Grave panique, de Patrick Delachaux

Il n’y a pas de doute, les histoires de flics sont toujours un peu les nôtres.

Voici un roman, largement autobiographique, qui plonge le lecteur au cœur des cités, les fameux « quartiers », car en France rien n’ose s’appeler par son vrai nom : peur sans doute de mettre le doigt sur une vérité dérangeante…

Lors d’une enquête sur un trafic international, un agent de la police helvétique vient en France au 36 quai des Orfèvres. Cette dernière le conduit à voir de près nos quartiers nord-est-parisiens lors des émeutes suite au décès de deux jeunes en moto, renversés par une patrouille de police. L’ambiance est chaude, les esprits frondeurs, mais les affaires sont autant de choses ne souffrant pas d’attendre : les quartiers se rebellent en continuant les différents commerces dont ils sont la source.

Ce son côté, la police doit aussi continuer son travail. L’enquête conduira les autorités des grands gangs internationaux aux petits dealers de quartier se voulant devenir grands !

L’auteur a le tact de regarder le versant humain des protagonistes, ces voyous dont le sens commun des réalités est loin du nôtre et, des agents de police mal logés et mal vus des populations. Mais sont-ils vraiment fautifs ? Dès le plus jeune âge, à l’instar de leurs grands frères, ils sont entrés dans la délinquance comme on entre en apprentissage avant de faire carrière. Ils y ont mis du leur, la force des uns les a propulsés la tête d’une équipe : ils font vivre leurs familles. Les quartiers sont aussi des zones en marge d’une société qui confère une « nationalité » particulière à leurs habitant : ils sont de là avant que d’être français ! A vivre en marge, ils se construisent autour de lois propres à leurs secteurs, de codes soudant chacun dans sa position en regard de la vie collective de la cité. Le jeu avec la police n’est qu’une péripétie faisant partie du lot, chaque arrestation délivrant un galon de plus pour l’ascenseur social. Facilement violents, car éduqués sur un model permanent de joutes tribales, ils se déstabilisent facilement face à la douceur et le geste gratuit. Parfois d’une rare barbarie, ils peuvent fondre en larme pour une mère : paradoxe notoire montrant la fragilité de l’ensemble de l’édifice. Cette faille peut être aussi la voie de la rédemption vers la normalité des laborieux, les faisant se sentir grands d’être fiers du chemin parcouru jusqu’à la réussite sociale et l’intégration complète. De français des quartiers, ils peuvent devenir les modèles d’un avenir possible.

Un roman qui touche profondément le lecteur lambda, celui vivant hors des quartiers, en montrant une autre image que la Une de la presse avide de sensationnel.

Description de l’ouvrage

La France est secouée par des émeutes. Patrick, policier suisse dépêché par Europol, se trouve en Seine-Saint-Denis, département 9-3, dans la couronne parisienne. Il mène l’enquête au cœur d organisations mafieuses chinoises, mais les circonstances vont le rendre témoin du fossé qui se creuse entre la police française et la population, notamment en banlieue. Patrick nous entraîne dans le sillage de bandes de jeunes Français et dans l’univers d un commissariat, et il constate que son métier de flic de banlieue disparaît pour ne laisser place qu’au seul maintien de l’ordre, par une police qui se comporte comme une armée d occupation. Une histoire de flics, écrite par un flic, qui oscille entre la nostalgie des romans policiers style Quai des Orfèvres et les défis que doivent maintenant relever les polices d Europe. Troisième récit de Patrick Delachaux, Grave Panique est la véritable histoire de l une des dernières missions du policier Delachaux.

Biographie de l’auteur

Né à Genève en 1966, policier durant dix-sept années, l’auteur a travaillé notamment dans des quartiers chauds et populaires comme « flic de quartier », selon ses termes. Il est l’un des initiateurs de la police de proximité, dont il est un expert européen. Ses deux romans, Flic de quartier et Flic à Bangkok, ont été publiés chez Zoé et à Points Seuil pour le second.

Yves-Patrick Delachaux, en renfort de la police française à Saint-Denis, suite aux émeutes de 2005.
(Crédit photo: Olivier Vogelsang)

Son site : http://www.flicdequartier.ch/

Source : http://www.rts.ch/g/DRAp

Détails sur le produit

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Editions Zoé (10 mars 2011)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2881826881
  • ISBN-13: 978-2881826887
  • Dimensions du produit: 20,8 x 14,2 x 2,4 cm

  Retour accueil

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Biographie, Critiques littéraires, Livres, Polars, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.