Liorzh Gwenn – Entre mer et granit, par Monique Le Dantec

Entre le granit et la lande, breton l’on est et on le reste : l’apparence n’est qu’une seconde peau !

Le climat breton se prête bien aux légendes, tout y contribue : le vent isole par son souffle, la lande force la réflexion du promeneur. Si l’on ajoute à cela les rumeurs concernant les druides et autres magiciens, il n’est pas surprenant de percevoir entre les rafales quelques chants mystérieux. Les légendes populaires n’ont fait que renforcer ces illusions de présences surnaturelles. Dans ce roman, les protagonistes, élevés dans la culture régionale, peinent à faire le distinguo entre ce qu’ils ont vu et ce qu’ils croient avoir vu : un délicieux mélange des genres finissant par donner l’impression que l’occulte se confond avec le réel. Monique Le Dantec, s’attache aussi à dépeindre l’aspect psychologique de chacun des personnages, disséquant avec bonheur le mystique et la réalité. L’intrigue est bien menée, tant et si bien que le lecteur peine à savoir où elle se conduira. Dans ce thriller, chacun peut être le coupable, même les absents, car personne ne détient la preuve qui fera basculer le destin d’un hypothétique coupable… Le prête du village, membre de l’Opus Dei et celle que l’on nomme un peu rapidement la sorcière sont parfaits pour en ajouter à cette enquête dont le dénouement se cache dans les méandres de la phycologie amoureuse.

Un bon roman se lisant d’une traite, qui plaira aux lecteurs de tous âges.

4ème de couverture

« Entre mer et granit, là où la croix brave le ciel et étend son ombre sur le dolmen, où au bas de la falaise, la vague assaille le roc sans relâche, où les nuits de pleine lune, les korrigans viennent danser sur la grève, j ai été assassiné. La journée avait pourtant bien commencé ». Une journaliste d’investigation, Marielle, doit retrouver celui qui a poussé son ancien amant du haut de la falaise. Les forces de l’ordre ont conclu à un accident, mais elle n’y croit pas. Confrontée à tous ceux qui ont côtoyé Virgile pendant ses dix ans d’absence, sa femme Janice épousée par intérêt, indépendante et insaisissable, sa mère Lucie qui perd la raison, le père Anselme, de l’Opus Dei, Félicité, sorcière du village, le jardinier Yvon, homme mutique à l’allure inoffensive, tous ces gens lui soumettront une vision différente de celui qu’elle a tant aimé. De plus, ses propres souvenirs remontent et crèvent à la surface. Certains viennent de l’eau pure, mais d’autres de la vase… Sans oublier l’âme du mort, omniprésente, qui ne trouvera la paix qu’une fois son assassin découvert. Monique Le Dantec, membre de l’Académie ARTS-SCIENCES-LETTRES (médaille Argent 2013), nous entraîne encore une fois dans un thriller époustouflant, aux limites de l’irrationnel et de la folie.

