Fucking Melody, de Noël Sisinni

Tout juste quinze printemps au compteur, celle qui se fait appeler Fiorella, séjourne dans une clinique. L’incertitude de l’avenir, un passé semblant déjà un passif, lui font s’inventer un monde. Le mensonge est pour elle un refuge pour se donner un petit rôle dans une vie qui ne l’attendait pas… Fiorellla s’est malgré elle prise d’amitié pour Soline, une adulte, une presque vieille qui lui rend visite régulièrement. Lors d’une sortie avec elle, Fiorella tombe amoureuse de Boris, le compagnon de son amie. Un amour à sens unique, mais qui lui donne envie de vivre à fond, et très vite car elle se sait atteinte d’un cancer, que son espérance de vie est sacrément compromise. Vivre peu, vivre à fond devient sa devise. Facilement très agressive par mesure de protection, par peur de l’autre, parce que n’ayant jamais eu d’amour elle ne sait pas comment se pratique cette religion que tout le monde recherche. Elle démontrera à Boris que personne d’autre ne saura l’aimer autant qu’elle. Pour atteindre son but, Fiorella se dotera des armes nécessaires, contraindra Boris à l’accompagner dans sa fugue. Fermement décidé à éliminer tout obstacle devant eux, Fiorella ira jusqu’au bout dans son voyage vers l’obscurité : la fuite est devenue la seule issue possible, quitte à frôler de trop près le bord du précipice…

L’histoire de Fiorella prends vite l’air d’un road trip. Si elle ne sait pas d’où elle vient, elle sait parfaitement qu’elle n’ira nulle part. Une vie aussi brève que son cancer évolue vite. Tout juste 15 ans, mais déjà plus de temps devant elle. Elle décide de brûler toutes les étapes, ces pertes de temps juste capables de créer des souvenirs dont elle n’a rien à faire. Derrière elle et Boris, il y a toute une structure mise en place afin de les retrouver. Certes par contrainte, mais aussi par affection quasi paternelle, Boris tente un ultime saut de l’ange pour Fiorella. Leur fuite relève du détournement de mineur aux relents de pédophilie pour la police. Ce que ne peuvent pas comprendre les flics, c’est pourquoi tant de monde semble vouloir aider Fiorella et Boris. Qui protège qui, et pourquoi ?


Noël Sisinni nous met un flingue dans le dos pour nous emmener dans les valises des fuyards. La cause de Fiorella devient vite la nôtre, ou du moins la trouvera-t-on presque justifiée. Les horreurs dont la gamine est capable se lissent en regard de son désespoir. Un passé de merde, pour une vie de merde sans solution rendrait un peu nerveux n’importe qui. Jusqu’auboutiste, sans les freins d’une éducation, ni l’affection qui arrondit les angles, Fiorella fonce en roue libre vers un avenir mort-né. Toute l’habileté de l’auteur est de nous faire gober les pires couleuvres, faire admettre l’inacceptable, parce que finalement, elle est adorable cette furie de 15 ans. A peine pubère, elle a déjà plus vécu que bon nombre de vieillards. Son cancer galope, elle aussi ! Elle achète la liberté lui restant à vivre au prix fort. Un roman froid, nerveux et tendre, où le désespoir le dispute à l’envie de vivre encore un peu. Fiorella qui n’a que faire de souvenirs qu’elle n’aura pas le temps de convoquer, marquera durablement ceux qui l’auront côtoyée.

Avec un pétard dans son baise en ville, tout devient possible !

Présentation de l’éditeur

« Elle va, le crabe dans une poche, un flingue dans l’autre, elle va… »

Elle a quinze ans, est en soins dans une clinique spécialisée et se fait appeler Fiorella. Pas sûr que ce soit son vrai prénom… Elle ment beaucoup, s’invente des passés, traficote le présent, et ne se projette pas dans l’avenir vu qu’elle vient d’apprendre que le sien est limité. Une saloperie quelque part dans la moelle épinière selon les médecins. Alors, il lui faut vivre, vivre passionnément et vite… Et comme toutes les filles de son âge, elle veut connaître l’amour. Alors elle jette son dévolu sur Boris, le compagnon de Soline, son amie qui officie comme clown dans la clinique. Boris, dessinateur de bandes dessinées, est un personnage lunaire qui vit dans son monde. Un coup de foudre pour Fio. Pris en otage par la jeune rebelle qui, pour aller au bout de son rêve, n’hésite pas à éliminer tout ce qui se met en travers de son chemin, Boris se retrouve dans l’obligation de fuir avec elle pour échapper au rouleau compresseur à leur poursuite. Mais plus ils avanceront vers l’ouest, plus l’horizon va s’obscurcir…

Un peu de l’auteur

Noël Sisinni aime particulièrement les histoires de rencontres et les voyages initiatiques… Sa première idée est donc de placer deux personnages en situation d’exception. « La suite, quand mes deux personnages sont bien caractérisés, je me laisse porter par eux, et s’ils existent vraiment, il arrive ce moment magique dans l’écriture où ce sont eux qui me racontent leur histoire. Je ne suis plus maître de la situation et ne peux plus changer leur destin. Parfois ça finit bien, parfois très mal. Fucking Melody n’échappe pas à ce principe. La jeune Fiorella, rebelle et sans compromis, prend en otage un dessinateur de bandes dessinées. Elle veut absolument connaître la passion avec lui. Elle a quinze ans, il en a quarante. Qu’ont-ils en commun ? Au départ, rien, à la fin, quelque chose de fort sera passé entre eux. » Un premier roman ultra-sensible écrit sur le fil du rasoir !

Noël Sisinni est né au début des années cinquante à Paris. Il a tout juste vingt ans quand il quitte l’usine et sa banlieue pour suivre le mouvement soixante-huitard du retour à la terre. Il s’installe en petites Cévennes pour faire de l’élevage et du maraîchage. Il touche à tout : successivement paysan, bûcheron, maçon, peintre et sculpteur. Il a aussi envie de toucher au cinéma. Poussé par une copine, il devient acteur puis décide de se lancer dans l’écriture de scénario. Il obtient l’avance sur recette du CNC (Centre national du Cinéma) en tant qu’auteur. Le film sera réalisé avec Kirk Douglas dans le rôle principal. Malheureusement le public n’est pas au rendez-vous, mais Noël ne se démoralise pas et se tourne vers la télévision. Il signe plusieurs téléfilms et séries policières, Navarro, Engrenages, etc. Fucking Melody est son premier roman. Mais sans doute pas le dernier.

Détails sur le produit

• Éditeur : Jigal Editions (20 mai 2021)
• Langue : Français
• Broché : 232 pages
• ISBN-10 : 2377221335
• ISBN-13 : 978-2377221332
• Poids de l’article : 200 g
• Dimensions : 12.5 x 1.9 x 19.5 cm






<” Fucking Melody, de Noël Sisinni”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur littéraire, lecteur, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Polars, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire