Le griot de l’émir, de M’Bareck Ould Beyrouk

Un roman, certes, mais mieux encore : un livre qui touche au cœur et réveille des sentiments profondément enfouis dans le subconscient. M’Bareck Ould Beyrouk est un conteur de la race des griots sachant vous conter un monde qui ne peut devenir sans avoir été : le passé faisant vivre le futur. Le griot de l’émir nous chante la tradition, explique la marche lente du désert où partout fleurit la vie. Avec lui, nous emprunterons le chemin des caravanes, lirons les signes, camperons sous les tentes des bédouins et, dégusterons les subtilités d’un monde nous échappant dans le XXIème siècle européen. Beyrouk peint une tradition mêlée de religiosité, où la coutume jouxte une modernité qui nous échappe souvent. Le regard du griot, sans concession, sait juger le parvenu et glorifier la beauté de la pureté d’âme. Avec une langue délicieuse des sables chauds, il sait sublimer les attraits d’une femme, fut-elle voilée.

Mieux que le livre d’un auteur qu’on lit, c’est un père qui raconte une histoire à ses enfants, un maître qui enseigne à ses disciples…

M’Bareck Ould Beyrouk prend le lecteur par la main afin qui ne se perde pas dans le désert Saharien, soit préservé des attaques possibles.

Plaisant à lire, fort instructif, ce roman mérite vraiment d’être lu sans arrière pensée quant-aux troubles enflammant ces régions africaines que nous connaissons si peu ; où nos interventions seront toujours disproportionnées et laisseront un sentiment partagé dans l’esprit des populations locales.

Bien qu’élevé par des prêtres catholiques, mais passionné de l’histoire des religions, notamment de l’Islam ; je retrouve dans ce livre les accents d’une philosophie sommeillant dans l’esprit des musulmans vrais, me touchant souvent jusqu’à l’émotion.

 
  source
photo : http://www.ajd-mr.org/modules.php?name=News&file=article&sid=5328

« C’est Anatole France qui disait, je crois, que chaque siècle possède ses propres superstitions. La démocratie je crois,  est la grande superstition de ces dernières décennies. On ne jure plus que par elle, on ne juge plus que par elle, c’est un label que chacun revendique, et en son nom, on construit des montagnes d’âneries, et en son nom on piétine allégrement la piétaille. » M’Bareck Ould Beyrouk

Tiré de l’article de monsieur M’Bareck Ould Beyrouk sur ajd-mr.org (voitr lien ci-dessus.

4ème de couverture

Gardien de traditions séculaires et de rythmes ensoleillés, héritier d’une tribu légendaire et désormais dispersée, un griot erre, un luth à la main, entre des campements inconnus, dans un Sahara des temps anciens où les haines tenaces côtoient les violentes passions.

Révolté par l’affront fait à son amie, la belle Khadija, poussée à la mort par l’émir souverain, le griot de la grande tribu quitte la terre des nomades et s’exile à Tombouctou, cité des savoirs et des marabouts. Il y retrouve la paix, la générosité et l’amour. Mais son destin l’appelle ailleurs, au pays des Maures où il porte haut sa voix afin de semer les graines de la révolte. Car, dans ces espaces infinis, c’est la musique des pères qui réveille l’orgueil des hommes et les fureurs du désert. Tel un chant lyrique, ce roman nous transporte dans la poésie des sables, en un temps où les poètes-griots, par la seule force de leur verbe ont le pouvoir de renverser le cours de l’histoire. Viennent à nous les légendes d’un monde qui, aujourd’hui, s’évanouit.

L’auteur

Né le 10 juillet 1957 à Atar, dans le nord mauritanien.

Journaliste, fondateur du premier quotidien indépendant en Mauritanie, M’Bareck Ould Beyrouk, après de nombreuses nouvelles et contes, publie son second roman aux éditions Elysad.

Description du produit

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.