Extrait

Entre mer et granit, là où la croix brave le ciel et étend son ombre sur le dolmen, où au bas de la falaise, la vague assaille le roc sans relâche, où les nuits de pleine lune, les korrigans dansent sur la grève, j’ai été assassiné.
La journée avait pourtant bien commencé.
Janice venait de partir chez ses parents à Morgat. Ayant décidé de rénover leur propriété qui n’en avait d’ailleurs guère besoin — ils possèdent la plus somptueuse villa de Morgat — la présence immédiate de leur fille s’était révélée brusquement indispensable. Il est vrai que les deux années qu’elle avait mollement passées à suivre des cours de décoration d’intérieur aux Beaux-arts, études qu’elle n’avait jamais concrétisées par la suite, avaient subitement rendu ses conseils essentiels et primordiaux !
Cela dit, quelques jours de tranquillité à Liorzh Gwenn (Jardin Blanc) n’étaient pas pour me déplaire. Ma mère, à la suite d’un vœu à ma naissance qu’elle avait espérée pendant plus de quinze ans, avait baptisé ainsi la vieille bâtisse familiale. Puis ordonné de la plantation d’arbustes et de fleurs immaculées qu’Yvon le jardinier entretenait à la perfection. Ayant appris cette heureuse absence hier après-midi, j’en avais profité pour décaler mes rendez-vous au centre, au grand dam de Corinne qui ne supportait pas les modifications d’agenda. Mais, après cinq minutes de rébellion, délai maximum que je pouvais tolérer de sa part même si je l’appréciais beaucoup, elle avait fini par s’incliner devant mes arguments autant fantaisistes que mensongers, et m’avait souhaité le bon rétablissement d’une indisposition que j’avais lâchement évoquée pour la circonstance. Les clients d’Ar Ganevedenn (l’Arc-en-ciel) patienteraient, l’esthétique pouvait attendre quelques jours sans grand dommage pour leur santé !
Dès que le 4X4 de Janice avait disparu sur la route de Gwitalmeze (Ploudalmezau), j’avais emprunté l’escalier de vieilles pierres brillant d’un éclat sombre qui reliait le jardin à la plage.
Si des nappes de brume flottaient encore au ras des berges du Gouer ar Milinou (Ruisseau des Moulins), qui se jetait dans la baie et qui séparait les deux communes de Kersaint et de Portsall, de l’autre côté de l’anse, la croix et le dolmen d’Ar Guiligui, émergeant du champ d’or des ajoncs, resplendissaient dans le soleil acidulé du printemps.
Venant du large, le vent apportait un parfum d’algue et d’écume et des embruns scintillants de sel. C’était basse mer, mais déjà l’heure d’accalmie entre le jusant et le flot montant lorsque le courant s’inverse.
Je laissais mon regard errer sur ce paysage si familier que je ressentais à chaque fois une étrange impression d’éternité, immobile au bord de la plage de sable blanc où le temps semblait n’avoir aucune prise, aucune importance.

Un peu de l’auteur

Monique Le Dantec Membre de l’Académie ARTS-SCIENCES-LETTRES (Médaille Argent 2013) Membre de la S.G.D.L. www.monique-ledantec-ecrivain.fr monique.ledantec@9online.fr Née à Paris en 1945, mariée, 2 enfants, 5 petits-enfants. Habite à ÉCOUEN 95 depuis 1975 Activités littéraires Libraire indépendante à la retraite (magasin vendu en 1995 pour me consacrer à la littérature) j’écris maintenant des romans depuis près de 20 ans, par passion, plus 2 dans les années 1970 qui m’ont donné le goût de l écriture, qui seront repris en 2014 et édités en 2015. 8 romans + 1 livre historique sont publiés à ce jour : Chez MORRIGANE ÉDITIONS : LIORZH GWENN Entre mer et granit Thriller fantastique PARUTION JANVIER 2014 LES ANGES DE PIERRE 2012 Roman fantastique LE SILENCE DES OLIVIERS – 2011 – Roman ECOUEN Trésor d’Arts et d’Histoire – 2010 Livre historique LES LOUPS DE MARVEJOLS – 2009 Roman Chez divers autres éditeurs : LE FILS SANS NOM – 2007 LE SOMMEIL DE ZOÉ – 2005 PARADIS SUR TERRE – 2003 LES JARDINS D ALLAH 2001

Morrigane

Dernière activité professionnelle : Création en 2008 d’une maison d’édition : MORRIGANE ÉDITIONS, entreprise familiale qui travaille uniquement à compte d’éditeur, où quelques auteurs et illustrateurs viennent nous rejoindre. 11 titres figurent actuellement au catalogue, et plusieurs sont déjà retenus pour 2014. www.morrigane-editions.fr

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA  Crédit photo : Goliath au salon du livre 2014 de Paris

Détails sur le produit

  • Broché: 260 pages
  • Editeur : Morrigane Editions (25 janvier 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2918338109
  • ISBN-13: 978-2918338109
  • Dimensions du produit: 20,8 x 13,8 x 2,2 cm

  Retour accueil

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Polars, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.