Le goût du bonheur, d’Angeline Michel

Le goût du bonheur est une sensation rare, souvent fugace et qui une fâcheuse tendance à laisser un arrière-goût de trop peu ! Mais revenons-en à l’idée du bonheur que chacun recherche en pestant de le voir fuir toujours plus loin. Il appartient au domaine du ressenti, donc très subjectif selon l’état d’esprit du moment. Pourtant, loin d’être insaisissable, il est partout pour qui sait le voir. Dans ce premier roman, Angeline Michel met en scène deux jeunes femmes d’univers très différents, trouvant leur épanouissement dans son cade de vie pour l’une et dans son travail pour la seconde, de plus dans deux pays sans réelle proximité. Vivre chaque jour comme s’il était le dernier, avec la satisfaction d’avoir vécu au mieux de ses aspirations, va pourtant devenir un but commun les réunissant. L’auteur démontre ainsi que d’un détail peu naître une grande histoire. D’éphémère, le petit bonheur peut muter en un tout, plein et durable, pour ceux qui osent le regarder dans les yeux.



Avec ce premier roman d’Angeline Michel le lecteur part sur une idée du bonheur un peu guimauve, c’est superficiel et girly ! Venant d’une jeune primo romancière on n’est pas vraiment surpris ! Son tour de force est le mettre le grain de sable au bon moment, de lancer ainsi l’histoire qui, tout en gardant la bonne distance pour rester crédible, nous embarque sur des chemins auxquels nous n’aurions pas pensé. Le texte tient la route, on se prend au jeu en se demandant par quel truchement extraordinaire elle retombera sur ses pattes. Un équilibre bien contrôlé, l’auteur nous conduit là où elle le désire en douceur.



Passionnée d’écriture, on voit vite qu’elle a eu raison de tenter l’aventure d’un premier roman, certes du genre un peu inclassable, mais frais et agréable à lire. Une histoire improbable démontrant s’il en est besoin que le monde est petit, le bonheur à portée de main pourvu qu’on veuille bien la tendre. Un très bon moment de lecture, d’un jeune auteur* dont on attendra avec impatience le prochain livre.

*Sans aucune idée sexiste, sans doute est-ce dû à mon grand âge, mais auteur finissant par un E, ou pire encore autrice, me coupe l’appétit auquel je tiens beaucoup…



Présentation de l’éditeur

Valentina coule des jours paisibles sur sa petite île au large de l’Italie avec son fidèle acolyte à quatre pattes, Ferdinand, et travaille dans un bar. A Londres, Laure fait ses premiers pas en tant que journaliste, et tous les moyens sont bons pour épater le rédacteur taciturne qui la chaperonne. Tout oppose les deux jeunes femmes jusqu’à l’apparition inopinée d’une seule et unique photographie qui va bouleverser leurs existences à jamais…



Un peu de l’auteur

A 27 ans, Angéline Michel signe son premier roman. Dévoreuse de livres depuis toujours, c’est tout naturellement qu’elle s’inspire de ses auteurs favoris pour imaginer ce feel good aux personnages attachants, impossible à lâcher.

Source photo Amazon :

Détails sur le produit

• Broché: 224 pages
• Editeur : J’ai lu (13 mars 2019)
• Collection : LITTERATURE FRA
• Langue : Français
• ISBN-10: 2290206520
• ISBN-13: 978-2290206522
• Dimensions du produit: 19 x 2,1 x 13 cm








<” Le goût du bonheur, d’Angeline Michel”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire