Tu n’auras pas peur, de Michel Moatti

Jeune public et âmes sensibles s’abstenir : il est des vérités qu’il faut mieux ignorer !

Michel Moatti nous livre là un thriller atypique : tous les ingrédients y sont, mais il y a un peu plus encore !

Tout d’abord, ce sont des journalistes qui mènent l’enquête et, ce point de vue journalistique donne une vision un peu différente du thriller classique. La volonté de faire savoir, de publier le bon papier le premier, les force à être sur le pont en permanence, à faire du sensationnel au plus juste de la vérité.

Du sensationnel il y en a dans ce roman, la perversité dans le crime n’ayant pas de point limite, c’est un tortionnaire de la pire espèce que l’on cherche. Un artiste dans son genre, peaufinant ses mises en scène avec un soin jaloux. Ce faisant, il revendique ses tableaux, veut que l’on sache sa détermination. Chaque meurtre est signé, mais sans trace aucune pour que les enquêteurs puisse le retrouver. Le meurtrier est une ombre insaisissable qui chaque fois augmente son œuvre d’un peu plus d’horreur.

Avec Michel Moatti, le lecteur pénètre dans le quotidien des journalistes travaillant sur les grosses affaires criminelles et, dans la complexité de l’esprit perturbé de l’assassin. La police est sur les dents, le monstre se délecte, un jeu se met en place entre ce dernier et Lynn, la journaliste à qui il téléphone… Pour le comprendre, afin de savoir pour informer, Lynn s’implique jusqu’à la déraison, rien ne semble pouvoir arrêter ce duo improbable.

Un très bon thriller, captivant jusqu’au bout et, dont la solution ne vient qu’avec les dernières lignes : suspense garanti tout au long du livre. Outre les crimes odieux, Michel Moatti dépeint la psychologie de chacun de ses personnages. On les sent vivre, on vit l’histoire avec eux. Un beau roman très sombre et très psychologique qui classe ce livre dans le top des romans de ce genre.

Présentation de l’éditeur

Tout commence par la remontée d’un cadavre à demi-congelé, attaché à un fauteuil d’avion immergé dans un étang de Crystal Palace, au sud de Londres. Puis on découvre le corps d’une jeune femme défigurée dans un hôtel de Bournemouth. Son visage a été découpé au cutter et emporté.
Sur les réseaux sociaux et les blogs, les indices et les rumeurs circulent, bien plus vite que les informations officielles délivrées par la police et les journaux. Un mortel jeu de piste s’organise, dirigé par un assassin sans scrupules qui reconstitue avec autant de rigueur que de férocité les scènes de crime les plus choquantes. Quelle énigme se cache derrière ces sinistres  » natures mortes  » ? Lynn Dunsday, une jeune web-reporter fragile, aux lisières du burn-out, et Trevor Sugden, un journaliste qui travaille  » à l’ancienne « , se lancent sur les traces du meurtrier, anticipant les avancées de Scotland Yard.

Source photo & bio : HC Editions

Michel Moatti, universitaire et journaliste de formation, a été correspondant de l’agence de presse britannique Reuters, et a vécu à Londres au début des années 1990. Il a signé en 2013 Retour à Whitechapel, La véritable histoire de Jack l’Éventreur, fruit d’une recherche de près de trois années dans les archives victoriennes : presse de l’époque, dossiers de la Metropolitan Police (Scotland Yard), rapports médico-légaux, témoignages des jurys d’enquêtes…

Détails sur le produit

• Broché: 473 pages
• Editeur : HC éditions (16 février 2017)
• Langue : Français
• ISBN-10: 2357203196
• ISBN-13: 978-2357203198
• Dimensions du produit: 14,8 x 3,8 x 22,1 cm





À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Thriller, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.