Rue des fantasques, par André Blanc

Le vrai pouvoir, c’est de diriger sans jamais signer, un travail de marionnettiste dont l’auteur nous fait ici une brillante démonstration.

Un roman qui nous conduit là où se prennent les décisions, au sein du pouvoir. Des gens puissants, intouchables, mais dont les mains sont rouges sang et les coffres remplis. L’argent n’a pas d’odeur pour celui qui le ramasse, pour les autres, ça pue le cadavre. André Blanc reprend ici l’affaire de la taxe Carbone dont la conception était si défaillante que certains se sont enrichis rapidement. Tous les ingrédients sont là, sexe, pouvoir, fric et hommes de main.

Le commandant Farel est appelé pour une défenestration du 7ème étage, avec en sus une blessure par balle. Dans l’appartement d’où vient la victime, ça a flingué fort. La femme qui a fait le saut de l’ange s’est défendue avec une arme, tuant l’un de ses agresseurs qui s’avère être un homme de main affilié à la mafia russe.



Farel découvre vite que la femme fenestrée multipliait les amants afin de parfaire son ascension sociale. Partie de rien, elle a faim et qu’importent les moyens pour y parvenir. Ses charmes lui permettent de naviguer entre le monde des voyous et celui des dirigeants. Deux univers qui se côtoient pour s’enrichir en feignant de ne pas se connaître. Rapidement, l’enquête démontre que la femme qui est morte n’est pas celle que l’on pensait, mais son amie… Farel qui ne se démonte pas facilement, devra jouer finement : il est bien possible que des complicités viennent de très haut.

Un roman noir et rouge sang ! Une intrigue parfaitement menée dans la zone fangeuse du crime organisé avec la complicité de représentant de l’état. Le genre d’affaire qu’on aime bien, si proche de certaines vérités du pouvoir. Ce n’est pas la théorie du complot, mais le pouvoir ne s’obtient pas toujours sans faire quelques entorses à la règle ! André Blanc, avec des textes ciselés, peint l’univers des grosses affaires, qui jusqu’au cœur de l’état brassent des sommes astronomiques, la facture de payant dans le sang. Vu la pointure des mis en cause, rien ne sera facile pour le commandant Farel.



Présentation de l’éditeur

« Les perles du collier, entraînées dans un sillon de sang et d’eau de pluie, englouties par la bouche d’égout, seront vomies dans le fleuve purificateur après un voyage dans les entrailles de la ville. » Par une nuit pluvieuse, le commandant Farel, chef de groupe de la BRB, se penche sur le cadavre d’une femme tuée par balle et qui a apparemment fait le saut de l’ange depuis le 7ème étage d’un immeuble de la rue des Fantasques. En remontant La piste de ce qui semble être un contrat, Farel fait sortir du bois quelques personnages sulfureux dont une redoutable femme d’affaires, quelques-uns de ses nombreux amants, plusieurs mafieux géorgiens et, entre autres, un ministre en exercice… Grand banditisme, arnaque à la taxe carbone, banques maltaises et réseaux criminels, qui tirent les ficelles de tout ce beau monde ? Des comparses abattus, des serments trahis et une course poursuite dans le gigantesque réseau souterrain de la ville obligeront Farel à révéler au grand jour les dérives de ceux qui nous gouvernent.



Un peu de l’auteur

André Blanc est né à Lyon, second d’une famille de 4 enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d’archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale… Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski… le vin blanc de Condrieu et… la pêche à la mouche.

Crédit bio & photo Editions JIGAL

Détails sur le produit

• Broché: 264 pages
• Editeur : Jigal Editions (8 février 2018)
• Collection : Polar
• Langue : Français
• ISBN-10: 2377220320
• ISBN-13: 978-2377220328
• Dimensions du produit: 21 x 2,2 x 14 cm






< » Rue des fantasques, par André Blanc »>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire