Passés imparfait, de Patrick Dupuis

Bannière

Passé imparfaits ! Quel titre prometteur… en effet, chacun de nous se construit en fonction d’un passé, quel qu’il ait été. Puis vient le temps où la mémoire enfouit ces instants marquants jusqu’au moment, où, un rien réveil la mémoire, attise l’appréhension de revivre ce qui, jadis, ne fut souvent qu’un éclair. De plus, en prenant de l’âge, jamais l’humain que nous sommes se trouve si proche de sa jeunesse : ceci en ajoute à cela…
Avec un réel brio, Patrick Dupuis conduit ses lecteurs dans les méandres des souvenirs resurgissant par le seul fait du hasard. Chacune de ces vingt et une nouvelles est un bout de chemin nous ressemblant, ramenant dans sa suite un arrière goût d’amertume, un parfum de regret, un cortège d’hologramme ; du type de ceux poussant l’individu vers un ultime sursaut de dignité.
On a vu souvent rejaillir le feu
D’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux
Il est paraît-il des terres brûlées
Donnant plus de blé qu’un meilleur avril…
chantait Jacques Brel, un cri ultime de désespoir, mais ne serait-ce pas une manière de se conforter dans l’idée que notre faiblesse à raison de persister là où rien ne sera jamais plus comme avant ?

Pour ma part, je trouve ce recueil de nouvelles de la meilleure mouture, un livre touchant jusqu’à l’ébauche d’une légère exaspération, ravivant parfois ce que dans la brume du souvenir l’on tenait dissimulé !

4ème de couverture
Avant, nous formions un couple. Elle étudiait au conservatoire, je travaillais et nous nous aimions. Le violoncelle était déjà là, mais il ne me dérangeait pas. Je crois que nous étions heureux. Ensuite, elle a eu de la chance, et les concerts ont succédé aux concerts. Après quelques années, elle prenait l’avion comme d’autres prennent le bus. Un jour, j’ai trouvé une lettre sur la table de notre salon. Elle m’annonçait son départ et sa volonté de se consacrer tout entière à son art. Je n’ai plus jamais écouté de violoncelle.

Vingt et une nouvelles courtes qui explorent le passé de personnages divers et attachants. Ils ont tous des souvenirs, des regrets qui rejaillissent sur la vie qu’ils mènent. En bien, en mal, c’est selon.

L’auteur
Patrick Dupuis est auteur, mais aussi un membre actif sur les forums consacrés à l’écriture, puis éditeur chez Quadrature (le très bon éditeur de nouvelles, en Belgique) Bref, un homme complet dont ce dernier recueil dépasse largement en qualité le précédant. Je trouve que son style à pris de l’audace, une fermeté qui manquait un peu dans « Nuageux à serein ».

Bibliographie de Patric Dupuis
Le Conseiller (roman), Ed. Quorum, Ottignies, 1993
Le Maître immobile (roman), Ed. Quorum, Ottignies, 1996
Un siècle de mouvement wallon  (1890-1997)
(Recueil de textes commentés)  Ed. Quorum, Gerpinnes, 1998 (deuxième édition, 1999)
Nuageux à serein, Editions Luce Wilquin, avril 2009
ImagesCrédit image : http://magali.duru.over-blog.com/pages/Patrick_Dupuis_auteur_editeur-375005.html
Détails sur le produit
Broché: 112 pages
Editeur : Luce Wilquin (11 septembre 2012)
Collection : EUPHEMIE
ISBN-10: 2882534493
ISBN-13: 978-2882534491

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.