Le jardin secret de Violette, de Lyliane Mosca

Sous la IIIème république, Violette attend son premier enfant. Vivant dans un village du Morvan une vie simple mais heureuse, bien que souvent seule car Bertin, son mari, se loue avec ses bœufs plusieurs mois chaque année. Fatigué de partir trouver du travail loin de chez lui, Bertin décide de vendre ses animaux. L’équilibre financier du couple qui jusqu’ici est très précaire devient très difficile. Quand Bertin émet l’idée que Violette aille se louer comme nourrice lorsque l’enfant sera né, une grande inquiétude s’empare d’elle. Le besoin d’argent devient si prégnant que bien malgré elle, violette prend le train vers Paris afin de donner son lait à l’enfant de riches bourgeois. Là, elle va découvrir un autre univers si différent du sien qu’elle en est déstabilisée, puis fini par y trouver de nouveaux repères. Intelligente, sachant lire et écrire, cet éloignement contraint la transformera à jamais. Cependant, dès que l’enfant sera sevré, Violette devra retourner chez elle, dans sa masure sans confort, mais qui reste sa maison. De retour, elle retrouve sa fille et Bertin, mais son monde semble avoir changé. Violette cherche la vie insouciante d’avant en faisant des efforts, bien que rien ne soit plus pareil. Quelque chose s’est brisé. Violette commence à se poser des questions, à se demander si elle aura la force de continuer ainsi dans une vie désormais étrangère à son ressenti.

Lyliane Mosca joue habilement ente deux mondes dans ce roman. D’une part il y a le village un peu replié sur lui-même, de l’autre la ville avec ses lumières, le confort, l’émulation intellectuelle permanente. C’est la rencontre de personnes qui ne se mélange pas, qui ont un certain mépris l’un pour l’autre. La bourgeoisie, riche et cultivée, a peu de considération pour ceux qui travaillent pour eux. Cependant, à vivre sous le même toit, se créent une forme de complicité, les contours rugueux de chacun se lissent un peu pour former un équilibre, certes précaire, mais qui ouvre l’esprit. Sachant lire, violette s’éveille un peu plus vite que les autres domestiques. Les livres lui ont donner les mots pour penser par elle-même, pour se hisser par l’esprit au-delà de sa condition. Son retour est un choc violent. Elle est heureuse de retrouver sa fille après un an et demie d’absence et son mari, mais un époux désormais si différent de ses attentes.

Ce n’est pas encore l’heure de la lutte des classes, mais le monde des travailleurs et celui de nantis s’ignorent depuis toujours, n’ayant que du mépris pour l’autre. Le riche pensant que l’inculture du travailleur est source de son malheur et l’ouvrier jalousant l’aisance et la vie facile du patron. Un entre monde existe pourtant : celui des domestiques qui vivent dans les riches demeures. Lyliane Mosca situe son roman dans cet entresol. Démontrant qu’il est possible par le verbe de grandir, de pouvoir penser seul et bien. L’auteur relate très bien la complicité se nouant entre les employeurs et leurs domestiques au fil des années.

<

Présentation de l’éditeur

Pour subvenir aux besoins de son foyer, la jeune Violette est contrainte de quitter son nourrisson et son mari sans travail, pour ” partir en nourriture ” à Paris. Un roman qui évoque la mémoire des femmes morvandelles, nourrices prisées dans la capitale à la fin du XIXe siècle.
1885. Dans l’attente de son premier enfant, Violette cultive un bonheur simple avec son mari Bertin. Même s’ils vivent de peu dans leur masure morvandelle, et qu’elle est souvent seule quand lui, galvacher, s’en va des mois durant avec ses bœufs pour se louer. Mais Bertin est las de sa vie itinérante. Il a une idée en tête… Que sa douce épouse aille ” en nourriture ” chez des bourgeois à Paris. En effet, les nourrices y sont choyées un an ou plus, puis rentrent avec un joli pécule. Au prix d’un lourd sacrifice : se séparer de leur enfant. Bientôt, l’argent vient à manquer et Bertin peine à trouver du travail. La jeune mère doit se résoudre à partir, et confie sa fille aux bons soins de sa sœur. Devenue une nourrice appréciée, elle va faire dans la capitale une rencontre qui la bouleversera à jamais… Qu’en sera-t-il de Violette, loin des siens ?

Un peu de l’auteur

Journaliste culturelle, Lyliane Mosca a notamment publié Les Gens de Laborde et Une femme en mauve, préfacé par Philippe Besson, et, aux Presses de la Cité, Les Amants de Maulnes, La Vie rêvée de Gabrielle, La Promesse de Bois-Joli et La Demoiselle à l’éventail.

Source photo Babelio 

Détails sur le produit

  • Éditeur : Presses de la Cité (25 mars 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 324 pages
  • ISBN-10 : 2258194105
  • ISBN-13 : 978-2258194106
  • Poids de l’article : 422 g
  • Dimensions : 14.2 x 2.8 x 22.7 cm






<” Le jardin secret de Violette, de Lyliane Mosca”>

<” Le jardin secret de Violette, de Lyliane Mosca”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans contemporains, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire