Le fantôme du fauteuil 32, de Nathalie Rheims

 
Une plongée extraordinaire dans les coulisses de l’académie Française, un institut prestigieux dont le clinquant s’effrite parfois, avec des motivations incroyables et un surdimensionnement de l’ego d’un autre âge. Pourtant, le ton donné par Nathalie Rheims reste tendre et affectueux ; nous conduisant dans les arcanes de ce panthéon des grands hommes, en nous tenant la main pour l’expliquer mieux. Un roman où la notion de fantôme revêt une dimension particulière, entre éther et projection mentale : la notion de spectre est propre à chacun ! Mais à coup sûr l’hommage d’une fille à son père. Car en dehors de l’académie, il y a des hommes qui vivent et ressentent comme tout un chacun. Nathalie Rheims nous peint le côté humain  se cachant derrière la pompe de la coupole.

Ayant déjà lu bon nombre d’ouvrage sur cette institution, il y a certains aspects de son fonctionnement que ce livre a su me préciser. Un roman, certes, mais bien proche de la réalité d’aujourd’hui…

Ce fauteuil 32 a connu un nombre suffisant de soucis pour devenir un personnage de roman, son histoire est compliquée, autant qu’endeuillée. Malgré tout, les candidats qui n’ont fait que l’entrapercevoir n’étaient-ils pas un peu usés quelque part ?

N’en déplaise à ma consœur de blog (WRATH, ou LMJ), ce livre est très bon !

 

Bannière

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.