L’inachèvement, par Axelle Faussadier

Y a-t-il de geste d’amour plus fort que de vouloir rejoindre dans la tombe ?

A 16 ans, on rêve sa vie, se jurant de faire différemment des autres et, surtout ne pas devenir une Bovary. A 16 ans, les pieds solidement ancrés sur la terre ferme, point de chimère, Austia veut décider de son avenir, ne pas se laisser bercer d’illusion. Le piège du mariage ne se refermera pas sur elle tel un étau, elle restera lucide pour se choisir un mari, pragmatique et non frivole, laissant la bluette aux autres filles.

La vie aime jouer des tours, surtout lorsque le bonheur est enfin là. Peu de temps après son mariage avec un homme beau et solide, naît une petite fille. Lors des premières vacances au bord de la mer, en rentrant de la plage, la petite cesse de respirer : c’est la mort subite du nourrisson qui fauche l’enfant âgée de six mois.

Le roman d’Axelle Faussadier nous fait vivre ce drame qui peut toucher n’importe quel couple. L’auteur analyse très bien les sentiments, les ressentis des deux époux. La femme et l’homme ne perçoivent pas de la même façon la mort d’un enfant. L’homme cache des sentiments, fait front, souhaite conserver le cap de sa vie brisée ; la femme vit en boucle l’atrocité de ce décès. La communication ne fonctionne plus, leur langage est devenu différent… L’homme souhaite refaire un enfant. La femme, toujours emplie de cet enfant trop vite disparu ne percevra pas cette idée comme un si bel événement, elle qui pour retrouver son enfant ne souhaite plus que partir le rejoindre. L’auteur, mesure si bien cette situation, qu’il est tentant de se demander s’il n’y a pas un vécu certain en filigrane du roman. Les parents ayant affrontés ce genre de drame s’y reconnaîtront.

Au long du livre, Axelle Faussadier dépeint le difficile chemin à parcourir pour reprendre le fil d’une vie brisée à jamais. Un livre souvent dur, mais comment pourrait-il en être autrement ? La mort fait partie de la vie, mais elle ne devrait pas toucher les jeunes. C’est un roman attachant, criant de vérité, démontrant les mécanismes se mettant en place lorsque cela survient. C’est aussi un roman courageux tant le sujet est sensible. Axelle faussadier montre aux autres se qui se passe de l’intérieur, ce qu’ils ne peuvent comprendre sans l’avoir vécu eux-mêmes.

Ce roman est un exercice délicat, sans tomber dans le pathos qui l’eût rendu indigeste : c’est un témoignage précis, presque un cri à la face du monde. Un cri que ceux qui comme moi fleurissent chaque semaine la tombe de leur petit-fils partit trop tôt entendront parfaitement. Un livre qui peut-être fera comprendre aux familles qu’il peut y avoir des raisons de s’absenter dans son monde intérieur, d’afficher un sourire de convenance, de faire semblant d’être là.

Parution en librairie le 15 février 2017.

Présentation de l’éditeur

« Pour elle, un homme, une femme, c’était avant tout une histoire d’alchimie raisonnable ; elle ne s’interdirait pas d’être amoureuse, mais elle ne rêvait pas de ces passions dévorantes qui semblaient laisser pantelantes leurs victimes, privées en outre d’un dénouement heureux. Non, ces rêves-là, ils étaient bons pour toutes les Emma Bovary de la terre. »

Contrairement à l’héroïne de Flaubert, la jeune Austia se jure de ne pas s’épuiser dans de vaines attentes. Elle se sent différente, rêve d’un destin loin de la vie humble et satisfaite de ses parents. Elle se promet donc de porter un regard lucide sur l’amour et de garder la maîtrise de sa destinée. Elle s’attache alors à Théodore qui semble à la hauteur de ses espérances.
Mais à force de penser sa vie, Austia, ne risque-t-elle pas de passer à côté ?

Un peu de l’auteur

Axelle Faussadier a 34 ans. Après des études de lettres classiques, elle devient professeur de français. Elle enseigne actuellement dans un collège parisien.

Source photo & bio: Editions KERO

 

Détails sur le produit

• Broché: 352 pages
• Editeur : Kero (15 février 2017)
• Collection : KER.LITTERAT.FR
• Langue : Français
• ISBN-10: 2366582137
• ISBN-13: 978-2366582130





À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.