Enfin seuls, de Patrick Dupuis

Éprouver la solitude, n’est-ce pas souffrir de présence ?

Dans son nouveau recueil de nouvelles, le quatrième, Patrick Dupuis jette un regard sur la solitude, ce sentiment parfois désagréable, pourtant ressenti par chacun d’entre nous. La solitude se manifeste d’abord par un manque, un grain de sable empêchant de penser droit, un rien ayant le poids d’un remord, un besoin ambigu d’échange ou d’éloignement…

La solitude peut être subie, ou désirée. Mais on peut aussi se sentir seul malgré soi au milieu de son entourage : Jacques Brel ne disait-il pas avoir mal vécu sa solitude à deux ? La solitude est une émotion paradoxale faisant plus lourde la présence de l’absence ou, allégeant la profondeur d’une relation. C’est un ressenti très personnel rendant étranger aux autres en vous mettant en marge de votre propre vie. C’est se placer en mode OFF en se réfugiant dans ses songes ou, se sentir exclu d’un monde que l’on pensait sien.

Patrick Dupuis explore avec beaucoup de tact les différentes façons de vivre la solitude, qu’elle soit voulue ou non. Chaque nouvelle est une manière de voir différente. La solitude est également éprouvée lorsque l’on a envie d’être seul : l’enfer de la solitude devient alors un refuge salvateur. Il faut posséder un sens peu commun de l’autre pour comprendre bien la contradiction de la solitude. Ce recueil parfois aigre-doux, est profondément humain, tendre et même drôle face à la cocasserie de certaines situations dérangeantes mais évitables avec un peu de philosophie : mais c’est là une autre histoire !

Présentation de l’éditeur

Certains l’ignorent, d’autres en rient. Elle est subie, acceptée, recherchée, quittée avec joie ou à contrecœur… Dans son quatrième recueil de nouvelles, Patrick Dupuis explore, par petites touches tristes, drôles ou émouvantes, les multiples facettes de la solitude.

Un peu de l’auteur

Patrick Dupuis est passionné par la nouvelle, à la fois comme lecteur, comme éditeur (chez Quadrature) et comme auteur. Il nous offre ici son quatrième recueil de nouvelles (le troisième chez Luce Wilquin après Nuageux à serein et Passés imparfaits). En 2013, il a reçu, pour Passés imparfaits, le prix Place aux Nouvelles attribué lors du salon de Lauzerte, manifestation qui, toutes proportions gardées, est à la nouvelle ce qu’Angoulême est à la bande dessinée, dans la mesure où une pléiade de nouvellistes francophones se rassemblent à cette occasion.

Source photo : Babelio 

Détails sur le produit
• Broché 12 euros
• Editeur : Luce Wilquin (9 mai 2016)
• Collection : EUPHEMIE
• ISBN-10: 288253521X
• ISBN-13: 978-2882535214
• Dimensions du produit: 1,1 x 14 x 20,5 cm


Réparateur et installation PC et divers recommandé : chez MEDIAPC ou MEDIAHD service parfait et bons produits !

Bannière        Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.
 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Recueils de nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.