcheté. Jean Teulé, coutumier des horreurs dites avec une douceur qui les fait accepter du lecteur, relate ici un calvaire qui dérange, qui met mal à l’aise. Toujours avec ce langage gentil qui le caractérise, l’auteur nous montre que le meilleur des hommes peut facilement devenir le souffre douleur de son meilleur amis, que la bêtise n’a pas de frontière…

 

 

Présentation de l’éditeur
Nul n est à l abri de l abominable. Nous sommes tous capables du pire ! Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune périgourdin, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. C est un jeune homme plaisant, aimable et intelligent. Il compte acheter une génisse pour une voisine indigente et trouver un couvreur pour réparer le toit de la grange d un voisin sans ressources. Il veut également profiter de l occasion pour promouvoir son projet d assainissement des marais de la région. Il arrive à quatorze heures à l entrée de la foire. Deux

heures plus tard, la foule devenue folle l aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Comment une telle horreur est-elle possible ? Comment une population paisible (certes angoissée par la guerre contre l Allemagne et sous la menace d une sécheresse exceptionnelle) peut-elle être saisie en quelques minutes par une telle frénésie barbare ? Au prétexte d une phrase mal comprise et d une accusation d espionnage totalement infondée, six cents personnes tout à fait ordinaires vont pendant deux heures se livrer aux pires atrocités. Rares sont celles qui tenteront de s interposer. Le curé et quelques amis du jeune homme s efforceront d arracher la malheureuse victime des mains de ces furieux et seule Anna, une jeune fille amoureuse, risquera sa vie pour le sauver.

.Incapable de condamner six cents personnes d un coup, la justice ne poursuivra qu une vingtaine de meneurs. Quatre seront condamnés à mort, les autres seront envoyés aux travaux forcés. Au lendemain de ce crime abominable, les participants hébétés n auront qu une seule réponse : « Je ne sais pas ce qui m a pris. »
Avec une précision redoutable, Jean Teulé a reconstitué chaque étape de cet atroce chemin de croix qui constitue l une des anecdotes les plus honteuses de l Histoire du XIXe siècle en France.

 

 

Biographie de l’auteur
Chez Julliard, Jean Teulé est l auteur de  :

Rainbow pour Rimbaud,

Darling (adapté au cinéma par Christine Carrière avec Marina Foïs et Guillaume Canet),

Les Lois de la gravité,

Ô Verlaine !,

Je, François Villon,

Le Magasin des suicides,

Le Montespan.

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Livres, Romans contemporains, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.